Beauharnois vit un renouveau grâce à l'A-30

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Mai 2015

Beauharnois vit un renouveau grâce à l'A-30

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Mai 2015

[Photo: Shutterstock]

La ville de Beauharnois attendait le parachèvement de l'autoroute 30 comme une bouffée d'air frais. «Avant, nous étions le cul-de-sac du Québec. Aujourd'hui, avec trois sorties d'autoroute, nous sommes dans le trafic», lance son maire, Claude Haineault. Depuis la fin des travaux, en 2012, la municipalité attire de nombreux projets. Signe de ce renouveau, l'immense site de 26 hectares (l'équivalent de 65 terrains de football) laissé vacant par la fermeture de Rio Tinto Alcan affiche complet.

Cliquez ici pour consulter le dossier Régions: reconversion industrielle

Pour profiter de sa position stratégique, la petite ville devait préparer des emplacements pour accueillir les industries prêtes à s'installer chez elle. La municipalité s'est d'abord tournée vers Rio Tinto Alcan, qui a mis la clé sous la porte de son usine de Beauharnois en 2009.

Le fabricant d'aluminium, qui compte encore un centre de coulée dans la région, a accepté de céder son terrain ainsi que ses quatre salles de cuve, pour la somme symbolique de 1 $.

«Il a aussi créé un fonds de relance de 650 000 $, en plus de décontaminer le site, ce qui lui a coûté plus de 8 millions de dollars», indique Claude Haineault.

Après l'aluminium, place aux serveurs

Un tremplin pour la relance du secteur. Dès 2013, OVH s'est installée dans le bâtiment. La firme française prévoit y implanter le plus important centre d'hébergement Web du monde, avec 360 000 serveurs.

La proximité de la centrale hydroélectrique de Beauharnois, en plus des immenses locaux disponibles, a fait pencher la balance vers cet emplacement, explique Guillaume Gilbert, responsable des relations publiques pour OVH en Amérique du Nord. «C'est aussi une porte d'entrée vers le marché américain pour nous.»

D'ailleurs, depuis son implantation dans les anciens bâtiments du fabricant d'aluminium, l'entreprise française a ouvert un bureau à Montréal et un autre à Québec. Aujourd'hui, 30 personnes travaillent à Beauharnois. Et, d'ici 2018, l'hébergeur français créera 150 emplois, dont une centaine se répartiront entre Montréal et Beauharnois.

Cliquez ici pour consulter le dossier Régions: reconversion industrielle


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Bourse: trop tôt pour parler d'un rebond durable, dit Luc Girard

BALADO. Les indices se maintiennent au-dessus des creux du 23 mars, mais il est trop tôt pour parler de rebond durable.

Le dividende n'est pas une bouée de sauvetage

BLOGUE INVITÉ. Vous pourriez obtenir quelque chose qui pourrait ne pas être là lorsque la crise sera passée.

À surveiller: BCE, Boralex et Brookfield

Que faire avec les titres de BCE, Boralex et Brookfield? Voici quelques recommandations d'analystes.