Des agents de changement dans l'entreprise


Édition du 05 Décembre 2015

Des agents de changement dans l'entreprise


Édition du 05 Décembre 2015

Avjet vient d’embaucher deux CPA. « Ils pourront nous aider à prendre les bonnes décisions pour continuer notre croissance tout en restant en contrôle », dit le président, Denis Jacob. [Photo : Jérôme Lavallée]

Avjet, une société de Drummondville spécialisée dans les services aéroportuaires, a presque décuplé son effectif depuis son rachat il y a six ans par Denis Jacob et Sylvain Touchette. Elle compte aujourd'hui 425 employés. Pour faire face à la croissance, l'entreprise a embauché deux comptables professionnels agréés (CPA) il y a huit mois.

Cliquez ici pour consulter le dossier Profession: comptable

Denis Jacob, président et chef de la direction, attend d'eux qu'ils jouent le rôle de «conseillers stratégiques». «Une fois que les bases de la comptabilité financière seront établies, ils s'occuperont de la comptabilité de gestion en mettant en place, par exemple, un tableau de bord et des indicateurs financiers pertinents, en calculant le coût de revient précis et en nous proposant des solutions pour le réduire. Ils pourront ainsi nous aider à prendre les bonnes décisions pour continuer notre croissance tout en restant en contrôle», explique-t-il.

Ce rôle du comptable chef d'orchestre, qui donne des conseils stratégiques, était déjà bien présent dans les petites entreprises il y a 30 ans, mais a pris de l'essor au fil des ans, souligne Antonello Callimaci, CPA-CA, vice-doyen aux études à l'École des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal (ESG UQAM).

L'évolution des technologies et la complexité du monde des affaires ont métamorphosé son rôle. C'est particulièrement vrai en entreprise, où exercent 55 % des 38 000 CPA en activité au Québec. Cette proportion reste stable, malgré l'augmentation du nombre de CPA au rythme d'environ 1 500 par an.

Préparer l'avenir de l'entreprise

«L'entrepreneur est le visionnaire, le CPA est le maître d'oeuvre qui prépare le terrain et trouve les moyens de réaliser les rêves du premier», souligne Marie-Claude Boisvert, FCPA, CA, chef de l'exploitation de Desjardins Entreprises Capital régional et coopératif. Elle-même s'appuie sur l'expertise de plusieurs CPA. «Cela m'aide à rester sur la bonne voie. J'attends qu'ils me disent sans fard ce qui est possible et ce qui ne l'est pas. Ils contribuent à préparer l'avenir de l'organisation.»

Avant, le rôle d'un comptable en entreprise «était limité à la reddition de compte, à l'examen du passé, ce qui reste encore une part importante de son travail. Mais les CPA ont élargi leur champ de compétences. Ils s'occupent de gestion de performance, d'optimisation des ressources, d'analyse de la rentabilité», explique Suzanne Landry, directrice du Département de sciences comptables de HEC Montréal.

Gardiens de la gouvernance

La gouvernance est l'un des nouveaux champs de compétence très prisés. Les entreprises québécoises ont consacré beaucoup d'efforts ces dernières années à ce chapitre. La formation des CPA a intégré ce volet.

«Le comptable est la porte d'entrée. C'est lui qui fournit les informations chiffrées sur lesquelles s'appuie le conseil d'administration pour assurer le suivi de l'intégrité financière et la définition des orientations stratégiques de l'entreprise», souligne Michel Magnan, FCPA, titulaire de la chaire de gouvernance d'entreprise Stephen A. Jarislowsky à l'École de gestion John-Molson de l'Université Concordia.

«Le CPA s'investit également dans les volets responsabilité sociale et développement durable, dans les enjeux de gestion financière, notamment les fusions et acquisitions, ou encore dans la lutte contre la fraude», ajoute-t-il.

La formation des CPA réserve aussi une grande place à l'acquisition des compétences générales. «Les employeurs recherchent de plus en plus des comptables qui savent communiquer, travailler en équipe, qui ont du leadership et, en raison de l'internationalisation de nos entreprises, qui sont ouverts sur le monde», précise Antonello Callimaci.

