Destinations d'affaires prisées: la villégiature s'impose au Québec

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Septembre 2019

Destinations d'affaires prisées: la villégiature s'impose au Québec

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Septembre 2019

Par Claudine Hébert

Le nombre d’entreprises « qui recherchent un environnement champêtre pour leurs réunions, ateliers et autres ­rendez-vous » augmente, observe ­Christine ­Paquette, directrice des ventes pour les hôtels ­Villegia. Sur notre photo, l’hôtel ­Estrimont ­Suites & ­Spa à ­Magog-Orford. (Photo: courtoisie)

RÉUNIONS ET CONGRÈS. Si vous vous demandez quelles sont les destinations favorites des congressistes et organisateurs d'événements, vous avez sûrement en tête Montréal, Québec et d'autres grandes villes de la province. Vous aurez toutefois des surprises en consultant le classement Les Affaires, car les destinations de villégiature ont clairement pris du galon au cours des cinq dernières années.

Afin d'établir ce classement, nous avons communiqué avec les principales destinations affaires de la province pour obtenir le nombre de congrès et d'événements de 40 nuitées et plus qu'elles ont accueillis en 2018. Pourquoi ce nombre ? C'est le critère qu'utilise actuellement l'Association des professionnels de congrès du Québec (APCQ) pour comptabiliser les retombées économiques du tourisme d'affaires dans la province. Les données nous ont été fournies par les offices de tourisme ou les hôteliers eux-mêmes. Chacun de ces établissements a accepté de les partager en toute franchise et transparence.

Les principales portes d'entrée de la province, Montréal et Québec, monopolisent - et de loin - les deux premières places du classement. Le nombre d'hôtels, les grands espaces congrès et surtout la présence d'un aéroport international sur leur territoire jouent en faveur de la grande popularité de ces deux villes qui accueillent régulièrement du tourisme d'affaires provincial, national et international.

Un caractère «captif»

Les destinations de villégiature ont clairement pris du galon au cours des cinq dernières années. Orford (4e), Mont-Tremblant (5e), Estérel (7e), Bromont (8e, ex aequo avec Sherbrooke) et Saint-Sauveur (10e) détiennent maintenant la moitié des places du classement Les Affaires. En fait, ces destinations accueillent le double d'activités en tourisme d'affaires qu'en 2014.

«Cette situation coïncide avec la vigueur de l'économie, et surtout avec l'augmentation du nombre d'entreprises qui recherchent un environnement champêtre pour leurs réunions, ateliers et autres rendez-vous», observe Christine Paquette, directrice des ventes pour les hôtels Villegia, dont deux établissements se trouvent à Orford.

Bon nombre d'organisations du marché associatif (fédérations, ordres professionnels, etc.) vont également favoriser les lieux de villégiature pour leur caractère captif, ajoute-t-elle. «Les organisateurs qui jumellent à leur activité une section salon et exposants pour aider au financement de leur événement vont privilégier des lieux où il y a plus de chance que les participants demeurent sur place», explique Mme Paquette.

Gatineau (3e), Laval (6e) et Sherbrooke (8e, ex aequo avec Bromont) sont les trois villes qui complètent le classement. Des destinations urbaines qui parviennent à attirer un lot considérable d'événements en raison de leur localisation géographique, de leurs espaces congrès et de leurs infrastructures sportives.

Des mentions honorables

Même si elles ne figurent pas au classement, d'autres destinations congrès méritent un coup de chapeau. À commencer par Drummondville, qui malgré une année 2018 exceptionnelle de 111 congrès et événements de 40 nuitées et plus, arrive en 11e position, tout juste en fin de classement. Ce n'est que partie remise, estime Julie Verreault, conseillère au développement touristique à Tourisme Drummond. «Nos partenaires travaillent de plus en plus en équipe pour faire rayonner la destination, et les années 2019 et 2020 s'annoncent encore meilleures.»

Grâce entre autres aux activités liées au G7, La Malbaie a elle aussi connu une année record en 2018 avec 99 événements de 40 nuitées et plus. «Chez nous, le G7 s'est traduit par plus d'une quarantaine de prérencontres de janvier à juin, avant l'événement en soi. Ces rendez-vous, à eux seuls, ont représenté plus de 5 000 nuitées», indique Caroline Ouellette, directrice des ventes et marketing au Fairmont Le Manoir Richelieu.

À Saguenay, ce sont 93 congrès et événements de 40 nuitées et plus qui ont eu lieu en 2018. Du jamais vu dans la région, signale Nathalie Gaudreault, directrice du tourisme à Promotion Saguenay. «Il y a eu 37 congrès au total. Un record pour la ville, qui en reçoit généralement 25. Le G7 a également généré près de 5000 nuitées dans les établissements de Saguenay au cours des trois semaines précédant la présentation de l'événement», ajoute-t-elle.

Le record absolu pour l'année 2018 revient toutefois à la ville de Saint-Hyacinthe qui, grâce à l'arrivée de son nouveau complexe de congrès, est passé de moins d'une quinzaine d'événements majeurs par année à 87. Et ce, même si l'Hôtel Sheraton n'a ouvert ses portes qu'en juin 2018. Les activités liées au tourisme d'affaires y ont généré près de 15 000 nuitées. Une hausse exceptionnelle de 796 % du nombre de nuitées liées au tourisme d'affaires, souligne fièrement Nancy Lambert, directrice tourisme et congrès à Saint-Hyacinthe Technopole.

 

1 Les offices de tourisme de ­Montréal et ­Québec ne comptabilisent pas le nombre de congrès et événements de 40 nuitées et plus organisés sur leur territoire. Pour les besoins du classement, nous avons donc communiqué avec cinq hôtels du ­centre-ville de chacune de ces destinations et leurs principaux centres de congrès pour établir une estimation.

À suivre dans cette section


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une: Valérie Plante veut faire de l'est de Montréal le prochain Mile End

07/10/2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, Valérie Plante veut faire de l’est de Montréal le prochain Mile End.

À la une: celle qui veut libérer les entrepreneurs

Édition du 05 Octobre 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, l'industrie de l'aide à l'entrepreneur doit évoluer, estime Cadleen Désir.

OPINION À la une: notre spécial environnement
Édition du 28 Septembre 2019 | Les Affaires
L'Auberge qui ne voulait pas fermer l'hiver
Édition du 21 Septembre 2019 | Claudine Hébert
À la une: S.O.S., entrepreneurs en détresse
Édition du 21 Septembre 2019 | Les Affaires

À la une

La plupart des A220 de la compagnie Swiss remis en service

11:57 | AFP

« 17 avions de la série C/A220 ont déjà été inspectés (…) Les moteurs sont en parfait état ».

A220 de Swiss cloués au sol: des inspections sont recommandées

Swiss, Delta Air Lines, Air Baltic, Korean Air, EgyptAir et Air Tanzania ont reçu des A220.

Swiss cloue ses appareils A220 au sol

Le transporteur aérien Swiss a décidé de clouer ses 29 appareils A220 (ex-CSeries) en raison de problèmes de moteurs.