Votre entreprise a-t-elle besoin d'une application mobile?

Publié le 10/05/2010 à 00:00

Votre entreprise a-t-elle besoin d'une application mobile?

Publié le 10/05/2010 à 00:00

Par Alain McKenna

La popularité des téléphones intelligents et de leurs applications mobiles n'est pas qu'un phénomène de consommation : il touche aussi le milieu de travail. Comment les gestionnaires TI doivent-ils présenter ce phénomène à leurs patrons afin que ceux-ci en comprennent bien les enjeux ?

Les applications mobiles sont de petits logiciels conçus sur mesure pour une famille précise de téléphones intelligents. Du BlackBerry au iPhone, en passant désormais par des tablettes numériques comme l'iPad, il semble que le milieu des TI n'en a que pour ces petits bouts de code, à l'heure actuelle.

" Les dirigeants TI peuvent dire que les applications mobiles contribuent à réduire certains coûts internes, en plus de renforcer le lien qui unit l'entreprise à ses clients ", estime Patrice Derome, un consultant montréalais du domaine des applications mobiles. " Cela risque aussi de devenir un bon outil de fidélisation, et même, de favoriser l'embauche d'une nouvelle génération d'employés de plus en plus branchée. "

Revoir la façon dont on gère les TI

Le consultant montréalais apporte toutefois un bémol : la mobilité pourrait entraîner certains coûts, notamment au sein du service TI : " Par exemple, on peut parler de coût de formation d'une partie des spécialistes en TI de l'entreprise, dit-il. Les plateformes et les applications mobiles, surtout celles d'Apple, ce n'est pas la même chose que l'environnement de Microsoft ou même Java. Ces applications entraînent également un important changement de mentalité en matière de gestion des TI. "

C'est qu'au lieu d'attendre que leur employeur leur fournisse un téléphone mobile, plusieurs travailleurs l'achètent eux-mêmes. Ils s'attendent ensuite à ce qu'il soit compatible avec les outils de l'entreprise. " Cela s'inscrit dans le processus de l'appropriation des technologies informatiques par les consommateurs, explique Patrice Derome. Les employés acquièrent leurs propres appareils informatiques et comptent bien les utiliser pour se brancher à leur entreprise. C'est en quelque sorte une nouvelle forme d'impartition de l'entreprise vers ses employés ! "

L'Internet mobile, un géant

Ce n'est pas un phénomène marginal. Des prévisions publiées par Morgan Stanley en décembre dernier parviennent à la conclusion qu'en 2015, le trafic de l'Internet mobile sera deux fois plus important que celui de bureau.

" Le modèle établi par l'écosystème d'Apple autour du iPhone et de ses iPod est en train de devenir la nouvelle technologie de rupture la plus importante que le monde ait connu ", estime d'ailleurs Mary Meeker, directrice de l'étude pour Morgan Stanley.

Selon elle, les entreprises doivent s'adapter à cette nouvelle tendance. Non seulement pour satisfaire leurs employés, mais aussi pour ne pas manquer les nouvelles occasions d'affaires qui pourraient découler d'une stratégie mobile efficace.

Au cours d'une conférence organisée en janvier dernier par l'Association américaine des fabricants d'appareils électroniques (CEA), des gestionnaires tentaient de convaincre leurs pairs de l'importance du virage mobile. Le message : si vous n'avez pas de site Web ni d'application mobile, votre entreprise n'existe tout simplement pas aux yeux d'une partie croissante de votre marché.

" C'est le même débat qu'il y a dix ans, alors qu'on se demandait tous s'il fallait créer son propre site Web ou non ", résumait à cette occasion Walker Fenton, directeur général de NewsGator, un concepteur américain de solutions d'affaires mobiles. " Plusieurs dirigeants d'entreprise hésitaient, mais quand on y revient aujourd'hui, la réponse semble évidente. De nos jours, il faut avoir une présence sur l'iPhone ou sur le Blackberry. Sans quoi, ce serait comme ne pas avoir de site Web. "


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

À surveiller: Enerplus, Dynatrace et Baytex

09:08 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Enerplus, Dynatrace et Baytex? Voici quelques recommandations d'analystes.

Le taux directeur demeure à 1,75%

Il y a 14 minutes | AFP

« Certaines évolutions récentes concernant les échanges commerciaux ont été positives », a indiqué la banque centrale.

La CSeries était un trop grand risque pour Bombardier

BLOGUE. Le CA n’a pas su restreindre les élans de l’entrepreneur qui dirigeait sa destinée.