«J'ai goûté à la formule hybride, et j'adore!» - Ricardo Larrivée, président du conseil de Ricardo Media

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Avril 2015

«J'ai goûté à la formule hybride, et j'adore!» - Ricardo Larrivée, président du conseil de Ricardo Media

Offert par Les Affaires


Édition du 11 Avril 2015

Par Claudine Hébert

« Je ne suis pas du tout un conducteur de voitures sport performantes. Je déteste les véhicules bas, équipés d’une suspension trop raide. Je veux du confort avant tout », explique Ricardo Larrivée. [Photo: Jérôme Lavallée]

En voiture avec... - Ricardo Larrivée. En cuisine comme sur les routes, le populaire chef aime être aux commandes d'appareils et d'instruments dans lesquels il a confiance et qui lui procurent plaisir et agrément quand il les utilise.


Cliquez ici pour consulter le dossier «Sur la piste de la croissance»


Les Affaires - Que conduisez-vous ?


Ricardo Larrivée - Je conduis depuis l'an dernier une Lexus ES 300H 2014, une berline hybride élégante et très spacieuse.


L.A. - Pourquoi une voiture hybride ?


R.C. - C'est la première fois que je me laisse tenter par cette formule. J'ai eu pendant trois ans la même berline propulsée à l'essence. C'est mon concessionnaire qui m'a fortement recommandé la berline hybride. Selon lui, je réaliserais de bonnes économies en matière de consommation d'essence. Et il a eu raison. Certes, la voiture coûte un peu plus cher à l'achat, mais elle est silencieuse et le moteur s'arrête lorsque je suis dans le trafic. C'est à peine si j'ai besoin de faire un plein par semaine.


L.A. - Quels sont vos principaux critères d'achat pour une voiture ?


R.C. - Le plus important concerne le confort de mes passagers. J'ai trois grands enfants, de 12 à 17 ans. Les trois doivent pouvoir prendre place à l'arrière de la voiture sans être gênés par la bosse qui se trouve dans le centre de l'habitacle. Dans cette berline, ils ont suffisamment d'espace pour leurs jambes.


L.A. - D'autres préférences ?


R.C. - J'aime les grosses berlines dotées d'un toit ouvrant. Je ne suis pas du tout un conducteur de voitures sport performantes. Je déteste les véhicules bas, équipés d'une suspension trop raide. Je veux que ça rebondisse quand je conduis. Je veux aussi des sièges et un volant chauffants, ainsi qu'une chaîne stéréo dont la sonorité est la même que celle de mon salon. Je veux du confort avant tout.


L.A. - Quel est votre gadget favori à bord ?


R.C. - Le GPS. Cette fonction a complètement changé ma façon de conduire. Je m'en sers presque tous les jours. Je me souviens encore de l'époque où l'on devait, le soir, s'arrêter sur le bord de la route, ma conjointe Brigitte et moi, pour revérifier, lumières allumées, si on se rapprochait de notre destination. Fini aussi, le temps où l'on commandait systématiquement nos cartes et nos itinéraires chez CAA Québec au moment de partir en vacances.


L.A. - Conduisez-vous beaucoup ?


R.C. - Je roule très peu. J'habite et je travaille sur la Rive-Sud. Je parcours tout au plus 20 000 km par année. Et cela comprend les déplacements pour les vacances.


L.A. - Quels sont vos plus beaux souvenirs sur les routes ?


R.C. - J'ai habité à Régina, en Saskatchewan, à la fin des années 1980. J'étais alors animateur de radio. J'en ai profité pour visiter l'ouest de l'Amérique du Nord. J'ai roulé sur les belles routes qui traversent les Rocheuses et celles qui sillonnent le parc de Yellowstone, au Wyoming. Des balades mémorables. Jamais je n'oublierai non plus les routes qui arpentent les mythiques parcs nationaux de l'Utah, tels les Arches, Canyonland et Monument Valley. Je garde également de très beaux souvenirs des routes européennes. Conduire sur les chemins étroits des Gorges du Verdon, en Provence, c'est hallucinant.


L.A. - Quel type de voiture souhaiteriez-vous conduire un jour ?


R.C. - J'ai goûté à la formule hybride, et j'adore. Un jour, j'aimerais bien m'offrir une Tesla. Toutefois, je ne suis pas encore prêt à faire le saut vers le 100 % électrique. Du moins, pas tant que le réseau d'alimentation pour ce type de voiture ne sera pas totalement efficace.


Cliquez ici pour consulter le dossier «Sur la piste de la croissance»

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Ricardo passe à la vitesse supérieure

17/11/2017 | Martin Jolicoeur

Trois ans après l’ouverture de sa 1ère boutique, l’offensive commerciale de Ricardo Media passe à la vitesse supérieure.

La machine Ricardo

Édition du 13 Septembre 2014 | Martin Jolicoeur

On le savait verbomoteur, hyperactif et ambitieux. Ricardo Larrivée, l'animateur vedette devenu homme d'affaires, ...

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

24/05/2019 | François Normand

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

25/05/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour le 25/05/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.