L'ère du logement modulable

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Novembre 2020

L'ère du logement modulable

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Novembre 2020

Par Claudine Hébert

À la suite d’un incendie d’une de ses unités, ­Socitété ­Logique a amorcé son réaménagement complet pour donner naissance à ­Expérience 303. (Photo: courtoisie)

RÉSIDENCE POUR AÎNÉS. Et si le logement s’adaptait au fil des années en fonction des besoins de ses occupants qui vieillissent ? L’idée est encore marginale, mais elle commence à circuler. Expérience 303 tend justement à démontrer que ce concept pourrait faire partie de la solution du prolongement du maintien à domicile des aînés.

Il s’agit de l’une des dernières réalisations de ­Société ­Logique, un organisme sans but lucratif qui propose depuis 40 ans des ­services-conseils visant à intégrer le design universel dans des projets d’aménagement et d’architecture. Il a d’ailleurs été créé par des professionnels ayant des limitations fonctionnelles.
Société ­Logique détient cinq immeubles d’habitation à ­Montréal. À la suite de l’incendie de l’un de ses logements sur le boulevard ­Saint-Joseph, l’organisme s’est penché sur son réaménagement complet. Ainsi est né ­Expérience 303 – le numéro du logement. « ­Nous avons repensé l’appartement selon des critères d’accessibilité universelle sans que ça saute aux yeux. Ce design moderne et accessible permet ainsi de rendre le logement modulable selon les besoins de son occupant », explique l’architecte ­Anna ­Kwon, qui a dirigé le projet.
Plomberie, hauteur des armoires, espaces de rangement, largeur des portes et des corridors : tout a été pensé pour intégrer l’humain au cœur de son milieu de vie, quelles que soient ses limitations physiques. « ­Par exemple, le module placé sous l’évier de la cuisine peut facilement être enlevé pour donner l’accès à une personne qui se déplace en fauteuil roulant », ­dit-elle.
Ce projet a été financé par la ­Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) dans le cadre de l’initiative de démonstrations de la ­Stratégie nationale sur le logement.
Expérience 303, qui sert maintenant de lieu de référence et de documentation en matière de construction et de rénovation, a été le seul projet retenu au ­Québec, soulève l’architecte.
Combien ça coûte ? « ­Tout le monde nous pose cette même question », avoue ­Anna ­Kwon. L’aménagement de cet appartement a coûté tout au plus 20 % de plus qu’un logement régulier, ­indique-t-elle. Mais tout est relatif. « ­Ce sont encore des accessoires et des matériaux qui sont actuellement non standards sur le marché. Éventuellement, si 
cette conception gagne en popularité, ces matériaux deviendront moins chers », croit la professionnelle.
Déplacer les murs
À D’ici 2031, un ­service-conseil en habitation pour aînés, on souhaite également mettre de l’avant un projet de logements qui « bougent » au gré des années. « ­Notre équipe collabore actuellement avec des architectes et des anthropologues sur la possibilité de voir émerger des complexes résidentiels avec appartements évolutifs, explique le président fondateur, ­Claude ­Paré. Ces appartements avec murs amovibles et détecteurs de mouvement feraient partie d’une communauté où se côtoient différentes générations. »
Ce concept ­avant-gardiste existe déjà en ­Europe, ­signale-t-il. « ­Pour le moment, tout est encore à penser, indique ­Claude ­Paré. Mais nous sommes actuellement en discussion avec des promoteurs immobiliers du ­Grand ­Montréal, notamment des entreprises qui ciblent la clientèle des 55 ans et plus. »
– ­Claudine ­Hébert

Et si le logement s’adaptait au fil des années en fonction des besoins de ses occupants qui vieillissent ? L’idée est encore marginale, mais elle commence à circuler. Expérience 303 tend justement à démontrer que ce concept pourrait faire partie de la solution du prolongement du maintien à domicile des aînés.

