Mettre les opposants de son côté

Publié le 25/09/2010 à 00:00, mis à jour le 01/10/2010 à 14:03

Mettre les opposants de son côté

Publié le 25/09/2010 à 00:00, mis à jour le 01/10/2010 à 14:03

Phillips Lumec s'est donné une cible majeure : que chaque nouvelle génération de produits consomme au moins 10 % d'énergie de moins que la précédente.

Il n'en a pas toujours été ainsi. " Il y a quelques années, nos lampadaires étaient critiqués par des groupes de pression qui les décrivaient comme une source de pollution lumineuse. Nous les avons écoutés et nous sommes retournés à la table à dessin. Ces activistes sont maintenant nos meilleurs vendeurs ", dit Jean-François Simard, président de Phillips Lumec, une entreprise de 230 employés de Boisbriand.

En fait, les relations sont devenues si bonnes avec ces groupes de pression que M. Simard siège au conseil d'administration d'un d'entre eux, l'International Dark-Sky Association.

Les dirigeants de ce fabricant de lampadaires sont convaincus que la croissance passent par l'innovation environnementale. " Si nous n'avions pas pris un tournant vert, nos concurrents l'auraient fait avant nous ", affirme M. Simard.

Un contexte parfait

Pourquoi ce tournant ? Parce que les citoyens souhaitent vivre dans des environnements sains, les jeunes réclament des produits verts et que les administrations municipales veulent réduire les coûts. Une combinaison parfaite pour la mise au point de lampadaires qui consomment moins d'énergie, grâce aux ampoules à diode électroluminescente (DEL, ou LED en anglais), et qui, surtout, évitent la " pollution lumineuse " en orientant la lumière vers le sol plutôt que vers le ciel.

À la une

Un nouveau modèle d’usine intelligente pour votre entreprise

28/01/2023 | François Normand

ANALYSE. Deloitte lance une usine à Montréal qui fait la démonstration d’activités d’entreposage et de fabrication 4.0.

Bourse: Wall Street termine en hausse

Mis à jour le 27/01/2023 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Toronto est restée pratiquement inchangée pendant la dernière séance de la semaine.

Moins d’aubaines sur le marché boursier qu’on ne pourrait penser

27/01/2023 | Charles Poulin

Si les marchés boursiers ne sont plus surévalués, ils ne sont pas une aubaine pour autant.