10 idées pour dynamiser le tourisme: miser sur le tourisme sportif (5)


Édition du 09 Mai 2015

10 idées pour dynamiser le tourisme: miser sur le tourisme sportif (5)


Édition du 09 Mai 2015

Par Claudine Hébert

Les 10 idées: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 -10

Chaque fois que l’organisation du Grand Prix du Canada renouvelle son entente pour la tenue de la grand messe de la formule 1 en juin, des dizaines d’hôteliers, de restaurateurs et de commerçants de Montréal poussent un soupir de soulagement.

Le plus important événement sportif au Canada génère, à lui seul, des retombées économiques de 100 millions de dollars pour le Grand Montréal. « Ce que de rares rassemblements (Lions, Rotary) ont été en mesure d’égaler au cours des 25 années », précise Pierre Bellerose, vice-président de Tourisme Montréal.

L’Alliance canadienne du tourisme sportif canadien (ACTS) estime à 3,4 milliards les retombées des événements sportifs à travers le pays. L’un des plus récents exemples qui contribue à cette récolte revient à Mont-Tremblant avec ses événements Ironman.

En trois ans, la destination des Laurentides est devenue l’un des trois meilleurs sites de cette compétition au monde ainsi qu’un centre d’entraînement de triathlon couru par des milliers d’athlètes de mai à octobre. Parcours balisés, aménagements de larges accotements sur les routes utilisées, stationnement à la station de ski complètement asphalté, couloir réservé pour les nageurs dans le lac. Et une piscine semi-olympique doit être construite à la fin de l’été.

« Lors de la dernière année, la tenue des compétitions a rapporté près de 20 M$ en recettes économiques, presque le double qu’en 2012 », signale l’organisateur Dominique Piché. Il signale que des participants de plus de 80 pays étaient présents lors du Championnat du monde Ironman tenu en août dernier. Alors que la moyenne des séjours à Mont-Tremblant est de 2,8 nuitées par touriste, cette moyenne varie de 3,6 à 5,7 lors des compétitions d’Ironman.

Bien que la saison hivernale demeure la principale source de revenus de la région, la saison Ironman a permis de dynamiser les périodes plus creuses de l’été et surtout les périodes de basse-saison au printemps et à l’automne. « Non seulement la période de basse-saison a été réduite d’au moins un mois et demi, mais le taux d’occupation hôtelier annuel a grimpé de 6% depuis trois ans », soulève Pierre Bertrand, directeur général de l’association de villégiature Tremblant.

RETOUR AU DOSSIER

  1. Les transports aériens à bas prix
  2. Un crédit d'impôt pour passer ses vacances au Québec
  3. Abolir les taxes sur les ventes de vêtements
  4. Faire du vélo un levier touristique
  5. Miser sur le tourisme sportif
  6. Courtiser les "foodies"
  7. Profiter de l'essor du tourisme autochtone
  8. Peaufiner le produit croisière
  9. Faire bonne impression
  10. Quelques suggestions des gens d'affaires

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

L'ACÉUM est un moindre mal, dans les circonstances

ANALYSE - Canadiens et Mexicains ont intérêt à mettre derrière eux la réingénierie du libre-échange en AmérIque du Nord.

Trois placements à contre-courant pour 2020

Il y a 54 minutes | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Voici trois secteurs abordables susceptibles de battre le marché en 2020 pour l'investisseur anti-conformiste.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.