Le luxe hôtelier s'invite en région

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Septembre 2019

Le luxe hôtelier s'invite en région

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Septembre 2019

Par Claudine Hébert

Le site de réservation ­Open ­Table a classé le ­Boefish du ­OTL ­Gouverneur ­Sherbrooke parmi les 100 meilleurs restaurants au ­Canada «où sortir pour une soirée en ville pour leur cuisine et leur ambiance». (Photo: courtoisie)

RÉUNIONS ET CONGRÈS. Montréal et Québec ont les leurs. Gatineau a le sien, tout comme La Malbaie et Mont-Tremblant. Voilà que c'est au tour des villes de Sherbrooke et de Saguenay d'accueillir un hôtel classé 5 étoiles sur leur territoire.

Depuis deux ans, des établissements de la nouvelle chaîne hôtelière de luxe OTL Gouverneur ont ouvert leurs portes dans ces centres urbains. Dans les deux cas, ce sont d'anciens établissements de la chaîne Gouverneur - à qui appartient la bannière OTL - qui ont été complètement métamorphosés. Autant à Sherbrooke qu'à Saguenay, les hôtels étaient fermés depuis plus de 13 ans.

La très longue attente aura servi. Du verre, du bois, des planchers de céramique chauffants et d'impressionnants lustres sphériques formés de milliers de cristaux de verre taillés en Égypte et montés sur fil : le premier coup d'oeil à la réception des deux hôtels donne le ton. «Nous avons voulu offrir un produit haut de gamme qui répond aux standards de l'hôtellerie internationale», explique Gilles Camps, directeur général d'OTL Gouverneur Saguenay, de même que directeur des nouveaux projets du groupe OTL Gouverneur.

Les chambres «intelligentes» - au nombre de 126 à Sherbrooke et de 165 à Saguenay - sont toutes équipées d'un iPad, d'Internet à haut débit, de matelas faits sur mesure et même d'une distributrice de soie dentaire. Le gym entièrement vitré, réparti sur deux étages, est équipé de machines d'entraînement dignes du gymnase d'une équipe professionnelle. La chaîne a d'ailleurs fait appel à un joueur de la Ligue nationale de hockey pour bénéficier de ses conseils afin d'offrir le nec plus ultra à ses clients. Les tapis roulants permettent, par exemple, de jogger sur les parcours de quelque 2000 destinations sur la planète, souligne Gilles Camps.

Les deux adresses comptent également un Paus Spa ainsi qu'un restaurant Boefish, dont l'offre carnivore provient essentiellement d'éleveurs de boeufs américains. En avril, le site de réservation Open Table a classé le Boefish du OTL Gouverneur Sherbrooke parmi les 100 meilleurs restaurants au Canada «où sortir pour une soirée en ville pour leur cuisine et leur ambiance».

Combien tout cet aménagement a-t-il coûté ? 5, 10, 15 ou 20 M $ ? Motus et bouche cousue de la part de Gilles Camps. «Il s'agit d'un investissement de plusieurs millions de dollars», se contente-t-il de répondre. Pour le moment, aucun autre projet d'OTL Gouverneur ne figure dans les plans de la bannière. «Nous allons prendre le temps d'analyser comment se comportent les deux premiers hôtels dans le marché», dit directeur général. Quoi qu'il en soit, il n'y aura pas de futur OTL à l'Hôtel Gouverneur Montréal. Cet été, le propriétaire de la chaîne, Jacques Goupil, a vendu l'établissement de la rue Saint-Hubert à la firme torontoise SAGE Holdings.

Des retombées positives pour le tourisme d'affaires

Aujourd'hui, les OTL Gouverneur Sherbrooke et Saguenay ont des taux d'occupation qui dépassent les 50 %. La clientèle d'affaires y représente déjà plus de 80 % de l'occupation en semaine, estime M. Camps. «C'est un beau produit complémentaire pour notre ville», affirme Nathalie Gaudreault, directrice du tourisme à Promotions Saguenay. Elle est aussi convaincue que l'établissement attirera une nouvelle clientèle d'affaires dans la région.

L'arrivée d'un tout premier hôtel 5 étoiles donne littéralement des ailes à Destination Sherbrooke, estime Josianne Côté, déléguée congrès et promotion tourisme d'affaires et sportif de l'organisation. Proche voisin du Delta Hôtel Sherbrooke Centre de Congrès, l'OTL Gouverneur va, entre autres, permettre d'aller chercher une dizaine de congrès «à débordement» qui préféraient d'autres destinations par peur de manquer d'espace pour leurs participants.

«Mais l'un des plus beaux avantages de cet hôtel de luxe, c'est qu'il nous permet désormais de cibler sans complexe le marché des entreprises, que nous avions délaissé au cours des dernières années, reconnaît-elle. Nous avons commencé à courtiser une centaine d'entreprises de la province que nous n'aurions jamais osé approcher il y a deux ans, par crainte de perdre inutilement du temps et de l'énergie.»

Destination Sherbrooke a déjà réussi à convaincre une grande entreprise locale de tenir son prochain événement majeur à l'OTL Gouverneur. «Cette société avait l'habitude de réserver des espaces congrès pour plus de 500 délégués pendant toute une semaine ailleurs au Québec. En 2020, ses activités auront lieu chez nous.»

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une: les PDG de l'année «Les Affaires»

Édition du 07 Décembre 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, découvrez les lauréats des prix PDG de l’année «Les Affaires».

À la une: le point sur les recrues de Wall Street

Édition du 23 Novembre 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, retour sur la performance des entreprises faisant leurs premiers pas sur le parquet.

OPINION À la une: dix entrepreneurs venus d’ailleurs
05/11/2019 | Les Affaires
À la une: les 300 plus importantes PME du Québec
Édition du 26 Octobre 2019 | Les Affaires
À la une: cannabis, un an plus tard
15/10/2019 | Les Affaires

À la une

Bourse: Wall Street en petite hausse après l'accord sino-américain

Mis à jour le 13/12/2019 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La victoire électorale de Boris Johnson au Royaume-Uni a aussi influencé les marchés.

Titres en action: Empire (IGA), Transat, Transcontinental...

13/12/2019 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Un FNB peut-il faire faillite?

13/12/2019 | Ian Gascon

BLOGUE INVITÉ. N’importe quelle entreprise peut théoriquement faire faillite, pourquoi pas un fonds négocié en Bourse?