Se passer la rondelle ou le ballon, un moyen de mieux connaître ses collègues

Publié le 15/09/2016 à 00:16

Se passer la rondelle ou le ballon, un moyen de mieux connaître ses collègues

Publié le 15/09/2016 à 00:16

Des programmeurs d'Ubisoft échangent sur les outils qu'ils utilisent pour leurs projets multimédias respectifs et se donnent des conseils sur comment s'en servir. Le théâtre de cette discussion? Une chambre de joueurs de hockey. Jean-Philippe Grou, directeur des communications pour l'antenne montréalaise de l'entreprise de jeux vidéos, dit assister fréquemment dans ce contexte informel et sans pression à des conversations où se partagent des informations pertinentes pour le bon développement des projets en cours.

Il participe à une ligue de hockey et à une autre de soccer, dans lesquels jouent respectivement 110 et 150 employés de l'organisation. Dans ces championnats internes qui s'étalent sur plusieurs mois, les équipes mélangent des professionnels issus des différents départements. « On est organisé par projet ici, donc chaque personne est concentrée sur sa tâche et sur l'accomplissement de son projet, souligne-t-il. Parfois, ça devient un peu difficile de lever la tête et de regarder ce que les autres font ».

De plus, les employés sont répartis sur six sites différents sur l'île de Montréal. « La croissance du studio a complexifié la communication, car on ne se retrouve pas tous dans le même édifice », soulève M. Grou. Puisqu’il devient impossible de se croiser autour d'une machine à café, les ligues sportives deviennent un lieu de rencontre. « Ce qu'on cherche, c'est à décloisonner », insiste-t-il. « Il y a des 5 à 7 et des activités sociales, mais le sport un côté moins stressant. On ne se sent pas obligé de parler à quelqu'un. Cela crée des occasions inattendues. Cela donne la possibilité de rencontrer des gens complètement différents, qui vont te dire des choses qui vont servir à ton travail ».

Dans ses propres tâches, M. Grou remarque que son inscription à ces ligues l'aide à connaître davantage les projets en cours dans l'entreprise et les personnes à contacter s'il a besoin d'informations spécifiques sur certains sujets.

Chez Morneau Shepell, de nombreuses équipes sportives sont formées pour participer à des compétitions notamment de Balle Molle, d’Ultimate Frisbee ou de courses de bateaux dragon avec des adversaires de l'extérieur de l'entreprise. Alexandra Hinse, responsable du club social chez Mornau Shepell, remarque aussi que dans son entreprise les activités sportives facilitent la communication entre les 1400 employés de Montréal. Elles permettent, à son avis, de mettre des visages sur des personnes déjà fréquemment contactées par téléphone et de mieux comprendre le rôle des autres départements.

Mais surtout, elle voit dans ces activités sportives récurrentes dans le temps un puissant outil d'intégration. « Quand on a un nouvel employé qui se joint à une équipe, le fait d’y participer lui permet de connaître les gens de l'entreprise. Son cercle de contacts s'agrandit aux autres départements. »

 

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Le capteur infaillible de LeddarTech

Édition du 13 Mai 2020 | Maxime Bilodeau

FOCUS RÉGIONAL: CAPITALE-NATIONALE. LeddarTech s’apprête à prendre d’assaut le marché mondial des voitures...

Le PACME profite à Edgenda

Édition du 13 Mai 2020 | Maxime Bilodeau

FOCUS RÉGIONAL: CAPITALE-NATIONALE. Le Programme actions concertées pour le maintien en emploi (PACME) annoncé...

Optel veut géolocaliser la pandémie

Édition du 13 Mai 2020 | Maxime Bilodeau

FOCUS RÉGIONAL: CAPITALE-NATIONALE. Le Groupe Optel lutte contre la pandémie à sa manière.