Recherche investissements désespérément

Publié le 04/11/2016 à 17:55

Recherche investissements désespérément

Publié le 04/11/2016 à 17:55

Le Québec ne comble pas son retard de compétitivité avec ses concurrents dans le secteur manufacturier. Au contraire, il le creuse, en raison d’investissements anémiques en équipements et dans le numérique. Le réveil pourrait être brutal.

Lorsque DICI Industries est racheté par Trinity Aerospace et Altitude Aerospace, en 2013, elle accède à de nouveaux segments de marché. L’entreprise montréalaise spécialisée en machinage et assemblage de précision fournissait surtout le secteur des télécommunications et un peu la défense. Voilà que s’ajoutent ceux de l’aérospatiale et du médical.

« Nous avions besoin d’équipements plus sophistiqués pour réaliser les pièces complexes demandées par nos clients en aérospatiale », explique le président Kofi Bannerman-Maxwell. Depuis 2014, l’entreprise a notamment acquis deux machines 5 axes, en plus d’implanter un progiciel de gestion intégrée (ERP). Au total, elle a investi plus de 1,5 M$ en équipement.

« C’est un défi de le faire en maintenant la cadence de production, admet le président. Il y a une courbe d’apprentissage avant de tirer tous les avantages de ces changements. Il faut former les employés. Il faut aussi les convaincre des bénéfices que peut nous apporter le ERP, et leur montrer à bien l’utiliser. L’ERP change notre manière de travailler. Tout le monde comprend que son travail affecte celui des autres, donc on travaille moins en silos. »

Il n’a pas hésité à s’appuyer sur des consultants, lesquels ont organisé des « change labs » pour l’entreprise. Ses efforts ont notamment été récompensés par l’obtention du label MACH 3 d’Aéro Montréal. Ce label constitue une excellente carte de visite auprès des donneurs d’ordre, et a grandement aidé à augmenter la productivité de l’entreprise, selon M. Bannerman-Maxwell.

Un fossé se creuse

L’exemple de DICI Industries demeure malheureusement trop rare dans le secteur manufacturier québécois. Selon Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ), les PME québécoises investissent annuellement 5 500 $ par travailleur en machinerie, contre 7 600 $ en Ontario. En 2014, elles ont dépensé 2,5 M$ en modernisation et équipements, contre 4,5 M$ en Ontario.

Et rien ne laisse prévoir une nouvelle vigueur. Le baromètre industriel 2016 de Sous-traitance industrielle Québec (STIQ) démontre que seulement 26 % des entreprises ont investi plus de 5 % de leur chiffres d’affaires en achat d’équipement en 2015, et seulement 13 % ont investi plus de 2 % de leur chiffres d’affaires en TIC.

À lire : Le virage numérique de Marquis Imprimeur

La productivité est à l’avenant. Au Québec, elle augmente annuellement de 1 %, deux fois moins qu’au Canada, quatre fois moins qu’aux États-Unis et plus de cinq fois moins que dans certains pays émergents ou scandinaves.

« Pourtant, le lien entre les investissements dans l’équipement et la performance n’est plus à faire », déplore Richard Blanchet, pdg du STIQ. Le baromètre du STIQ démontre qu’un investissement de plus de 5 % du chiffre d’affaires augmente ce dernier d’au moins 5 % dans 66 % des cas, et de plus de 20 % dans 22 % des cas. Pour un investissement dans les TIC, 70 % des entreprises voient leur chiffre d’affaires augmenter d’au moins 5 %.

Compétitivité menacée

Véronique Proulx, vice-présidente, affaires corporatives et stratégie à MEQ, est déçue que peu de manufacturiers d’ici aient profité de la force du dollar canadien pendant quelques années pour investir massivement dans leurs équipements.

« Ce sous-investissement menace la compétitivité de nos entreprises à l’échelle locale comme internationale, prévient-elle. Or, le Canada a présentement 51 ententes de libre-échange en vigueur ou en négociation. C’est ça le contexte. Si on exporte, il faut être concurrentiel pour s’imposer sur de nouveaux marchés. Même si on ne vend qu’au Québec, on doit affronter des concurrents très productifs venus de l’étranger. »

Selon François Gingras, directeur équipements et productivité au Centre industriel de recherche du Québec (CRIQ), les entrepreneurs voient souvent davantage les coûts et les freins liés aux investissements que les bénéfices.

À lire : Qu’est-ce qui freine les investissements

Les dirigeants s’inquiètent également du financement de cette modernisation ou des difficultés de l’implantation. Cependant, ils sous-estiment le prix de l’immobilisme.

À lire : Le défi du montage financier

Confort illusoire

« Les industriels calculent aisément les coûts liés à la maintenance préventive, mais pas ceux provenant du manque de productivité des équipements désuets, souligne-t-il. Il ne faut pas juste calculer les pertes engendrées par les bris qui stoppent la production. Il faut aussi tenir compte des moments où une machine fonctionne, mais fait un piètre produit, lequel échouera les contrôles de qualité. Il faudra le remplacer, le recycler ou le retravailler. Il y a aussi des machines désuètes tournant au ralenti. Tout cela a un coût, que les entrepreneurs tendent à sous-estimer. »

Ce danger menace une catégorie bien précise d’entreprises, toujours selon lui. Une minorité de PME sont des enthousiastes de la technologie et adoptent les nouveautés très rapidement. D’autres n’ont simplement plus le choix, elles doivent investir, sinon elles devront soit fermer, soit se délocaliser. Entre les deux, il y a toute une tranche d’entreprises vivant confortablement dans le statu quo et ne ressentant pas le besoin d’investir.

« Ce confort est un piège dangereux, prévient François Gingras. C’est une illusion, qui peut placer une PME dans une position très désavantageuse par rapport aux concurrents, et éventuellement menacer sa survie. Il faut voir plus loin. »

À lire aussi:

Faire les bons choix technologiques

Chez Enviroplast, équipement et modèle d'affaires évoluent ensemble


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

La COVID-19 semble déjà avoir un impact sur les habitudes d'achat en ligne

Vingt-huit pour cent des répondants ont affirmé avoir effectué davantage d’achats en ligne depuis le début de la crise.

Guide de survie de l'extraverti en confinement

11:14 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. Voici cinq suggestions pratiques pour nos compagnons extravertis qui n'en peuvent plus de la quarantaine.

Le producteur de cannabis CannTrust se protège de ses créanciers

Cela lui permettrait de terminer la mise en oeuvre de son plan d’assainissement pour son installation de Vaughan.