Victoriaville accompagne les entreprises dans la démarche DD

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Septembre 2015

Victoriaville accompagne les entreprises dans la démarche DD

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Septembre 2015

[Photo : iStock]

Au beau milieu d'un boisé touffu, une grenouille traverse la rue en coude J-Aurèle Roux, dans l'Écoparc industriel de Victoriaville. En coude, parce que son tracé a été adapté de façon à protéger environ 100 000 mètres carrés de milieux humides, soit le quart du terrain de ce site situé à l'intérieur du parc industriel Fidèle-Édouard-Alain. Deux corridors fauniques y ont été aménagés autour des ruisseaux pour notamment laisser chevreuils et renards poursuivre leur course en évitant le milieu urbain.


Cliquez ici pour consulter le dossier Région : Parcs industriels


Victoriaville, qui se désigne comme le berceau du développement durable au Québec, a inauguré en 2013 ce parc industriel à son image. Sa démarche est résolument innovatrice : elle a développé une méthode d'accompagnement des entreprises, afin de s'assurer que les bâtiments et les pratiques d'affaires y soient écoresponsables.


La municipalité a investi 1,5 million de dollars dans la phase 1 du développement de cette zone d'activité économique nouveau genre qui s’étale actuellement sur près 200 000 mètres carrés. Un budget de 3,3 M $ a été prévu pour l'ensemble de ce parc de près de 400 000 mètres carrés encadré par un quartier résidentiel, la route 122 et la rivière Bullstrode.


La Corporation de développement économique de Victoriaville (CDEVR) a présenté une première ébauche de concept d'Écoparc à la ville de Victoriaville en 2006, puis un concept plus étoffé en 2009. Elle a ensuite fait la visite de parcs industriels de ce type en France en 2011 et 2012. « On veut se démarquer par notre personnalité. Nous, c'est le développement durable », souligne Richard Croteau, commissaire industriel à la Corporation de développement économique de Victoriaville (CDEVR) et l'un des initiateurs de ce projet.


Un écoparc inclusif


Victoriaville s'est fait un nom en la matière avec la fondation de l'entreprise Récupération Bois-Franc en 1977, la création du premier Centre de formation en entreprise et récupération (CFER) en 1990, puis l'instauration de la collecte sélective en 1996. L'Écoparc poursuit dans cette voie pour se distinguer des autres parcs industriels du Québec et pour permettre de diversifier l'offre de ceux de la région de Victoriaville afin d'attirer davantage d'entreprises.


Pour les employeurs avec lesquels M. Croteau est actuellement en discussion pour occuper un des 11 espaces encore disponibles, le cadre naturel enchanteur semble l'un des principaux attraits, question de plaire à la main-d'oeuvre. Mais le virage s'avère beaucoup plus profond. « On ne voulait pas seulement faire un Écoparc pour avoir une vitrine verte, pour que ce soit beau et pour qu'il y ait des arbres», insiste Francis Gauthier, conseiller en développement durable à la CDEVR.


L'Écoparc industriel se veut « inclusif ». La situation en région le pousse à accepter tout type d'entreprises, à l'exception de celles dont les activités prendraient trop de place, en raison de l'espace disponible, et les industries lourdes, considérant la sensibilité du milieu environnant. Pour s'assurer du respect de certains principes sociaux, économiques et écologiques, la CDEVR fournit un accompagnement obligatoire pour les entreprises s'implantant dans l'Écoparc.


Le cahier de charge remis à l'entrepreneur détaille les exigences et les recommandations en lien avec le bâtiment, l'aménagement extérieur, la gestion de l'eau et la gestion des matières résiduelles. L'élaboration se fait ensuite avec l'assistance d'André Bourassa, à la tête de la firme Bourassa Maillé architectes, pour s'assurer d'une certaine cohérence sur le territoire.


Cliquez ici pour consulter le dossier Région : Parcs industriels


À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Le parti communiste perdra-t-il le monopole du pouvoir en Chine?

BALADO - Quatre scénarios sont possibles pour l'avenir de la Chine, selon un récent livre. Lequel est le plus probable?

Déjà-vu: Metro a tout pour plaire, sauf son évaluation

BLOGUE. Metro performe bien, mais son évaluation est plus élevée qu'avant place la barre encore plus haute.

Comment calculer la valeur intrinsèque d'une entreprise

BLOGUE INVITÉ. Si l’on applique la méthode scientifique, la formule pour calculer cette valeur est relativement simple.