Le Parc Micro Sciences prend de l’ampleur à Trois-Rivières

Publié le 15/10/2015 à 08:00

Le Parc Micro Sciences prend de l’ampleur à Trois-Rivières

Publié le 15/10/2015 à 08:00

En 2016, le Centre d’innovation des systèmes viendra s’ajouter au Parc Micro Sciences de Trois-Rivières, afin de soutenir les entreprises de la région dans le domaine des TI, des systèmes électroniques et des télécommunications.


Cliquez ici pour consulter le dossier Réussir sa région


Le bâtiment de 2 229 m2 (24 000 pi2) hébergera le nouvel incubateur d’entreprises d’Innovation et Développement Économique Trois-Rivières (IDÉ), de même que le Centre collégial de transfert de technologie en télécommunication (C2T3) et Alinov Québec, une entreprise d’entraînement pour l’insertion en emploi. L’ouverture est prévue au printemps 2016, et 75 % de l’espace du nouvel incubateur a déjà trouvé preneur.


Évalué à plus de sept millions de dollars, le projet bénéficie de plus de deux millions de dollars du Fonds de diversification économique du Centre-du-Québec et de la Mauricie et du ministère de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations. Développement économique Canada a ajouté 485 000 $ pour l’achat d’équipement, et le Cégep de Trois-Rivières contribue 600 000 $.


« Le timing a été parfait pour ce projet, car nous aurions peiné à obtenir des sommes de cette ampleur dans le contexte actuel de compression dans le financement du développement économique régional », admet Mario de Tilly, directeur général d’IDÉ.


En effet, la Mauricie a beau être la deuxième région la plus pauvre au Québec, elle n’a pas échappé au couperet gouvernemental dans le soutien au développement économique. Sur les six CLD de la région, quatre ont été absorbés par les MRC ou les municipalités. IDÉ fait partie des deux encore debout, notamment grâce à une « excellente relation avec les élus municipaux », souligne Mario De Tilly.


La tempête a tout de même laissé des traces. En deux ans, le financement d’IDÉ a été amputé de plus de 800 000 $ et cinq personnes ont été mises à pied. Réussir, dans un tel contexte, à piloter un projet de l’envergure du nouvel incubateur revêt donc une saveur toute particulière.


Les emplois de demain


Pour Trois-Rivières, la diversification économique n’est pas qu’un slogan, c’est une question de survie. La synergie entre l’incubateur d’IDÉ et le C2T3 du Cégep s’inscrit dans un effort plus large pour relancer l’économie et freiner l’exode des jeunes. « Nous formons beaucoup de jeunes qui quittent ensuite la région, déplore Raymond-Robert Tremblay, directeur général de l’institution trifluvienne. Nous souhaitons créer un mouvement dans lequel les jeunes demeurent dans la région après avoir obtenu leur diplôme, et fondent des entreprises qui créeront de l’emploi. »


Le nouvel édifice offrira notamment aux PME une chambre anéchoïque, un équipement très rare. « Il n’en existe que deux autres au Québec », précise fièrement M. Tremblay. Il s’agit d’un cube de trois étages complètement étanche aux ondes extérieures. On peut donc y mener des expériences en télécommunications sans interférences. « Cela peut permettre, par exemple, de pré-certifier de nouveaux équipements développés par des PME, pour s’assurer qu’elles obtiendront sans encombre leurs certifications gouvernementales, », poursuit le DG.


Les PME de l’incubateur pourront aussi bénéficier des synergies avec le C2T3, qui se trouvait auparavant fort isolé dans un quartier résidentiel. Même Alinov Québec verra son orientation modifiée. L’organisme qui forme des professionnels peinant à se trouver du travail se réorientera vers la microélectronique et les télécommunications. « La formation de base restera la même, mais avec une plus value axée sur les besoins des entreprises de ces secteurs, qui elles aussi ont besoin de réceptionnistes, de comptables, et autres employés de bureau. »


De son côté, Mario De Tilly rêve déjà d’un troisième pavillon dans le Parc Micro Sciences, qui serait un incubateur plus généraliste accueillant des entreprises technologiques. « La demande est là, on souhaite y répondre », conclut-il.


Cliquez ici pour consulter le dossier Réussir sa région


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Fiscalité d'entreprise: la grande distorsion

EXPERT INVITÉ. Certaines dispositions font en sorte que des entrepreneurs peuvent être surimposés.

À la une: spécial 500, la recherche et développement au service de la croissance

Édition du 18 Mai 2019 | Les Affaires

Cette semaine, notre classement des 500 est accompagné d’un dossier sur un des moteurs des entreprises: la R-D.

OPINION Le secret du succès
Édition du 18 Mai 2019 | Olivier Schmouker
À la une: les métiers de demain (matin!)
Édition du 11 Mai 2019 | Les Affaires
À la une: à la conquête du règne végétal
Édition du 04 Mai 2019 | Les Affaires

À la une

10 choses à savoir mardi

La prochaine cible après Huawei, après la viande sans viande, les oeufs sans oeufs, le retour des Google Glass!

À surveiller: CAE, Goodfood et Restaurant Brands

Il y a 39 minutes | Dominique Beauchamp

Que faire avec les titres de CAE, Goodfood et Restaurant Brands?

Leaders, savez-vous pourquoi vos employés font la baboune?

BLOGUE. C'est que certains de leurs besoins vitaux sont insatisfaits chez vous, selon une étude Léger...