Quoi de neuf en Chaudière-Appalaches?

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Septembre 2019

Quoi de neuf en Chaudière-Appalaches?

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Septembre 2019

Par Claudine Hébert

Parmi les grandes nouveautés de l’hôtel ­Le ­Georgesville, notons 36 chambres, qui portent à 137 le nombre d’unités d’hébergement. (Photo: courtoisie)

RÉUNIONS ET CONGRÈS. Les coups de marteau et autres bruits de construction se sont tus. Les travaux d'envergure de rénovation et d'agrandissement sont terminés depuis un an à l'hôtel Le Georgesville, à Saint-Georges-de-Beauce. Parmi les grandes nouveautés de l'établissement qui abrite également un centre de congrès, notons 36 chambres - qui portent à 137 le nombre d'unités d'hébergement -, une salle d'une capacité de 130 personnes ainsi qu'un décor totalement rafraîchi pour le restaurant Le Point-Virgule. Motus et bouche cousue sur l'investissement total nécessaire, toutefois : la direction refuse de divulguer quelque montant que ce soit.

Qu'à cela ne tienne, les effets bénéfiques se font déjà sentir. «Habitués d'accueillir bon an, mal an une vingtaine de congrès, nous en avons obtenu trois de plus au cours de la dernière année ; trois congrès associatifs de plus de 250 personnes, signale Sophie Faubert, déléguée commerciale de l'hôtel. Des événements que les organisateurs refusaient de tenir à Saint-Georges-de-Beauce faute de trouver un établissement capable d'accueillir leurs participants sous un même toit.» Leur nouvelle salle est également très appréciée par la clientèle d'affaires locale. Elle est réservée au moins deux fois par semaine de septembre à juin, évalue Mme Faubert.

À la une

Bourse: Wall Street finit la semaine en hausse, moins anxieuse d'une récession et de l'inflation

Mis à jour le 24/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de près de 350 points.

Bourse: un parallèle avec le début des années 2000

24/06/2022 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Je suis en train de lire «No Rules Rules» écrit par Reed Hastings, le cofondateur de Netflix.

Le français, notre langue d'affaires

BLOGUE INVITÉ. Soyons fiers de cette langue rassembleuse qui rythme nos vies depuis des générations.