Seulement 8% des Québécois veulent revenir au 100% bureau!

Publié le 25/06/2020 à 11:08

Seulement 8% des Québécois veulent revenir au 100% bureau!

Publié le 25/06/2020 à 11:08

Par Olivier Schmouker

Des bureaux désespérément vides... (Ph.: Nastuh Abootalebi/Unsplash)

TÉLÉTRAVAIL. COVID-19 oblige, nombre de Québécois qui travaillaient dans un bureau ont dû goûter au télétravail des mois durant. Et maintenant que le déconfinement est sérieusement amorcé, les employeurs se doivent de prendre une décision : revenir à la normale, en demandant à tout le monde de revenir au bureau comme auparavant? autoriser le travail à domicile quelques journées par-ci par-là? favoriser carrément le 100% télétravail?

Certes, les vacances d’été sont là pour nombre d’entre nous, ce qui permet aux employeurs de prolonger un peu leur réflexion. Mais il est clair et net qu’une décision s’impose à court terme. Laquelle prendre? Un récent sondage mené par la firme de logiciels et de technologies numériques VMware Canada apporte quelques lumières à cet égard:

> L’incertitude règne. Aujourd’hui, 92% des Québécois qui travaillent de chez eux pensent que cette expérience est appelée à changer radicalement leur façon de travailler à l’avenir. Ils estiment que leur employeur n’aura d’autre choix que de bientôt faire preuve de davantage de souplesse, notamment en facilitant la conciliation travail-famille et en encourageant le télétravail. Mais voilà, seulement 31% de ces employés on été informés par leur employeur qu’il allait bel et bien se montrer plus ouvert à l’innovation sur ce point. Et seulement 21% ont été avisés de la façon concrète dont se déroulera le retour au bureau. Bref, la plus grande incertitude règne.

> Moins de 1 employé sur 10 rêvent de leur bureau. Seulement 8% des télétravailleurs actuels disent vouloir travailler uniquement dans un environnement de bureaux à l'avenir. Inversement, 62% disent préférer travailler de la maison plus souvent qu'auparavant, voire 100% du temps.

> Plus efficaces à domicile. Trois employés sur quatre (74%) considèrent que la pandémie a montré que le travail à distance est possible. Mieux, ils sont 60% à affirmer que l'absence de déplacement quotidien entre le domicile et le bureau leur a donné «plus de temps et plus d'énergie pour leur travail».

> Mais pas la recette miracle. Cela étant, 64% des télétravailleurs actuels avouent s’ennuyer de voir leurs collègues en personne; et 32% reconnaissent que les outils dont ils ont besoin pour bien faire leur travail ne sont pas faciles d'accès à distance. Ce qui les amène à reconnaître qu’il n’y a pas de formule parfaite pour travailler.

Que faire, donc, chers employeurs? Chaque entreprise est un cas particulier, ça va de soi, néanmoins la balance semble clairement pencher du côté d’une nécessaire souplesse envers le télétravail. Car, s’il n’y a qu’un chiffre à retenir de ce sondage, c’est sans aucun doute celui du minuscule 8% des télétravailleurs actuels qui croisent les doigts dans l’espoir de pouvoir prochainement passer 100% de leur temps de travail enfermés au bureau...

 

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Vos 90 premiers jours en mode virtuel

Édition du 10 Février 2021 | Nathalie Francisci

À LA CHASSE. Vous venez de décrocher votre nouvel emploi. Après avoir réussi avec brio le processus de sélection...

En 2021, plus humains

Édition du 20 Janvier 2021 | Marine Thomas

BILLET. Jeudi 12 mars 2020. Après une longue journée, je me prépare à partir. Sans le savoir, c’est la dernière fois...

À la une

Accès aux poteaux de Bell: Legault doit intervenir selon Québecor

Il y a 7 minutes | La Presse Canadienne

Bell doit faire connaître ses commentaires plus tard aujourd’hui.

Ottawa: déficit de 248 G$ pour les neuf premiers mois de 2020-21

Il y a 27 minutes | La Presse Canadienne

Le résultat pour la période d’avril à décembre se comparait à un déficit de 11 milliards $ pour les mêmes mois en 2019.

PCU: faites rapidement votre déclaration de revenus dit un expert

«Je pense que ces sables mouvants n’ont pas encore fini de bouger », a indiqué M. McDonald