En travail hybride? Faites gaffe aux «boys club»

Publié le 21/10/2021 à 07:30

En travail hybride? Faites gaffe aux «boys club»

Publié le 21/10/2021 à 07:30

Par Catherine Charron
une femme travaille à son bureau

«Quand l'organisation fait un effort conscient d’inclure tous les partis dans une discussion, même s’ils ne sont pas physiquement au bureau, c’est une vraie preuve de changement», (Photo: Daniel Thomas pour Unsplash)

RHéveil-matin est une rubrique quotidienne où l'on présente aux gestionnaires et à leurs employés des solutions inspirantes pour bien commencer leur journée. En sirotant votre breuvage préféré, découvrez des astuces inédites pour rendre vos 9@5 productifs et stimulants.


RHÉVEIL-MATIN. L’un des défis engendrés par le travail hybride, c’est d’inclure tous vos collègues lorsque vous planchez sur un dossier, qu’ils bossent de la maison ou du bureau. Ce réflexe est d'autant plus important qu'il évite de créer un écart entre les hommes et les femmes de votre entreprise, prévient Rita Trichur, rédactrice commerciale principale et chroniqueuse pour Report on Business.

Elle a fait cette recommandation lors de la conférence La grande réévaluation: la souplesse est-elle l’antidote aux démissions de masse? présentée de C2 Montréal, aux côtés de Christian Bourque, vice-président exécutif et associé chez Léger, et de la docteure en psychologie organisationnelle Laura Hambley.

Avant la pandémie, «lorsqu’on permettait de travailler de la maison, ça pouvait donner l’impression que ceux qui acceptaient cette proposition étaient moins dévoués à leur emploi, fait remarquer la journaliste, qui s’inquiète de voir ce préjugé se perpétrer. Il faut s’assurer que ça ne crée pas d’écart entre les genres.»

En effet, si ce sont surtout des femmes qui pratiquent le télétravail, tandis que les hommes remettent les pieds au bureau, Rita Trichur estime que les «boys clubs» déjà existants dans les entreprises se calcifieront. Si leurs collègues ne les incluent pas, les employées «n’auront pas la chance de participer aux prises de décisions et leur contribution pourrait ne pas être reconnue à leur juste valeur parce qu’elles n’étaient pas en présentiel».

Certes, l’utilisation de la technologie peut pallier ce phénomène. Une évolution de la culture d’entreprise et une plus grande diversité au sein des postes de direction seront d’autant plus efficaces pour prévenir un tel retour en arrière.

«Lorsque des rencontres informelles se transforment en échange professionnel, on devrait avoir le réflexe de se demander si d’autres personnes doivent faire partie de la conversation. Quand l'organisation fait un effort conscient d’inclure tous les partis dans une discussion, même s’ils ne sont pas physiquement au bureau, c’est une vraie preuve de changement», indique-t-elle.

Cette évolution des mentalités est un pas de plus vers un environnement de travail plus humain, devenu essentiel dans un contexte où les membres de vos équipes se demandent si la mission de leur employeur résonne avec leurs valeurs, assure Laura Hambley, docteure en psychologie organisationnelle.

Voici donc d’autres éléments qui sont ressortis de cet échange que vous pourriez ajouter à votre culture d’entreprise pour mieux vous adapter au mode hybride et ultimement réduire les chances d’un exode de votre main-d'œuvre:

– Clarifiez vos attentes à l’égard du droit à la déconnexion. Le télétravail et les politiques de travail flexible permettent à vos employés de bosser à leur rythme. Si un gestionnaire doit énoncer ses attentes, il devra aussi être à l’écoute de son équipe et ne pas imposer sa vision de la flexibilité.

– Adaptez vos indicatifs de performance et de productivité, tout comme votre style de gestion au travail hybride.

– Démontrez votre reconnaissance, et donnez régulièrement de la rétroaction d’autant plus si vos employés accomplissent leurs tâches de la maison.

– Soyez attentifs aux besoins des membres de votre troupe et aux défis qui les font grandir. Trouvez des opportunités pour les faire briller, même s’ils bossent à distance.

– Lorsqu’il y a des accrocs, identifiez la source du problème. Le nombre de postes à combler étant faramineux au Québec, vos employés vous quitteront s’ils sont malheureux.

– Soyez empathique, et pratiquez l’écoute active — un art que plusieurs leaders devraient apparemment perfectionner.

– Ouvrez le dialogue et demandez carrément à vos salariés quels sont les facteurs qui les feront rester dans votre organisation.

 

Pour ne plus louper ce rendez-vous, recevez votre RHéveil-matin dans votre boîte de courriels!

 


 

Sur le même sujet

À la une

Omicron plonge les Fêtes et les Canadiens dans l'incertitude

Mis à jour à 18:01 | La Presse Canadienne

Les plans de nombreux Canadiens en vue du temps des Fêtes sont plongés dans l’incertitude.

5. Calendrier de l'avent des affaires: le métavers

CALENDRIER DE L'AVENT DES AFFAIRES. Univers parallèle dans lequel rêvent de se réfugier les habitants des pays riches...

Nationaliser l’hydrogène vert serait une mauvaise idée

04/12/2021 | François Normand

ANALYSE. L'industrie n'a pas de problème, et on se priverait de capitaux privés, en plus d'assumer tous les risques.