Il s’agit de l’une des dernières réalisations de ­Société ­Logique, un organisme sans but lucratif qui propose depuis 40 ans des ­services-conseils visant à intégrer le design universel dans des projets d’aménagement et d’architecture. Il a d’ailleurs été créé par des professionnels ayant des limitations fonctionnelles.

Société ­Logique détient cinq immeubles d’habitation à ­Montréal. À la suite de l’incendie de l’un de ses logements sur le boulevard ­Saint-Joseph, l’organisme s’est penché sur son réaménagement complet. Ainsi est né ­Expérience 303 – le numéro du logement. « ­Nous avons repensé l’appartement selon des critères d’accessibilité universelle sans que ça saute aux yeux. Ce design moderne et accessible permet ainsi de rendre le logement modulable selon les besoins de son occupant », explique l’architecte ­Anna ­Kwon, qui a dirigé le projet.

Plomberie, hauteur des armoires, espaces de rangement, largeur des portes et des corridors : tout a été pensé pour intégrer l’humain au cœur de son milieu de vie, quelles que soient ses limitations physiques. « ­Par exemple, le module placé sous l’évier de la cuisine peut facilement être enlevé pour donner l’accès à une personne qui se déplace en fauteuil roulant », ­dit-elle.

Ce projet a été financé par la ­Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) dans le cadre de l’initiative de démonstrations de la ­Stratégie nationale sur le logement.

Expérience 303, qui sert maintenant de lieu de référence et de documentation en matière de construction et de rénovation, a été le seul projet retenu au ­Québec, soulève l’architecte.

Combien ça coûte ? « ­Tout le monde nous pose cette même question », avoue ­Anna ­Kwon. L’aménagement de cet appartement a coûté tout au plus 20 % de plus qu’un logement régulier, ­indique-t-elle. Mais tout est relatif. « ­Ce sont encore des accessoires et des matériaux qui sont actuellement non standards sur le marché. Éventuellement, si cette conception gagne en popularité, ces matériaux deviendront moins chers », croit la professionnelle.

 

Déplacer les murs

À D’ici 2031, un ­service-conseil en habitation pour aînés, on souhaite également mettre de l’avant un projet de logements qui « bougent » au gré des années. « ­Notre équipe collabore actuellement avec des architectes et des anthropologues sur la possibilité de voir émerger des complexes résidentiels avec appartements évolutifs, explique le président fondateur, ­Claude ­Paré. Ces appartements avec murs amovibles et détecteurs de mouvement feraient partie d’une communauté où se côtoient différentes générations. »

Ce concept ­avant-gardiste existe déjà en ­Europe, ­signale-t-il. « ­Pour le moment, tout est encore à penser, indique ­Claude ­Paré. Mais nous sommes actuellement en discussion avec des promoteurs immobiliers du ­Grand ­Montréal, notamment des entreprises qui ciblent la clientèle des 55 ans et plus. »

Sur le même sujet

Les résidences pour aînés en zone orange pourront rouvrir leurs salles à manger

Les résidences devront continuer d'appliquer des mesures sanitaires strictes, a dit la ministre Marguerite Blais.

Fermetures de RPA: Québec appelé à agir

Plus de 600 résidences pour aînés ont fermé leurs portes au Québec depuis 2014.

À la une

Le projet de loi 96 bien accueilli par l'opposition et Ottawa

La nouvelle pièce législative vise à encadrer l’usage du français chez les entreprises de 25 à 49 employés notamment.

Le gouvernement Legault parraine une réforme de la loi 101

Mis à jour à 16:24 | La Presse Canadienne

La nouvelle loi 101 sera appliquée aux entreprises de 25 à 49 employés.

Loi 101: aidons les PME à mieux intégrer les immigrants

10/04/2021 | François Normand

ANALYSE. «Le renforcement de la loi 101 ne doit pas alourdir le processus administratif des PME de 25 à 49 employés.»