«L'innovation, c'est comme le sexe, il faut en parler moins et le faire plus» - Elmar Mock, inventeur en série

Publié le 22/10/2011 à 00:00, mis à jour le 14/05/2012 à 16:05

«L'innovation, c'est comme le sexe, il faut en parler moins et le faire plus» - Elmar Mock, inventeur en série

Publié le 22/10/2011 à 00:00, mis à jour le 14/05/2012 à 16:05

Par Diane Bérard

D.B. - Pourquoi vos clients impartissent-ils leur innovation ? Leurs employés ne sont-ils pas suffisamment créatifs ?

E.M. - Il est vrai que les créatifs qui font de l'innovation et ceux qui font de la rénovation présentent des caractéristiques communes. Tout comme les athlètes des équipes de hockey et de football. Mais vous viendrait-il à l'idée d'envoyer des joueurs de hockey défendre une coupe du monde de soccer ? Le hockey et le football ne suivent pas les mêmes règles. Chez Creaholic, nous avons un entraînement, des habitudes, une culture et une structure pour développer des innovations de rupture. Ce que les entreprises n'ont pas, parce qu'elles sont habituées à faire de l'innovation de rénovation.

D.B. - Vous arrive-t-il d'être en panne d'idées ?

E.M. - Bien sûr ! C'est pour cette raison que je ne suis jamais seul. Un créatif a besoin d'autres créatifs pour créer. Et, surtout, d'autres créatifs venus de disciplines différentes de la sienne.

D.B. - L'innovation peut-elle sauver les entreprises ?

E.M. - Tout dépend si on en parle ou si on la pratique ! L'innovation, c'est comme le sexe, il faut arrêter d'en parler et passer à l'action. Imaginez que vous êtes quatre personnes prisonnières dans une pièce minuscule. Il n'y a pas assez d'oxygène pour tous. Vous avez deux choix : chacun s'assoit dans un coin et respire le moins possible, ou bien vous rassemblez vos forces et tentez de percer le mur. Dans le premier cas, vous vivrez 24 heures de plus, mais vous allez finir par crever. Dans le second cas, vous vivrez moins longtemps à vous agiter, mais vous avez un mince espoir de vous en tirer. Innover, c'est prendre le risque de percer le mur. Ne pas innover équivaut à s'asseoir dans un coin et à espérer que l'oxygène revienne.

D.B. - Que déplorez-vous le plus du processus d'innovation des entreprises ?

E.M. - On n'écoute pas assez «l'information humaine». Celui qui s'occupe de veille est toujours informé trop tard. Si vous apprenez quelque chose en faisant de la veille, c'est que quelqu'un le fait déjà. Vous ne tirerez pas d'innovation de cela, simplement de la rénovation ou de l'adaptation. Il faut écouter «l'information humaine», les tendances, les mouvements de fond. Innover, c'est me demander quelle serait ma place demain si le monde changeait. C'est rendre possible demain ce qui semble impossible aujourd'hui.

«Innover, c'est me demander quelle serait ma place demain si le monde changeait. C'est rendre possible demain ce qui semble impossible aujourd'hui.»

LE CONTEXTE

Innover est devenu une panacée. Une entreprise a des problèmes ? Elle va s'en sortir en innovant. Est-ce réaliste ? Peut-on chaque fois décrocher le gros lot ? Elmar Mock, pdg de Creaholic, et l'un des inventeurs les plus prolifiques du monde, replace les attentes à un niveau plus réaliste.

SAVIEZ-VOUS QUE...

Elmar Mock a aussi cocréé la célèbre RockWatch de Tissot.

À la une

Une start-up montréalaise s’envole grâce aux Émirats arabes unis

La start-up montréalaise C3RiOS Systems voit le jour grâce aux Émirats arabes unis.

Comment avoir une écoute vraiment attentive?

MAUDITE JOB! «En tant que boss, je devrais être à l'écoute des autres. Mais je n'y arrive vraiment pas...»

Russie: la Banque centrale veut bannir les cryptomonnaies dans le pays

Il y a 44 minutes | AFP

L'institution a publié un rapport jeudi proposant l'interdiction du «minage», concourant à la création des cryptoactifs.