Le conseiller n'est pas déclassé par Internet

Offert par Les Affaires


Édition du 17 Septembre 2016

Le conseiller n'est pas déclassé par Internet

Offert par Les Affaires


Édition du 17 Septembre 2016

[Photo : 123RF/rawpixel]

L'avènement du régime volontaire d'épargne-retraite (RVER) a donné lieu à une première : la possibilité de souscrire à un régime de retraite collectif en ligne. Mais les conseillers peuvent continuer de dormir sur leurs deux oreilles, car ils ont toujours la faveur des entreprises, selon les fournisseurs de RVER et d'autres régimes de retraite.

Retour au dossier RVER : le décompte est commencé

Seul le RVER, ce nouveau régime d'épargne-retraite collectif créé dans la foulée de la Loi sur les RVER, peut être vendu en ligne sans intermédiaire si aucun conseil n'est donné. Les autres régimes, comme le régime de retraite simplifié ou le régime de participation différée aux bénéfices, sont nécessairement vendus par l'entremise d'un conseiller ayant le titre requis.

«Très peu d'entreprises adhèrent à notre RVER en ligne, dit Philippe Toupin, vice-président, solutions aux petites entreprises, de Manuvie. Elles préfèrent être accompagnées dans cette démarche.»

L'assureur distribue son produit principalement par l'intermédiaire de conseillers indépendants.

Chez Desjardins, beaucoup d'entreprises remplissent une demande d'adhésion en ligne, d'après David Charbonneau, premier vice-président, épargne-retraite collective. «Nous communiquons ensuite avec elles pour mieux comprendre leurs besoins, et si elles ont de l'intérêt pour une autre de nos solutions d'épargne-retraite, un conseiller les prend en charge.»

De son côté, la Financière Sun Life dirige vers un conseiller tous les clients qui communiquent avec elle par son site Web. «Nous croyons au bien-fondé du conseil, car nous voulons aiguiller les PME vers le régime collectif qui correspond à leurs besoins, souligne Jean-François Pelletier, vice-président régional, régimes collectifs de retraite. C'est pourquoi nous ne faisons aucune vente en ligne.» L'assureur dispose d'un réseau de 800 conseillers consacrés à ses produits en plus de travailler avec des courtiers indépendants.

Des règles particulières

Les régimes d'épargne-retraite collectifs sont habituellement distribués par les conseillers en assurance et rentes collectives ou en régimes de rentes collectives. Avec le RVER cependant, l'Autorité des marchés financiers a prévu une exception temporaire.

Ainsi, jusqu'au 31 décembre 2017, les conseillers en sécurité financière et les conseillers en régimes d'assurance collective pourront offrir aux employeurs le RVER d'un assureur vie, ce qu'ils ne peuvent pas faire normalement. Cette mesure a été adoptée pour satisfaire la forte demande qui surviendra probablement à l'approche des deux premières dates butoirs.

Le hic, c'est que les conseillers visés par l'exception n'ont pas d'expérience en régimes d'épargne-retraite collectifs. De plus, ils sont autorisés à distribuer uniquement le RVER. Leurs entreprises clientes se verront donc proposer un RVER alors qu'un autre type de régime pourrait peut-être mieux convenir à leur réalité, en particulier si elles cotisent pour leurs employés.

«Les entreprises sont mieux servies avec un conseiller qui a un permis en rentes collectives et qui peut offrir tous les types de régimes», juge Philippe Toupin, de Manuvie.

Cependant, il est bon de savoir que plusieurs conseillers en rentes collectives sont critiques à l'égard du RVER et donc peu enclins à le suggérer. «C'est un produit déjà formaté auquel on ne peut rien changer, signale Gaétan Veillette, du Groupe Investors. D'autres régimes sont plus flexibles, car certains de leurs paramètres peuvent être adaptés à l'entreprise.»

Ajoutons que nombre de conseillers reprochent au RVER de mettre de côté le conseil, parce que la commission qu'ils en tirent est moins élevée qu'avec les autres produits d'épargne-retraite. Certains jugent que le RVER n'est pas rentable pour eux et renoncent à le vendre. D'autres, toutefois, considèrent qu'il s'agit d'une occasion de développement des affaires.

Retour au dossier RVER : le décompte est commencé


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

M2GO: entre tradition et innovation

15/08/2019 | Carine Elkouby

PME DE LA SEMAINE. Dans l'ombre de Wayfair, M2GO est le seul détaillant de meubles canadien en ligne.

Firebarns: le secret est dans la sauce... piquante!

Édition du 20 Juillet 2019 | Anne-Marie Tremblay

La PME commercialise onze variétés de sauces piquantes et quatre en version BBQ, dont trois ont été lancées en 2019.

À la une

Québec vient en aide au Groupe Capitales Médias, Martin Cauchon démissionne

Pierre Fitzgibbon a annoncé lundi après-midi une aide de 5M$ provenant d'Investissement Québec.

Faillite de Capitales Médias: réunion d'urgence du gouvernement Legault

Mis à jour à 15:08 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Le président exécutif du Groupe Capitales Médias, Martin Cauchon, se disait confiant en l'avenir la semaine dernière.

Capitales Médias: Unifor réclame une aide financière ciblée et urgente

Mis à jour le 16/08/2019 | La Presse Canadienne

C'est au tour du syndicat Unifor de réclamer une aide financière «ciblée et urgente» pour le Groupe Capitales Médias.