Des risques calculés

Le milieu des affaires attend encore plus des nouveaux comptables. «Les employeurs recherchent des agents de changement qui influeront sur les transformations de l'entreprise», affirme Suzanne Landry.

Ils doivent voir à ce que les projets de l'entreprise soient réalisables en proposant des solutions comptables qui dégagent l'argent nécessaire aux investissements, par exemple. «Autrefois, on avait donné au comptable le rôle de réduire les dépenses, d'être prudent. Aujourd'hui, il doit présenter différents scénarios modulant le risque et accepter de créer des pertes en visant le moyen et long terme», ajoute Mme Landry.

Frédéric Manseau, CPA et directeur financier des activités nord-américaines de Keyrus, une firme spécialisée dans l'intelligence d'affaires, présente toujours «les différentes solutions en fonction des tenants et aboutissants». Il considère que son «rôle n'est pas de freiner les projets : je ne suis jamais contre la prise de risque, mais j'aide à les prendre en tout état de cause, de façon calculée», confie-t-il.

Serge Bohec, pdg de La Petite Bretonne, de Blainville, un fabricant industriel de viennoiseries qui emploie près de 200 personnes, travaille main dans la main avec une CPA à l'interne depuis plus de 15 ans.

«Son avis compte beaucoup. Elle fait partie du comité de direction. Pour faire croître une entreprise, il faut prendre des décisions à long terme qui ne seront pas forcément rentables tout de suite. Le comptable doit avoir les mêmes valeurs que l'entrepreneur : il ne faut pas que l'un recherche le gain rapide alors que l'autre vise la croissance à long terme et la pérennité», explique M. Bohec.

Il n'en reste pas moins que le CPA doit toujours faire preuve de «scepticisme professionnel», selon l'expression de Daniel McMahon, président et chef de la direction de l'Ordre des CPA du Québec, pour continuer à jouer le rôle de modérateur, voire de garde-fou. «Cependant, cela ne lui enlève pas la capacité d'être visionnaire. Ses décisions sont d'autant plus solides qu'elles reposent sur une analyse objective de la situation, plutôt que sur des impressions.»

Forts de ces compétences aujourd'hui très larges, les CPA prennent de plus en plus de place dans les entreprises et détiennent souvent des postes de responsabilité, comme vice-président aux finances, premier vice-président ou chef de la direction.

«Les CPA occupent près de 20 % des postes clés dans les 500 plus grandes entreprises canadiennes», souligne Daniel MacMahon.

Cliquez ici pour consulter le dossier Profession: comptable

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Le classement 2019 des grands de la comptabilité

Édition du 23 Février 2019 | Emanuelle René de Cotret

Consultez le classement annuel du Top 25 des cabinets comptables au Québec.

Les firmes en croissance malgré la pénurie de main-d'oeuvre

Édition du 23 Février 2019 | Jean-François Venne

LES GRANDS DE LA COMPTABILITÉ. La croissance se poursuit dans les grands cabinets comptables au Québec, alimentée ...

OPINION Des nouvelles des grands cabinets comptables
Édition du 23 Février 2019 | Jean-François Venne
Les firmes s'arrachent les spécialistes en TI
Édition du 23 Février 2019 | Jean-François Venne
Des cybermenaces contre les PME
Édition du 23 Février 2019 | Jean-François Venne

À la une

L'Indice des prix à la consommation a progressé de 2 % en juin au Canada

Au Québec et en Ontario, l’Indice des prix à la consommation a progressé de 2,2 % d’une année à l’autre en juin.

Scoring Tech Talent 2019: Montréal première pour son efficacité par rapport aux coûts

09:50 | Pascal Forget

Le rapport Scoring Tech Talent 2019 place Montréal au 13e rang des meilleurs marchés technologiques en Amérique du Nord.

À surveiller : Slack, CP et Cogeco

Que faire avec les titres de Slack, CP et Cogeco? Voici quelques recommandations d'analystes.