Titres les plus recommandés: Boralex tourne la page sur une année 2018 houleuse

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Janvier 2019

Titres les plus recommandés: Boralex tourne la page sur une année 2018 houleuse

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Janvier 2019

Par Dominique Beauchamp

N.D.L.R. Quels sont les titres québécois préférés des analystes ? Nous avons recensé le nombre de recommandations d'achat pour chacune des sociétés du Top 50 Les Affaires que nous publions à chaque numéro. Boralex est parmi les plus recommandés avec 9 recommandations sur 9.

 

Symbole BLX
Cours au 17 janvier 2019 : 17,71 $
Variation en 2018 : -28,3 %
Cours cible moyen : 23,16 $
Gain potentiel : +30,7 %
Ratio cours/bénéfice prévu dans 12 mois : 36,1 fois
Rendement de dividende : 3,8 %

Après une année difficile marquée par deux trimestres décevants, deux acquisitions froidement accueillies et la mise au rencart du parc éolien Otter Creek par le nouveau gouvernement ontarien, les financiers entrevoient un retour à la normale pour le fournisseur d'électricité renouvelable.

Tout au long de 2018, la hausse des taux d'intérêt a aussi affaibli la valeur accordée aux titres achetés pour leur dividende, explique Jeremy Rosenfield, d'IA Valeurs mobilières.

Détenue à 16 % par la Caisse de dépôt et placement du Québec, Boralex a tout de même accru son dividende de 10 % en 2018 grâce à l'augmentation de 27 % de sa capacité installée et à l'achat de Kallista Energy, en France, en avril, et de cinq parcs éoliens d'Invenergy Renewables, au Québec, en septembre.

Les analystes ont les yeux rivés sur son robuste pipeline de projets, particulièrement ceux de France, où Boralex est le premier producteur éolien.

L'achat, à la fin de décembre, de huit projets éoliens, ajoutera 5 % à sa capacité installée.

Le producteur d'électricité propre devrait aussi pouvoir financer ses projets actuels sans recourir à l'émission d'actions additionnelles, comme celle de 259 M$ réalisée en juillet au cours de 20,20 $ par action, indique Bill Cabel, de Desjardins Marché des capitaux.

M. Rosenfield voit aussi d'un très bon oeil l'arrivée (le 14 janvier) d'un nouveau chef de la direction financière. Bruno Guilmette apportera sa vaste expérience en financement de projets d'infrastructure, le nerf de la guerre de cette industrie gourmande en capital.

«Ses relations étroites avec les grands investisseurs privés tels que la Caisse, Investissements PSP et la nouvelle Banque de l'infrastructure du Canada pourraient fournir de nouvelles occasions à Boralex», renchérit M. Cabel.

Jugeant que le titre de Boralex a été trop puni en 2018, Rupert Merer, de Financière Banque Nationale, rappelle que quatre projets éoliens français ont été mis en service le 6 décembre comme prévu et que trois autres le seront au premier semestre de 2019.

L'entreprise a augmenté de 20 %, à une nouvelle fourchette de 490 M$ à 510 M$, le bénéfice d'exploitation qu'elle anticipe en 2019, précise aussi M. Cabel.

«Boralex reste bien positionnée pour procurer un équilibre entre une hausse annuelle de son dividende chaque année et l'expansion de son actif», résume Sean Steuart, de Valeurs mobilières TD.

Si Ben Pham, de BMO Marchés des capitaux, signale que les parcs éoliens d'Invenergy acquis ajoutent à peine 1 % à ses prévisions de 2019, Nelson Ng, de RBC Marchés des capitaux, croit que la relation privilégiée entre Boralex et la Caisse apportera sans doute d'autres transactions.

Recommandations d'achat : 9/9

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «DES TITRES QUÉBÉCOIS FORTEMENT RECOMMANDÉS»

À la une

Ce projet de loi affectera toutes les entreprises

24/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Le projet de loi sur l’énergie que Pierre Fitzgibbon déposera d’ici le 7 juin sera structurant pour le Québec.

Électricité: un manufacturier sur trois en manque

23/05/2024 | François Normand

Près de 75% des entreprises des secteurs manufacturier et industriel retardent des projets ou des investissements.

Bourse: les résultats des 7 magnifiques au 1T

24/05/2024 | lesaffaires.com

D'Apple à Nvidia, qui a dépassé les attentes ou déçu les marchés.