Boom hôtelier à Laval


Édition du 09 Février 2019

Boom hôtelier à Laval


Édition du 09 Février 2019

Par Claudine Hébert

Le ­­Grand ­Times ­Hotels de Laval, qui proposera plus de 300 chambres, sera érigé dans la cour du ­Centropolis. Estimés à 65 millions de dollars, les travaux s’effectueront en deux phases.

RÉUNIONS ET CONGRÈS — Depuis 15 ans, la ville de Laval n'a pas accueilli de nouvel hôtel sur son territoire. Le dernier «nouveau-né» remonte à 2004, soit l'ouverture du Hampton Inn & Suites by Hilton, sur le boulevard Curé-Labelle. Or, voilà que quatre projets hôteliers sont sur le point de se concrétiser, dont celui du Grand Times.

«Il s'agira du plus grand hôtel en ville», promet fièrement Jean Audet, propriétaire de la chaîne Grand Times Hotels et copropriétaire de l'hôtel Le Concorde, à Québec.

Le complexe, qui proposera plus de 300 chambres (le Sheraton en compte 280), sera érigé dans la cour du Centropolis. Estimés à 65 millions de dollars, les travaux s'effectueront en deux phases. La première tour, dont la construction doit commencer ces jours-ci, comptera 143 chambres. Le douzième et dernier étage du bâtiment fera place à un vaste espace de réunion de 10 000 pieds carrés entièrement fenestré. «Ses utilisateurs pourront profiter d'une vue panoramique qui permettra de contempler au loin le mont Royal et les Laurentides», signale l'homme d'affaires. Un stationnement intérieur de 300 cases et un restaurant font aussi partie des plans. L'ouverture de l'hôtel est prévue pour l'automne 2020.

Cette nouvelle adresse du boulevard Saint-Martin sera la cinquième de la chaîne, après Québec (deux adresses), Sherbrooke et Drummondville. «Depuis déjà une dizaine d'années, le groupe étudiait la possibilité de s'installer dans les environs du Centropolis. Pour nous, c'était l'endroit qui convenait le mieux à la signature de notre produit. Nous attendions de pouvoir mettre la main sur le bon terrain», raconte M. Audet.

Les revenus des hôtels Grand Times reposent essentiellement sur la clientèle d'affaires. Le design des chambres et des aires publiques est d'ailleurs composé de béton, de cuir, de métal et de verre : des éléments bruts qui plaisent à une clientèle masculine, fait remarquer M. Audet. La clientèle féminine apprécie pour sa part le contexte sécuritaire des établissements du groupe.

Pour le moment, aucune date n'a été annoncée pour la seconde tour de 12 étages. «Nous souhaitons voir comment la clientèle réagira à notre produit, ce qui permettra de nous ajuster et peut-être même de construire davantage de chambres que les 160 qui sont actuellement prévues», indique M. Audet.

Le propriétaire de la chaîne hôtelière ne cache pas avoir déjà d'autres projets en tête. «Nous avons commencé à explorer les marchés d'Ottawa et de Toronto pour un possible développement dans deux ans. Mais avant de s'attaquer à fond au marché ontarien, nous allons nous assurer de couvrir le territoire québécois.» Un projet d'hôtel de 125 chambres à Blainville est dans la mire du groupe. D'autres annonces pourraient être faites d'ici le printemps. M. Audet souhaite détenir au moins 10 hôtels sous sa bannière d'ici cinq ans. Il étudie également la possibilité de lancer deux autres chaînes hôtelières d'ici 2021.

Et les autres projets hôteliers lavallois ?

Outre celui du Grand Times, trois autres projets d'hôtels pourraient venir bonifier l'offre d'hébergement lavalloise d'ici 2023. On surveille, entre autres, le projet Central Parc, près du Carrefour Laval.

Détenu depuis une vingtaine d'années par le Groupe Saroukian, un gestionnaire immobilier d'Edmonton, en Alberta, le vaste de terrain de quatre hectares accueillera un tout nouveau complexe à la fois résidentiel, hôtelier et commercial. Les premiers développements seront consacrés à une tour de 198 logements qui doit être livrée dès juillet 2019. Au total, le complexe prévoit plus de 1 400 logements haut de gamme. Les détails du futur hôtel, eux, n'ont pas encore été dévoilés. Le projet est estimé à plus d'un demi-milliard de dollars.

Autre projet hôtelier en vue, celui du Centre de congrès Palace. Peu d'informations ont été divulguées jusqu'ici, sauf la publication de cinq photos du futur hôtel sur la page Facebook du Palace.

Le promoteur Montoni, qui gère l'Espace Montmorency, voisin de la Place Bell, compte lui aussi ajouter un nouvel hôtel au sein de ce complexe immobilier de 400 M$. À l'exception de la date des travaux, prévus entre le printemps 2019 et 2023, on connaît peu de détails sur l'éventuel hôtel qui y verra le jour.

Le ­Centre de congrès ­Le ­Palace livre au compte-gouttes des informations sur son nouvel hôtel en construction. Le ­Palace obtient plus de 60 % de ses revenus auprès de la clientèle affaires.

Des nouvelles chambres très attendues

Actuellement, on trouve près de 1 500 chambres dans la région de Laval. Ce parc hôtelier affiche le meilleur taux d'occupation depuis 12 ans. «L'arrivée de ces quatre nouveaux hôtels est très attendue. Bien qu'on en sache peu sur trois de ces quatre projets, nous sommes convaincus que ces nouvelles infrastructures se traduiront par une augmentation d'au moins 40 % du nombre de chambres», estime Geneviève Roy, présidente-directrice générale de Tourisme Laval.

En 2017, Laval a accueilli plus de 200 événements de 40 nuitées et plus, ce qui place la ville parmi les cinq destinations d'affaires les plus populaires de la province. «La bonification de notre parc hôtelier contribuera à consolider, voire à améliorer ce statut», soutient Mme Roy. Le tourisme d'affaires représente plus de 50 % des visiteurs de passage à Laval.

À la une

Bourse: Toronto termine en hausse, aidée par l'énergie et les industries

Mis à jour le 27/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les marchés boursiers américains étaient fermés pour le jour férié du Memorial Day.

Bourse: les gagnants et les perdants du 27 mai

Mis à jour le 27/05/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Apple, Microsoft et Gildan

27/05/2024 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Apple, Microsoft et Gildan? Voici quelques recommandations d’analystes.