Des Prix femmes d'affaires forts en émotion

Publié le 18/11/2020 à 11:24

Des Prix femmes d'affaires forts en émotion

Publié le 18/11/2020 à 11:24

Par Ruby Irene Pratka

«il est plus important que jamais de se laisser inspirer par des projets inspirants», a fait valoir Ruth Vachon. (Photo: tirée de YouTube)

Ni la pandémie ni des difficultés techniques ne pouvaient freiner l’élan du gala virtuel des Prix femmes d’affaires du Québec, diffusé en direct sur YouTube le 17 novembre. C’était la 20e édition de cet évènement annuel organisé par le Réseau des femmes d’affaires du Québec (RFAQ).

Avant la présentation des prix proprement dits, de brefs discours préenregistrés ont été diffusés : ceux du premier ministre fédéral Justin Trudeau, du premier ministre provincial François Legault et de la ministre de la Condition féminine du Québec, Isabelle Charest. La présidente du RFAQ, Ruth Vachon, et les coprésidents d’honneur du gala, le PDG du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, et la coprésidente de Germain Hôtels, Christiane Germain, se sont ensuite adressés en direct aux spectateurs. Environ 450 personnes ont suivi la diffusion de cette soirée animée par Chantal Lacroix.

La coprésidente de Germain Hôtels, Christiane Germain s'est adressée aux 450 spectateurs.

Ruth Vachon a souligné d’entrée de jeu qu’elle avait toujours envisagé « un gala du 20e anniversaire exceptionnel, avec un effet wow », et que la pandémie, tout en compliquant les efforts du RFAQ, les a rendus plus nécessaires que jamais. « Ce gala s’inscrit dans une période de grande turbulence, et dans ce contexte, il est plus important que jamais de se laisser inspirer par des projets inspirants, des produits innovants et surtout par des personnes passionnées qui nous entourent », a fait valoir sa présidente.

Au début de la pandémie, Christiane Germain a vécu le cauchemar de toute entrepreneure — le secteur où elle œuvre s’est effondré. « Le 13 mars, mon entreprise a perdu 95 % de son chiffre d’affaires du jour au lendemain. J’étais en train de perdre tout ce que j’avais bâti depuis 30 ans, a-t-elle raconté. Mais ça m’a permis de comprendre à quel point la résilience est importante. » Elle a souligné l’importance de prendre soin de sa santé mentale et la nécessité de « faire attention à la charge mentale, que souvent, nous, les femmes, nous imposons. »

Onze prix ont été décernés au cours de ce gala. Pour chaque catégorie, un jury de sept personnes issues du milieu de l’entrepreneuriat et de l’enseignement des affaires a sélectionné trois finalistes, puis une lauréate. Ruth Vachon a souligné un « nombre exceptionnel » de candidatures de qualité. La présidente du jury, l’administratrice de sociétés Françoise Bertrand, a remarqué que celui-ci « avait eu de vraies délibérations enflammées » quant à la désignation des lauréates, qui œuvrent des secteurs très variés.

Judith Fetzer, présidente et cofondatrice de Cook It, une entreprise montréalaise de repas prêts à cuisiner, a entre autres été primée à deux reprises. Elle a reçu le Prix Demers Beaulne pour la catégorie entrepreneure, grande entreprise, ainsi que le Prix coup de cœur Desjardins COVID-19. Les deux fois où son nom a été prononcé, ses trois enfants ont sauté dans ses bras. « Ce n’est pas drôle ce qu’on est tous en train de passer, a-t-elle lancé, émue. CookIt a été frappée de plein fouet par la COVID-19 – dans notre cas de manière ultra-positive –, mais ça a amené son lot de défis. Ça m’a frappé de voir les difficultés d’autres entrepreneures qui ont bâti de belles compagnies que j’admirais, alors que pour nous, ça allait bien. »

