FNB: Réduisez les frais au minimum

Publié le 13/11/2009 à 13:00

FNB: Réduisez les frais au minimum

Publié le 13/11/2009 à 13:00

Par Denis Lalonde

Les investisseurs ont rapidement adopté les fonds négociés en Bourse. Photo : Bloomberg

Les fonds négociés en Bourse (FNB) séduisent grâce à leurs frais de gestion relativement bas par rapport à ceux des fonds communs de placement. Mais les FNB s'adressent avant tout aux investisseurs autonomes qui ont déjà amassé un certain capital.


" Le marché des fonds négociés en Bourse vise directement les investisseurs qui détiennent des parts de fonds communs et qui sont las de ne jamais avoir de meilleurs rendements que les indices de référence tout en payant des frais de gestion exorbitants ", affirme Yves Lamoureux, conseiller en placement chez Blackmont Capital, une firme de gestion de portefeuille torontoise.


Heather Pelant, responsable des populaires fonds iShares chez Barclays Global Investors Canada, abonde dans le même sens. Seulement 12,1 % des gestionnaires de fonds communs ont réussi à battre l'indice torontois S&P/TSX sur une période de trois ans, souligne-t-elle (voir notre tableau).


Il faut toutefois se rappeler que les frais d'opération sur les FNB peuvent devenir élevés, puisqu'ils s'appliquent habituellement à chaque transaction d'achat ou de vente.


M. Lamoureux soutient qu'il est possible de trouver des courtiers qui ne facturent pas de frais chaque fois qu'ils effectuent une transaction. " L'important, c'est qu'un FNB va permettre d'économiser environ 2 % annuellement en frais de gestion par rapport à un fonds commun équivalent. Sur une longue période, ça peut faire une différence énorme ", précise-t-il.


Mme Pelant est du même avis : " Il est aussi possible de trouver des courtiers qui offriront à leurs clients de payer des frais fixes une fois par année, ce qui rend les transactions moins coûteuses ", dit-elle.


Elle conseille aux investisseurs d'épargner une somme fixe sur chaque paie, de la placer dans les marchés monétaires et de transférer les sommes accumulées dans un FNB une fois par trimestre.


À son avis, cette stratégie vaut mieux que de payer les frais de gestion annuels de 2 à 2,5 % des fonds communs. Les frais de gestion des FNB peuvent être beaucoup plus bas et sont habituellement inférieurs à 1 %, parfois aussi bas que 0,15 % (Fonds indiciel négocié en bourse BMO Dow Jones Canada Titans 60).


Pour investisseurs aguerris


Pour Maxime Lambert, conseiller en placement chez Valeurs mobilières Dundee, les FNB s'adressent avant tout " aux investisseurs dont le portefeuille a déjà atteint une certaine taille, ce qui permet d'amortir les frais de transaction ", dit-il.


En général, l'investisseur moyen achète des fonds communs en succursale ou par l'intermédiaire d'un conseiller financier, ce qui n'est pas nécessairement le cas pour les FNB, qui peuvent s'échanger dans un compte de courtage, renchérit Roland Sakha, directeur de produits, Fonds de tiers, Support et produits, à la Banque Nationale.


Les FNB visent les investisseurs un peu plus aguerris qui sont capables de faire leur propre recherche et de " vivre avec leurs décisions ", dit M. Sakha.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

FNB: Où trouver les occasions?

Édition du 07 Octobre 2017 | Stéphane Rolland

Les occasions se font plus rares au moment où les évaluations boursières sont généreuses et où les titres à revenus

Fonds négociés en Bourse : jouer le Brésil ?

Édition du 22 Juillet 2017 | Yves Rebetez

Le marché boursier brésilien a été marqué par une grande volatilité depuis deux ans et tarde à se mettre en ...

À la une

Que faut-il savoir sur Huawei?

Les consommateurs apprécient ses appareils, mais les États s'inquiètent de la proximité entre l'entreprise et la Chine.

À surveiller : Loblaw, BRP et Blackberry

Que faire avec les titres de Loblaw, BRP et Blackberry? Voici quelques recommandations d’analystes.

Manufacturier 4.0: le retard du Québec menace les exportations

Deloitte propose diverses stratégies pour accélérer la transformation des entreprises en manufacturiers intelligents.