Le golf a-t-il encore la cote auprès des planificateurs d'événements?


Édition du 09 Février 2019

Le golf a-t-il encore la cote auprès des planificateurs d'événements?


Édition du 09 Février 2019

Par Claudine Hébert

Au ­Manoir ­Richelieu, le spectaculaire parcours de 27 trous demeure encore un argument de vente pour des dizaines de congrès et d’événements.

RÉUNIONS ET CONGRÈS — Si les clubs et terrains de golf avaient la cote à la fin des années 1990, vingt ans plus tard, ces infrastructures ne semblent plus aussi populaires. Le nombre de membres diminue, tout comme le nombre de tournois de golf. Cependant, certains propriétaires soutiennent que l'activité est loin d'être en perte de vitesse. Particulièrement auprès de la clientèle d'affaires.

«Les clubs et terrains continuent d'attirer cette clientèle», maintient Nadia Di Menna, présidente de l'Association nationale des propriétaires de terrains de golf du Canada - section Québec. «Et pas seulement pour les parcours», poursuit celle qui est aussi directrice générale du Golf Le Versant, à Terrebonne.

Certes, la plupart des clubs et des terrains ont noté une baisse importante du nombre de tournois de golf. Favorisé pendant des années comme la principale activité de collecte de fonds par plusieurs organisations, le tournoi de golf fait face aujourd'hui à une forte compétition en matière de formules caritatives.

Là où certains clubs et terrains tirent toutefois leur épingle du jeu, c'est en louant leurs espaces de réception pour des réunions et d'autres événements d'affaires. Plus ces installations sont spacieuses et multifonctionnelles, plus la clientèle d'affaires abonde. Au Golf Le Versant, qui dispose d'un pavillon de plus de 33 000 pieds carrés, ces locations représentent plus de 30 % des revenus de l'entreprise, affirme Mme Di Menna. Certaines organisations se limitent à une simple réunion toute la journée. «Mais plus de la moitié vont se réunir en matinée et fouler l'un des quatre parcours de notre complexe en après-midi.»

Des revenus et des emplois stables

Au club de golf Montcalm, à Saint-Liguori, les revenus liés aux locations de salles auprès des entreprises représentent un peu moins de 10 % à 15 % par année, indique Eve Gaudet, directrice des opérations. Ces locations présentent toutefois un avantage non négligeable sur le plan des ressources humaines. «Ces locations qui s'effectuent à l'année nous permettent d'offrir des heures régulières, même en hiver, à notre équipe de cuisine et de services aux tables. Une équipe composée d'au moins une trentaine d'employés», soulève Mme Gaudet qui siège également comme vice-présidente à l'Association des clubs de golf du Québec.

Ce qui chicote toutefois Mme Gaudet, tout comme plusieurs gestionnaires de clubs et de terrains, ce sont les règles fiscales qui nuisent à son industrie. «Les dépenses de golf ne sont pas admissibles aux crédits d'impôt pour les entreprises, contrairement aux billets de hockey au Centre Bell, aux billets de ski ou aux billets de spectacle. Ces dépenses faites par les entreprises peuvent bénéficier de déduction de 50 % dans certains cas», dit-elle. Cette iniquité fait en sorte que le golf se trouve moins attrayant pour les entreprises lorsque vient le moment de choisir une activité au sein de laquelle elles peuvent jumeler loisir et affaires, poursuit Mme Gaudet.

Les associations de propriétaires de clubs et de terrains de golf partout au pays multiplient d'ailleurs les représentations auprès du gouvernement fédéral afin de modifier cette situation. «Nous sommes la seule industrie du loisir qui fait face à cette injustice», renchérit Mme Di Menna. Pourtant, ajoute-t-elle, le parcours de golf est un endroit parfait pour mieux socialiser avec des employés, des clients ou des partenaires. Cette activité permet de mieux connaître la personne, sa personnalité, tout en discutant affaires dans un environnement agréable.

Le golf, tient à rappeler Mme Di Menna, est pratiqué par 20 % de la population au Canada. Ce taux surpasse tous les autres sports, y compris le hockey. «Au Québec seulement, plus de sept millions de parties y sont jouées chaque saison, dont 11 % par des touristes. Surtout, ce sport n'est plus aussi élitiste : 90 % des clubs de golf sont ouverts au public», signale-t-elle.

Au ­club de ­golf ­Montcalm, à ­Saint-Liguori, les revenus liés aux locations de salles auprès des entreprises représentent un peu moins de 10 % à 15 % par année.

Rendre le jeu flexible

Certains clubs et terrains ont néanmoins trouvé des solutions pour stimuler l'intérêt envers le jeu. Au Golf Mont Gabriel, la direction propose des parties de 9 et 18 trous, mais aussi de 10 et 12 trous. «Une formule beaucoup moins contraignante en matière de temps, et qui plaît, bon an, mal an à quelque 250 clients de l'hôtel», soutient Jessica Croteau, directrice de l'hébergement et du marketing de l'Hôtel & Spa Mont Gabriel.

Au Manoir Richelieu, dont le spectaculaire parcours de 27 trous demeure encore un argument de vente pour plus d'une trentaine de congrès et d'événements par année, la direction a commencé à développer des formules flexibles où l'on conjugue une partie de 9 trous à un 5 à 7 pour attirer la clientèle qui n'est pas forcément adepte de l'activité. Et ça fonctionne, souligne Caroline Ouellette, directrice des ventes au Fairmont Manoir Richelieu. Plus de 400 golfeurs, subjugués par le paysage, se laissent tenter par la formule.

À la une

Bourse: nouveaux records pour le Nasdaq et le S&P 500

Mis à jour à 18:49 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a clôturé en légère hausse.

Bourse: les gains du S&P 500 en 2024 restent fragiles

03/05/2024 | Denis Lalonde

BALADO. Plus de la moitié du gain du S&P 500 lors des quatre premiers mois de 2024 est attribuable à... Nvidia.

Bourse: les gagnants et les perdants du 21 mai

Mis à jour à 18:51 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.