La monnaie virtuelle de la Banque du Canada serait plus écologique

Publié le 26/05/2021 à 17:16

La monnaie virtuelle de la Banque du Canada serait plus écologique

Publié le 26/05/2021 à 17:16

Par La Presse Canadienne

(Photo: La Presse canadienne)

TRANSFORMATION NUMÉRIQUE. Si la Banque du Canada devait finir par offrir une monnaie numérique, celle-ci serait plus écologique que le Bitcoin ou les autres cryptomonnaies, a affirmé mercredi un sous-gouverneur de la banque centrale.

Timothy Lane a indiqué que la Banque du Canada avait étudié les impacts environnementaux dans le cadre de ses recherches sur la création de sa propre offre numérique.

Le minage du Bitcoin consomme plus d’énergie chaque année que certains pays comme les Pays-Bas, selon l’indice de consommation d’électricité de Bitcoin de Cambridge, alors que les ordinateurs du monde entier résolvent des équations mathématiques complexes pour générer les jetons numériques.

M. Lane a fait valoir que les processus à forte intensité énergétique faisaient partie intégrante de la confiance du public dans la valeur du Bitcoin et d’autres cryptomonnaies.

Selon lui, la banque centrale n’aurait pas besoin de créer une confiance similaire dans une éventuelle monnaie numérique, car les Canadiens font déjà confiance à la Banque du Canada et aux billets qu’elle imprime.

S’exprimant lors d’un panel organisé par la Chambre de commerce du Canada, M. Lane a ajouté que la banque ne voyait pas encore le besoin pour elle d’offrir sa propre monnaie numérique.

 

À la une

Bourse: Wall Street boosté par Facebook

Mis à jour à 18:56 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a limité ses pertes grâce au secteur des technos.

Alphabet déçoit avec des revenus et un bénéfice net inférieurs aux attentes

16:34 | AFP

Son titre perdait plus de 4% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse.

Amazon dépasse les attentes avec plus de 149G$ de chiffre d’affaires au 4T

16:29 | AFP

À Wall Street, son titre perdait plus de 4% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse.