À qui devrais-je parler en premier de mes projets de relève?

Publié le 13/03/2014 à 14:29

À qui devrais-je parler en premier de mes projets de relève?

Publié le 13/03/2014 à 14:29

Par Claudine Hébert

« Abordez le sujet avec vos conseillers de proximité », recommande Denis Kapicek qui administre le site relève.ca depuis dix ans. Notamment avec votre comptable, qui devrait être le premier confident, précise-t-il. Le comptable est, en général, le professionnel qui a aidé le chef d’entreprise à faire progresser la compagnie. C’est aussi le professionnel qui est le mieux placé pour évaluer la valeur des actifs.

Une étude interne de la Banque Nationale, présentée en octobre dernier à Québec à des entrepreneurs, a justement révélé que 60 % des cédants abordaient le sujet de la relève d’abord avec leur comptable, 30 % le faisaient avec leurs avocats et 10 % avec leurs institutions bancaires ou des organismes publics et parapublics.

Pourquoi les institutions financières arrivent-elles en dernier lieu? « Parce que les cédants craignent que leurs projets de relève insécurisent leurs directeurs de compte. Pourtant, les institutions financières sont de plus en plus enclines à vouloir faire partie du processus de relève afin que le transfert s’effectue en bonne et due forme », indique Francis Nadeau, coordonnateur au Centre de transfert Capitale-Nationale.

Pour la coach en relève, Claude Jolin, la première personne à être avertie de vos projets de relève devrait être votre conjoint.

« Pas pour lui demander la permission », tient-elle à préciser. Mais surtout pour discuter des valeurs, des enjeux, des répercussions que cette décision va avoir sur la vie de couple. « Après tout, le conjoint partage les autres facettes de la vie du cédant », ajoute-t-elle.

Avant d’être coach, Mme Jolin a elle-même vécu un transfert d’entreprise. Pendant 28 ans, elle a été propriétaire de l’hôtel Manoir Lac-Etchemin avant de vendre l’établissement à deux jeunes couples français en 2011.

« Après avoir discuté de mes projets avec mon conjoint, j’ai consulté mes deux fils au cas où… J’ai également abordé le sujet avec des employés de longue date. J’ai aussi discuté de la situation avec quelques coachs en relève afin de renforcer ma prise de décision. Et ensuite, j’en ai parlé avec mon comptable…», rapporte la coach.

 

À suivre dans cette section


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Swiss cloue ses appareils A220 au sol

Le transporteur aérien Swiss a décidé de clouer ses 29 appareils A220 (ex-CSeries) en raison de problèmes de moteurs.

Informatique ambiante: la stratégie de Google se dévoile

Il y a 54 minutes | Alain McKenna

BLOGUE. La flopée de nouveaux appareils de Google mise sur l’intelligence artificielle pour attirer les acheteurs.

Politique: quand le contenant prime sur le contenu...

Il y a 56 minutes | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Je suis avec un certain découragement la campagne électorale fédérale présentement en cours.