Le concepteur de jeux Ubisoft a amené ses jeunes employés à penser à la retraite

Offert par Les Affaires


Édition du 29 Novembre 2014

Le concepteur de jeux Ubisoft a amené ses jeunes employés à penser à la retraite

Offert par Les Affaires


Édition du 29 Novembre 2014

Ubisoft a mis en place un REER collectif au début des années 2000 pour ses jeunes employés, mais ces derniers n'en ont pas vu tout de suite l'utilité. Aujourd'hui, c'est un outil important d'attraction et de rétention du personnel dont Ubisoft ne pourrait se séparer.

Cliquez ici pour consulter le dossier Régimes de retraite

« Ubisoft veut être un employeur distinctif en offrant une large gamme de services financiers, allant du régime de retraite à la clinique, en passant par la salle de gym sur place. On veut toujours être en avance », dit Louis-François Poiré, directe

Étonnant mais vrai : à l'heure où de nombreux experts s'accordent pour dire que les jeunes travailleurs n'ont que faire d'épargner pour leur retraite, trop occupés à rembourser leurs dettes d'études ou à construire un foyer, Ubisoft, dont la moyenne d'âge des employés était à l'époque de 25 ans, a mis en place au début des années 2000 un régime de retraite pour ses employés canadiens, au nombre de 3 300 aujourd'hui, dont 3 000 au Québec.

Le taux d'adhésion - inférieur à 50 % à certaines périodes - n'a pas été bon tout de suite... Mais l'entreprise n'a pas lâché le morceau. Elle a organisé des groupes de discussion. Résultat : ce n'était pas son système qui était en cause, mais bien l'âge de ses employés. Aujourd'hui âgés en moyenne de 35 ans, les employés d'Ubisoft commencent à s'intéresser à leur épargne-retraite.

L'entreprise a aussi trouvé un subterfuge pour les inciter à épargner : «Depuis quelques années, on présente avant tout le programme comme une possibilité de bénéficier d'un RAP [Régime d'accession à la propriété] et donc d'épargner pour acheter sa première maison. À leur âge, c'est un argument qui porte : le taux de participation atteint environ 80 %», dit Louis-François Poiré, directeur, rémunération globale, chez le concepteur de jeux vidéo. Le régime a accumulé au total un trésor de 60 millions de dollars.

Même si la moyenne d'âge reste jeune - «personne n'a encore pris sa retraite chez nous», précise Louis-François Poiré -, le régime de retraite est un atout pour l'entreprise. «Ubisoft veut être un employeur distinctif en offrant une large gamme de facilités allant du régime de retraite à la clinique médicale et la salle de gym sur place. On veut toujours être en avance», résume le directeur. Le salaire moyen chez Ubisoft est de 76 000 $.

Cliquez ici pour consulter le dossier Régimes de retraite

À la une

Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé après une journée dans le rouge

Mis à jour à 17:28 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. L'indice phare de la Bourse de Toronto clôture en baisse avec les matières premières.

À surveiller: Canadien Pacifique, Innergex et Lucid Group

Que faire avec les titres de Canadien Pacifique, Innergex et Lucid Group?

Titres en action: TC Énergie, Suncor Énergie, Philip Morris, ...

Mis à jour à 14:20 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.