Michèle Thibodeau-DeGuire, la première ingénieure diplômée au Québec – elle a obtenu son baccalauréat en génie civil en 1963 – qui est actuellement présidente honoraire du conseil d’administration de Polytechnique Montréal, a quant à elle reçu le Prix Réalisations, présenté par Les Affaires. « J’ai eu le privilège d’être au cœur d’un endroit où l’on réunissait des personnes qui avaient des ressources avec des personnes qui avaient besoin de beaucoup de courage pour affronter chaque journée », a affirmé celle qui a passé 21 ans à la tête de Centraide du Grand Montréal. « Comme ingénieure, j’ai bâti des ponts en béton ; à Centraide, j’ai bâti des ponts entre des gens, a-t-elle illustré. Ces ponts, il faut les entretenir comme des ponts en béton. Il faudrait continuer de bâtir des ponts avec le Réseau des femmes d’affaires. » 

Le Prix Impact féminin, grande entreprise a été remis à la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui a récemment collaboré avec le RFAQ sur la création du premier répertoire en ligne des entreprises à direction féminine de la province, la plateforme RFAQ+. La Caisse chapeaute aussi l’initiative Cheffes de file, un groupe de réflexion qui réunit 75 entrepreneures québécoises avec un chiffre d’affaires d’entre 5 et 20 millions de dollars.

Le gala s’est terminé avec une courte prestation en direct de Ginette Reno, dont la grande voix remplissait presque sans effort son studio maison. Ses chansons pleines de passion et de convictions ont de quoi pousser les lauréates des Prix femmes d’affaires du Québec – et celles qui aspirent à le devenir – un peu plus haut, un peu plus loin.

 

Les lauréates des Prix femmes d’affaires du Québec 2020

Cadre, dirigeante ou professionnelle, organisme à but non lucratif (Prix Fasken) :

Sylvie Rochette, directrice générale et cofondatrice du Regroupement Partage

Cadre, dirigeante ou professionnelle, organisme public ou parapublic (Prix Cascades) :

Luce Julien, directrice générale de l’information à Radio-Canada

Cadre, dirigeante ou professionnelle, entreprise privée (Prix Investissement Québec) :

Stéphanie Trudeau, vice-présidente exécutive pour le Québec à Énergir

Entrepreneure active à l’international (Prix Exportation et développement Canada) :

Natacha Mignon, associée à Immétis Services juridiques

Entrepreneure, grande entreprise (Prix Demers Beaulne) :

Judith Fetzer, présidente et cofondatrice de Cook It

Entrepreneure — moyenne entreprise (Prix Banque du Développement du Canada) :

Catherine Privé, PDG d’Alia Conseil

Entrepreneure — petite entreprise (Prix Gouvernement du Québec) :

Sara Lamothe, présidente de L’Associé

Entreprise à propriété féminine certifiée (Prix IG Gestion de patrimoine – Anik Lehouiller) :

Marie-Gabrielle Lamoureux, présidente et propriétaire d’Héloïse Laboratoire

Nouvelle entrepreneure (Prix Fonds de solidarité FTQ) :

Erica Lebrun Gauvin, présidente et confondatrice de Mme L’Ovary

Prix Réalisations (Prix Les Affaires) :

Michèle Thibodeau-DeGuire, présidente honoraire du conseil d’administration de Polytechnique Montréal

Coup de cœur Desjardins COVID-19 :

Judith Fetzer, présidente et cofondatrice de Cook It

Bénévole fortement engagée (Prix Nelly de Vuyst) :

Gyslaine Samson Saulnier, consultante, formatrice et conférencière à GSS Conseil

 

À suivre dans cette section


image

Service à la clientèle

Mercredi 25 novembre


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une

Retraite: plus de transparence demandée par des gestionnaires de fonds

Huit fonds exhortent les entreprises à divulguer des données environnementales, sociales et de gouvernance complètes.

Slack dans le viseur de la société américaine Salesforce

13:33 | AFP

L’action de Slack, entrée à Wall Street en juin 2019, a pris jusqu’à 32 % après la publication de cette information.

Joe Biden pourrait renoncer à hausser l’impôt des entreprises

En campagne électorale, Joe Biden a promis de faire passer le taux d’imposition des sociétés américaines de 21% à 28%.