Un OBNL parmi les grands groupes des résidences pour aînés

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Avril 2019

Un OBNL parmi les grands groupes des résidences pour aînés

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Avril 2019

Par Claudine Hébert

RÉSIDENCES POUR AÎNÉS. Parmi les dix grands propriétaires et gestionnaires de RPA au Québec, on trouve même un OBNL, soit l'Office municipal d'habitation de Montréal. Cet organisme détient et gère le réseau des résidences EnHarmonie, créé en 2008. À l'aide de programmes gouvernementaux qui étaient accessibles au milieu des années 2000, l'organisme a pu construire 1 259 logements répartis dans une dizaine de résidences. Ces immeubles se trouvent aux quatre coins de l'île, soit de Pointe-Claire jusqu'au secteur Rivière-des-Prairies.


Il s'agit de résidences dont les appartements sont offerts à prix modestes. À l'exception d'une salle communautaire aménagée dans chaque immeuble, n'y cherchez pas une piscine, un gym, une allée de quilles et une salle cinéma. « Nos résidences ont été développées afin de répondre à une clientèle aînée dont les revenus bruts sont sous la barre des 29 000 $ par année. Ce qui est d'ailleurs le cas de 75 % de nos occupants. Raison pour laquelle le coût de location de nos appartements revient généralement 30 % moins cher que celles des autres résidences », explique Marie-Josée Gendron, directrice du réseau des résidences EnHarmonie.


Notez qu'un tout nouveau service de navette - le groupe a fait l'acquisition d'un minibus de 24 places en octobre dernier - s'est ajouté à l'offre du réseau. Il permet d'offrir deux sorties culturelles ou de loisirs par mois aux occupants de chacune des résidences.


Des logements très recherchés


Compte tenu des coûts de location abordables, la moitié des immeubles de ce réseau, particulièrement ceux qui sont situés au coeur du territoire montréalais, ont des listes d'attentes. « Des listes de 40 jusqu'à 300 noms », soutient Mme Gendron. Les autres résidences affichent tout de même un taux de vacance de moins de 2 %.


L'ensemble de ces résidences du réseau EnHarmonie s'adressent uniquement à une clientèle d'aînés autonomes. Il n'y a aucune unité de soins. « Plus d'un occupant sur trois recourt toutefois à des soins ou de l'aide à domicile », signale la gestionnaire.


Depuis 2008, aucune autre nouvelle résidence n'a été ajoutée à ce réseau. Ce qui devrait changer sous peu. Un projet de construction d'une nouvelle résidence de près de 195 logements, située à l'angle de la rue Saint-Denis et du boulevard Rosemont, figure dans les plans de l'organisme pour l'année 2022. En attendant, plusieurs promoteurs immobiliers, soucieux de construire des logements sociaux en ville, vont consulter l'équipe de l'Office municipal d'habitation de Montréal afin de bénéficier de son expertise de gestion des immeubles et de son exploitation.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Des propriétaires de résidences pour aînés de plus en plus gestionnaires

Édition du 06 Avril 2019 | Claudine Hébert

Plus de 50 % de ces appartements au Québec font partie des actifs des cinq plus grands groupes.

RPA: de grands enjeux pour un marché en pleine croissance

Édition du 06 Avril 2019 | Claudine Hébert

L'enjeu numéro un dans les résidences privées pour aînés? La pénurie de main-d'oeuvre.

À la une

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

La résilience de la Bourse surprend encore

BLOGUE. La confiance des consommateurs et le rebond des mises en chantier font espérer que l'économie tient bon.

Pourquoi Donald Trump s'attaque à la Chine

17/05/2019 | François Normand

BALADO - La Chine veut devenir numéro un en termes de qualité dans 10 secteurs clés à la base de l'économie américaine.