Ces parents de 4 enfants auront-ils une retraite confortable?

Offert par Les Affaires

Publié le 17/08/2017 à 06:45

Ces parents de 4 enfants auront-ils une retraite confortable?

Offert par Les Affaires

Publié le 17/08/2017 à 06:45

Par Stéphane Rolland

[Photo: 123rf]

Nos lecteurs, qui sont des professionnels de l'éducation, savent déjà qu'ils pourront compter sur les rentes de leur régime de pension pour assurer leur train de vie à la retraite. Ces parents de quatre enfants ne s'assoient pas sur leurs lauriers pour autant. Ils se demandent comment tirer le meilleur parti de leur épargne.

La situation

Monsieur est directeur d'école et empoche un salaire de 110 000 $. Enseignante, madame reçoit un salaire de 78 000 $. Les deux souhaitent prendre leur retraite en 2030. Il pourra compter sur une rente de 84 000 $; elle recevra 54 000 $. Nos lecteurs estiment que ces sommes seront suffisantes pour financer leur train de vie.

Ce régime avantageux ne les a pas découragés d'investir et d'épargner. Ils sont propriétaires d'un immeuble de cinq logements, dans lequel ils résident. Sa valeur marchande est d'un million de dollars. Leurs loyers annuels de 30 000 $ permettent de payer les dépenses d'hypothèque, les taxes foncières et l'assurance. Le couple dispose d'un fonds d'urgence de 15 000 $ pour payer les réparations imprévues. Du côté des actifs financiers, nos lecteurs détiennent 50 000 $ en placements dans un REER autogéré. Monsieur investit 2 000 $ par année en épargne-retraite, et madame, 1 200 $.

Réponse

Les besoins du couple semblent ainsi assurés pour la retraite, constate Angela Iermieri, planificatrice financière au Mouvement Desjardins. La prochaine étape est d'optimiser la fiscalité du couple et de planifier la succession.

Avant de prioriser le REER, Mme Iermieri conseille à nos lecteurs d'utiliser le régime enregistré d'épargne-études (REEE) familial pour leurs quatre enfants (trois d'entre eux sont encore admissibles aux subventions). «Il est important de mettre en place le REEE rapidement, de profiter des subventions pendant qu'il en est encore temps et d'éviter ainsi de laisser de l'argent sur la table, commente-t-elle. Vu leur revenu familial, ils pourront recevoir 30 % du montant cotisé en subventions gouvernementales.»

S'il leur reste encore des sommes, nos épargnants devraient aussi prioriser le compte d'épargne libre d'impôt (CELI) plutôt que le REER, suggère la planificatrice financière. Elle note que leur taux d'imposition sera élevé à la retraite en raison de leurs généreuses rentes et de leurs revenus de loyer. L'économie d'impôt réalisée grâce à la déduction fiscale que permet le REER ne sera donc pas si importante, poursuit-elle. Rappelons que le CELI ne donne pas droit aux déductions, mais que les sommes investies croissent à l'abri de l'impôt et ne sont pas imposées au moment des retraits.

Mme Iermieri conseille aussi aux membres du couple de planifier leur succession. S'ils veulent léguer l'immeuble à leurs enfants, les héritiers devront payer le gain en capital sur la partie locative, une facture salée. Des solutions comme l'achat d'une police d'assurance vie au deuxième décès pourraient être adoptées. Mme Iermieri suggère d'en discuter avec un planificateur financier avant de passer chez le notaire.

 


EXPERTE INVITÉE

Angela Iermieri est planificatrice financière au Mouvement Desjardins.

À lire aussi:
Pourrai-je voyager pour 15 000$ par année à la retraite?
50 000$ par année: combien faut-il dans le REER?
Invalide depuis 15 ans, quelle sera ma retraite?
Combien faut-il épargner pour voyager deux fois par an?
Un plan béton pour une retraite forcée

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Commerce en Asie: ne misons pas tout sur la Chine

ANALYSE - Exporter, c’est un peu comme investir à la Bourse : il ne faut pas tout mettre ses œufs dans le même panier.

Michel Letellier, ancré dans la collectivité

Édition du 07 Décembre 2019 | François Normand

PDG DE L’ANNÉE – MOYENNE ENTREPRISE. Michel Letellier est assez unique au Québec.

Voici de quoi sont faits les PDG de l'année «Les Affaires»

04/12/2019 | Catherine Charron

BALADO. Prenez des notes. Qui sait, ça pourrait être vous l'an prochain...