Ces grandes entreprises au coeur de jeunes «start-up»

Offert par Les Affaires


Édition du 18 Mai 2019

Ces grandes entreprises au coeur de jeunes «start-up»

Offert par Les Affaires


Édition du 18 Mai 2019

Par Alain McKenna

Pas besoin d’être une jeune entreprise pour profiter de l’innovation technologique. Plusieurs multinationales d’ici comptent désormais des filiales spécialisées dans la chaîne de blocs (blockchain) et les monnaies virtuelles. (Photo : Getty Images)

SPÉCIAL 500: LA R-D. Pas besoin d'être une jeune entreprise ambitieuse pour profiter de l'innovation technologique. Il suffit d'être «jeune de coeur».

Ne dites pas à Louis Roy, associé chez Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT), à Montréal, qu'il travaille pour une firme de comptabilité. L'image stéréotypée du comptable aux «bas bruns» colle mal à la peau des employés de cette multinationale qui compte désormais des filiales spécialisées tant dans l'intelligence artificielle que dans la chaîne de blocs (blockchain) et les monnaies virtuelles. Fort de 25 ans d'expérience dans le monde de l'audit comptable, M. Roy est d'ailleurs à la tête de Catallaxy, la filiale de RCGT qui se spécialise dans les solutions de blockchain et de cryptomonnaie. «Pour l'entreprise, Catallaxy est un peu un geste défensif, mais on se prépare pour l'avenir. Ce n'est qu'une question de temps avant que nos clients aient besoin de faire auditer des actifs numériques ou des fonds de crypto, et nous sommes une des seules entreprises au Canada à avoir cette capacité, dit-il. Nous sommes aussi devenus le centre de référence en blockchain pour les autres bureaux de RCGT partout dans le monde.»

Pour consulter notre classement des 500 plus grandes entreprises du Québec, cliquez ici.

Les bureaux de la jeune pousse, filiale à part entière de RCGT, sont même séparés de la maison mère. «C'était important de conserver la culture de start-up, d'open-source, pour Catallaxy. Ça permet au reste de l'entreprise de s'imprégner de cette culture de start-up, tout en conservant ses méthodes plus traditionnelles.»

L'innovation en continu

Le Mouvement Desjardins a lancé son programme Startup en résidence il y a trois ans déjà. Issu du Desjardins Lab, lui-même fondé deux ans plus tôt, ce programme a beaucoup évolué depuis sa mise en place, à mesure que l'institution tirait des leçons de son expérience. Il a notamment permis la création d'autres programmes, dont le Coopérathon, un événement inspiré des marathons de programmation (hackathons) s'étirant sur quatre semaines, plutôt que quelques heures, et la Coupe des données, qui vise à sensibiliser les entrepreneurs à l'importance des données personnelles générées par le numérique. Par tous ces programmes, l'objectif de Desjardins est désormais mieux défini : «Aider les entrepreneurs à se lancer en affaires, tout en promettant une valeur ajoutée aux membres du Mouvement Desjardins», explique Sandra Rousseau, directrice principale, Innovation et développement Fintech. «On a vraiment appris beaucoup grâce à ce programme. Il faut garder à l'esprit que même une grande entreprise ne peut pas tout faire à l'interne, d'où l'intérêt de miser sur l'innovation ouverte. Puis, il faut d'abord commencer petit, célébrer les succès et apprendre des échecs», poursuit-elle, illustrant à merveille l'esprit start-up que ce type de programme tente justement de faire naître au sein de grandes entreprises.

Pour 2019, Startup en résidence optera donc pour une démarche d'innovation en continu ciblant les technologies financières. Les start-up seront accueillies à tout moment, pour une période d'incubation de 16 semaines, et seront réparties en deux groupes, selon l'état de leur développement. «On ne vise pas à remplacer les accélérateurs déjà présents aux yeux des entrepreneurs. On veut être complémentaires, pour aider les jeunes entreprises à mieux connaître le fonctionnement du secteur financier. En retour, travailler avec elles nous aide à accélérer notre propre virage numérique.»

Un modèle pour le Québec inc.

Rencontré alors qu'il annonçait une aide totale de 450 000 $ à Agropur et Cascades afin que les deux entreprises québécoises mettent sur pied chacune de leur côté un programme d'accélération de start-up spécialisées dans leur secteur d'affaires respectif, Pierre Fitzgibbon, ministre de l'Économie et de l'Innovation du Québec, insiste sur les promesses de ce modèle d'innovation des entreprises pour stimuler la croissance.

«Nous avons mis en place des mesures pour favoriser, par exemple, la numérisation des entreprises manufacturières afin qu'elles passent à l'ère du manufacturier 4.0, en utilisant davantage l'intelligence artificielle, entre autres», explique le Ministre.

Il ajoute qu'une partie du nouveau rôle d'Investissement Québec sera d'aider les PME d'ici à adopter un modèle qui privilégie l'innovation interne, comme le font aussi bien Cascades, Agropur, Desjardins et RCGT.

«Les entreprises du Québec investissent l'équivalent de 1,26 % du PIB provincial, alors que la moyenne, parmi les pays de l'OCDE, est de 3 %. On doit créer davantage d'incubateurs et d'entreprises innovantes afin d'accélérer l'adoption de nouvelles technologies si on veut voir notre productivité s'améliorer», conclut le Ministre.

Pour consulter notre classement des 500 plus grandes entreprises du Québec, cliquez ici.

À suivre dans cette section


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Trois champions de la R-D

Édition du 18 Mai 2019 | Pierre Théroux

SPÉCIAL 500: LA R-D. À l'origine de la croissance, il y a l'innovation. Et à l'origine de toute innovation...

Recherche collaborative: pour une innovation à valeur ajoutée

Édition du 18 Mai 2019 | François Normand

SPÉCIAL 500: LA R-D. Patrick Couture, vice-président au développement des affaires du Groupe Sani Marc, voit la ...

À la une

Le titre de SNC-Lavalin bondit au lendemain des élections

Au lendemain du scrutin, l'action de SNC-Lavalin a effectué un bond à la Bourse de Toronto.

Le parti libéral devra mettre un peu d'eau dans son vin

22/10/2019 | AFP

«Si le parti libéral fait les concessions attendues par le NPD, on peut s'imaginer que ça durera au moins 18 à 24 mois.»

Le PDG de Nike tire sa révérence

22/10/2019 | AFP

Il était à la tête de l’entreprise depuis 2006.