Les constructeurs à la conquête de nouveaux territoires

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Avril 2015

Les constructeurs à la conquête de nouveaux territoires

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Avril 2015

[Photo: Shutterstock]

L'industrie automobile n'échappe pas au phénomène de la mondialisation. Pour régner à l'échelle planétaire, il faut non seulement conquérir les marchés émergents, mais aussi être le numéro un dans tous les marchés. Il ne faut pas se limiter à quelques catégories de véhicules, mais être présent dans tous les segments.

Cliquez ici pour consulter le dossier «Sur la piste de la croissance»

Citons l'exemple du constructeur européen Volkswagen, qui a investi il y a quatre ans un milliard de dollars dans une usine de 5,66 km² à Chattanooga, au Tennessee. La chaîne de production peut fabriquer 150 000 Passat par an. Cet aspirant au titre de plus grand constructeur du monde a eu du mal à percer chez l'oncle Sam. C'est ce qui a incité les dirigeants à s'y installer et à construire sur place des véhicules pour les États-Unis et le reste de l'Amérique.

Mieux encore, Volkswagen a décidé d'appliquer un plan de match nord-américain en introduisant plus de camionnettes pour plaire à la clientèle locale. En juin 2014, Volkswagen a investi 600 millions de dollars de plus pour la construction d'un véhicule utilitaire aux côtés de la Passat. Le Cross Blue 2016, futur utilitaire cinq places, sera lui aussi construit pour l'Amérique du Nord, en Amérique du Nord.

«Nous sommes prêts à investir 7 G$ en Amérique du Nord au cours des cinq prochaines années, a affirmé le grand patron du groupe Volkswagen, Martin Winterkorn, lors du dernier Salon de l'auto de Detroit. Nous allons renouveler les Passat et construire deux nouveaux utilitaires dans notre usine de Chattanooga.»

Autre exemple de mondialisation : une autre Allemande, Mercedes, qui n'occupait autrefois que le créneau des voitures de luxe, élargit considérablement son offre depuis quelques années. Mercedes offre désormais plus de modèles que General Motors (GM). Aux modèles haut de gamme d'hier s'ajoute une nouvelle famille de véhicules plus abordables, comme la petite berline CLA, l'utilitaire urbain GLA et les modèles de Classe B, qui se négocient sous la barre des 30 000 $.

Alliances entre constructeurs

D'autres constructeurs s'allient pour survivre à plus long terme et prendre certains marchés d'assaut. Fiat, qui n'avait aucune présence en Amérique, a racheté Chrysler.

À la suite d'une importante restructuration dans son pays d'origine au début des années 2000, qui avait entraîné la fermeture d'une douzaine de sites de production dans le monde et la suppression de plus de 10 000 emplois, l'italienne a fusionné l'an dernier avec l'américaine Chrysler pour former FCA (Fiat-Chrysler Automobiles). L'entreprise était profitable dès sa première année sur le marché, affichant une hausse de 15 % de ses ventes en Amérique du Nord.

«Les constructeurs automobiles qui se trouveront sous un seuil de ventes annuelles de 5,5 à 6 millions de voitures d'ici quelques années ne pourront pas survivre dans le marché à moyen ou long terme», avait souligné l'homme impliqué dans la fusion de Fiat et de Chrysler et pdg de la société, le Canado-Italien Sergio Marchionne.

Toyota et Volkswagen sont les seuls grands constructeurs à avoir franchi le cap des 10 millions de véhicules vendus dans le monde en 2014, avec 10,23 millions pour Toyota et 10,14 millions pour Volkswagen. General Motors, avec 9,9 millions de véhicules, se range en troisième place, tout juste sous cette barre symbolique.

Cliquez ici pour consulter le dossier «Sur la piste de la croissance»

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Comment Trump alimente les tensions dans le golfe Persique

20/09/2019 | François Normand

ANALYSE - Le golfe Persique est une poudrière sur le point d'exploser; Washington en est en grande partie responsable.

La Bourse attend le prochain déclic

BLOGUE. Les bonnes données économiques et la Fed rassurent mais le test des profits et du conflit commercial approche.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

21/09/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.