Choisir le conférencier qui fait s'envoler les billets

Publié le 04/10/2010 à 14:58, mis à jour le 04/10/2010 à 14:58

Choisir le conférencier qui fait s'envoler les billets

Publié le 04/10/2010 à 14:58, mis à jour le 04/10/2010 à 14:58

Par Claudine Hébert
Les organisateurs de collectes de fonds n'hésitent pas à s'associer aux personnalités de l'heure pour stimuler la vente de billets. " Les ventes grimpent en flèche si le présentateur-vedette apprend vite à adapter le contenu de sa présentation au vécu et à la réalité des participants dans la salle ", souligne le président d'OriZon. Il précise qu'un témoignage inspirant livré par une personnalité en vue constitue un élément accrocheur pour la plupart des grands rassemblements.

Quand le patron prend le micro

L'essor des conférences portant sur des thématiques liées au milieu de travail amène de plus en plus de dirigeants d'entreprises à occuper le rôle d'orateur. " Malheureusement, tous ces conférenciers d'un jour ne saisissent pas toujours l'impact de leur présentation ", poursuit M. Larose.

Ce type d'intervention est généralement réservé à des rencontres de dirigeants. Une occasion en or, pour ces conférenciers en herbe, de faire rayonner leur entreprise. À moins d'être déjà de bons communicateurs, plusieurs d'entre eux auraient avantage à consulter un expert en la matière avant de prendre le micro, soutient-il.

Patrick Leroux, formateur de conférenciers à ses heures, partage cet avis. " L'expertise d'un professionnel permet aux dirigeants de bien structurer leur présentation ", ajoute-t-il. À ce propos, un orateur devrait consacrer à sa préparation au minimum sept fois plus de temps que la durée de la présentation. M. Leroux insiste aussi sur le respect du temps de parole alloué. Rien n'agace davantage les participants assis dans la salle, horaire en main, que de voir l'allocution se prolonger. Voilà un conseil au conférencier qui ne veut pas perdre l'attention de son auditoire.

Le meilleur conférencier que j'aie entendu

Brigitte Marchand, directrice générale du Parc national du Mont-Orford

" Je ne suis pas prête d'oublier la conférence " Moi incorporé " de Sylvain Boudreau, présentée à l'occasion du congrès de l'Association des stations de ski, en 2006. Même si je baignais dans le service à la clientèle depuis plus de 20 ans, il m'a fait prendre conscience que nous sommes, chacun, notre propre entreprise. L'énergie que nous dégageons est garante de la bonne humeur de notre entourage. Le message de ce conférencier m'a permis de mettre des mots sur ce que je ressentais. Je voulais tellement que mes employés de l'époque puissent, eux aussi, entendre ce message qu'à défaut d'avoir les moyens d'embaucher ce conférencier, j'ai acheté son DVD. "

Stéphane Pipon, directeur, développement des affaires du Groupe conseil OSI

" Je participe chaque année à l'organisation d'une soirée-bénéfice pour amasser des fonds au profit du Fonds d'investissement et de développement athlétique, une fondation venant en aide aux étudiants-athlètes. Cette année, nous avons fait appel au triathlète Pierre Lavoie, fervent défenseur du virage santé. Cet homme, dont les deux enfants sont décédés d'acidose lactique, transmet avec passion un discours de persévérance, de respect et de discipline que l'on peut aisément transposer dans notre quotidien. Un message poignant qui rappelle que notre attitude prime sur nos aptitudes. J'ai été très touché par les épreuves que ce père de famille a vécues. Plusieurs personnes dans la salle avaient les larmes aux yeux. "

À la une

Le visa de votre employé étranger va expirer, que faire pour le garder?

LE COURRIER DE SÉRAFIN. Il est crucial de commencer les démarches avant la date d’expiration de son permis de travail.

Le Canada accueillera le G7 dans les Rocheuses, en 2025

Il y a 5 minutes | La Presse Canadienne

La réunion de l'année prochaine aura lieu à Kananaskis, en Alberta, au sud-ouest de Calgary.

Québec allonge 2,4M$ à Juripop pour aider des victimes d'harcèlement au travail

Mis à jour il y a 11 minutes | La Presse Canadienne

Ces sommes vont permettre à la clinique juridique «de donner la main» à environ 300 victimes par année.