10 idées pour dynamiser le tourisme: Profiter de l’essor du tourisme autochtone (7)


Édition du 09 Mai 2015

10 idées pour dynamiser le tourisme: Profiter de l’essor du tourisme autochtone (7)


Édition du 09 Mai 2015

Par Claudine Hébert

François Léger-Savard

Les 10 idées: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 -10

Depuis 15 ans, le nombre d’entreprises autochtones au Québec oeuvrant dans le secteur du tourisme est passé d’une cinquantaine à près de 200. « Cette offre permet de répondre à près d’1 million de visiteurs, dont 42% proviennent de l’extérieur du Québec. Un rayonnement qui surpasse la plupart des produits touristiques au Québec», souligne Dave Laveau, directeur général de Tourisme Autochtone Québec (TAQ). Ce sont pour la plupart des Français, des Belges et des Suisses qui craquent pour le tourisme dans les communautés des premières Nations au Québec.

Ces entreprises, soulève M. Laveau, se concentrent davantage dans les secteurs d’activités plus lucratifs comme l’hébergement, la pourvoirie, la restauration ainsi que les excursions. Une grande différence avec le début des années 2000, alors que les attraits et activités culturelles dominaient le secteur.

Malgré ces progrès, la demande internationale demeure toujours plus forte que l’offre actuelle, signale Dave Laveau. « Notre produit commence à se structurer. Les exemples à succès tel le village huron Wendake, les croisières et l’hébergement offert à Essipit sur la Côte-Nord, ainsi que le produit développé par la communauté Mashteuiatsh au lac Saint-Jean, ont inspiré les autres communautés à vouloir, elles aussi, développer une offre touristique structurée», dit-il. L’avènement des croisières a également donné un bon coup de pouce en amenant de nouveaux visiteurs.

Il y a encore cinq ans, le TAQ utilisait principalement ses ressources financières pour promouvoir ses produits touristiques sur les différents marchés extérieurs. « Aujourd’hui, 60% de notre budget sert à accompagner les communautés autochtones pour développer un produit authentique de qualité et de calibre international. »

Pour devenir une des destinations autochtones les plus visitées du monde, le TAQ travaille en étroite collaboration avec l’Aboriginal Cultural Tourism en Colombie-Britannique. Cette organisation, qui fait figure de leader mondial en tourisme autochtone, réussit à attirer près de 4 millions de visiteurs par année, deux plus qu’en 2006. Cette clientèle est principalement américaine, asiatique (Corée du Sud et Japon) et européenne (Allemagne et Grande-Bretagne).

Notez que le produit autochtone du territoire québécois ne séduit pas seulement les touristes, mais aussi les acteurs du tourisme aborigène mondial. Le congrès international du tourisme autochtone, qui réunissait plus de 350 représentants de 19 pays, s’est tenu à Québec en mars dernier. Pour la première fois en quatre ans, l’événement avait lieu hors de la Colombie-Britannique.

RETOUR AU DOSSIER

  1. Les transports aériens à bas prix
  2. Un crédit d'impôt pour passer ses vacances au Québec
  3. Abolir les taxes sur les ventes de vêtements
  4. Faire du vélo un levier touristique
  5. Miser sur le tourisme sportif
  6. Courtiser les "foodies"
  7. Profiter de l'essor du tourisme autochtone
  8. Peaufiner le produit croisière
  9. Faire bonne impression
  10. Quelques suggestions des gens d'affaires

image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

«On a rebondi en Chine grâce à la discipline», dit un dirigeant de Savaria

27/03/2020 | François Normand

Son usine de Huizhou, au nord de Hong Kong, a rouvert et a reparti sa production, sans que personne ne soit malade.

«On ne lâche pas»

27/03/2020 | Marine Thomas

En ces temps durs, nos journalistes en télétravail sont au front pour vous offrir la meilleure information possible.

Le plan d'aide d'Ottawa bien reçu

Mis à jour le 27/03/2020 | La Presse Canadienne

Le gouvernement Trudeau ne semble pas se fixer de plafond devant l'ampleur des fonds nécessaires en ces temps de crise.