Pourquoi ne pas mêler l’IA aux objets connectés?

Publié le 04/07/2022 à 11:01

Pourquoi ne pas mêler l’IA aux objets connectés?

Publié le 04/07/2022 à 11:01

Par Hugues Foltz

En l’espace de deux décennies seulement, l'IoT a complètement révolutionné nos maisons, nos villes et notre économie, à un point tel qu’une vie sans «objets intelligents» nous semblerait très peu performante, voire impossible. (Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. À maintes reprises dans le cadre de mon blogue, je vous ai parlé de l’importance fondamentale des données, particulièrement dans un contexte d’entreprise. Elles sont la pierre angulaire des opérations et le carburant de l’intelligence artificielle. Malheureusement, nos gestionnaires accordent encore aujourd’hui trop peu d’importance à leurs données critiques et beaucoup d’entre eux comprennent à peine le potentiel qu’elles renferment.

La plupart des entreprises, ou du moins celles qui ont amorcé un virage technologique au cours des dernières années, sont déjà familières avec le concept de l’Internet of Things (IoT), ou l’Internet des objets en français , qui consiste en une infrastructure informatique permettant de connecter pratiquement tous types d’appareils et de systèmes à Internet et entre eux.

L’IoT est incontestablement un des avènements les plus importants de notre époque. En l’espace de deux décennies seulement, elle a complètement révolutionné nos maisons, nos villes et notre économie, à un point tel qu’une vie sans «objets intelligents» nous semblerait très peu performante, voire impossible.

Pour le commun des mortels, cette technologie permet de nous connecter à une panoplie d’objets du quotidien afin de nous faciliter la vie et de collecter de la donnée. Téléphones, automobiles, frigidaires, systèmes d’alarme et télévisions y sont synchronisés et communiquent sans cesse entre eux. Quelqu’un sonne à la porte? Vous n’avez qu’à regarder votre caméra de sécurité directement sur votre téléphone. Vous voulez contrôler votre rythme cardiaque? Votre montre intelligente le fera pour vous et s’occupera de vous aviser en cas d’anomalies.

Dans nos entreprises et nos usines, le principe est un peu le même. Il s’agit de connecter des équipements et des machines afin d’en tirer le plein potentiel et d’augmenter la performance de l’organisation. C’est ce qu’on appelle l’IoT industriel, qui permet de faire communiquer entre eux tous les maillons de votre modèle d’affaires. Les capteurs, les caméras et la machinerie sont reliés et capables de traiter des données et de vous fournir une réelle vue d’ensemble de votre entreprise.

Maintenant, imaginez si tous ces objets connectés avaient la possibilité de prendre des décisions par eux même et de constamment s’optimiser grâce aux données récoltées. Trop beau pour être vrai? Plus maintenant.

Nous sommes désormais passés à l’ère de l’intelligence artificielle des objets (AIoT), un système qui combine la connectivité et la versatilité de l'IoT au pouvoir de l’IA. Ensemble, les deux technologies travaillent de pair pour analyser les tonnes de données recueillies et créer un «modèle d’apprentissage» qui aide à tirer des conclusions, prédire des actions et prendre de meilleures décisions au bout de la ligne.

Certains les comparent même à un organisme vivant: si l’internet des objets est le système nerveux qui relie l’information, l’intelligence artificielle, quant à elle, est le cerveau qui contrôle et analyse les opérations.

L’AIoT promet de métamorphoser de multiples secteurs d’exploitation, particulièrement ceux qui sont encore largement traditionnels ou qui souffrent de la pénurie de main-d’œuvre. Avec assez d’efforts investis dans ces domaines, nous pourrions ouvrir la porte à la construction automatisée, les soins de santé à distance ou l'agriculture de précision.

Pour des industries comme la vente au détail (smart retail), l’AIoT est particulièrement attrayante. Par exemple, des caméras installées en boutique peuvent utiliser de la reconnaissance faciale pour scanner le visage des clients et recueillir de l’information pertinente comme l’âge, le sexe, la situation économique ou même les préférences d’achats. Ces données sont ensuite analysées pour prédire le comportement des consommateurs et gérer les opérations du magasin afin d’obtenir le plus grand rendement possible. L’éthique de la chose est certes discutable, mais il n’en reste pas moins que cette pratique est déjà bien amorcée.

D’ici quelques années, plusieurs de nos villes deviendront sans nul doute «intelligentes» grâce aux nombreuses applications de l’AIoT. Nous pourrons surveiller la circulation et l’état des routes en temps réel afin d’éviter les accidents, les embouteillages et ainsi optimiser les transports.

En somme, l’AIoT est la suite logique de tous ces gadgets connectés qui nous entourent et qui font maintenant partie intégrante de notre quotidien. Restera à voir jusqu’à quel point nous souhaiterons que des objets décident à notre place la façon et la vitesse à laquelle nous devrions vivre… Essayons de garder un minimum de contrôle sur nos décisions, nos choix et notre consommation de biens. Je crois que l’humanité s’en portera que mieux!

Sur le même sujet

Un retour pour la bannière Zellers dès l'an prochain

Zellers lancera un nouveau site Web de commerce électronique et étendra sa présence physique chez La Baie.

Fausses évaluations de produits: Amazon part à la chasse sur Facebook

19/07/2022 | AFP

Le géant entend utiliser cette procédure pour démasquer les utilisateurs incriminés liés à des groupes Facebook.

À la une

Bourse: Wall Street finit en hausse malgré la torpeur ambiante

Mis à jour à 16:53 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le secteur énergétique mène la Bourse de Toronto vers le haut.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

16:43 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

Faites partie de notre classement des 300 plus grandes PME du Québec

17:00 | Les Affaires

Pour y figurer en bonne place et ainsi profiter d’une belle visibilité, remplissez notre formulaire.