Lauréat 2010 - L'homme fort de Druide

Publié le 27/02/2010 à 00:00, mis à jour le 04/02/2012 à 12:30

Lauréat 2010 - L'homme fort de Druide

Publié le 27/02/2010 à 00:00, mis à jour le 04/02/2012 à 12:30

Gagnant du Prix du PDG de l'année SGF 2010, André d'Orsonnens n'est ni linguiste, ni informaticien. C'est pourtant lui qui a piloté une refonte majeure du logiciel de correction française le plus vendu au Québec, Antidote. André d'Orsonnens est un amoureux de la langue et des technos.


La passion du président du conseil et chef de la direction de Druide informatique pour son petit dernier, la septième édition d'Antidote, est contagieuse. À entendre André d'Orsonnens décrire les caractéristiques de ce logiciel d'aide à la rédaction française, on a l'envie irrépressible de courir au magasin pour s'en procurer un. Et on ne doute pas une seconde du succès de ce nouvel opus, dont les éditions précédentes ont fait tout un tabac dans les pays de la francophonie.


André d'Orsonnens, gagnant du Prix du PDG de l'année SGF 2010, n'est ni linguiste, ni informaticien. Mais cet avocat est amoureux de la langue et des technos. C'est ce qui l'a incité à délaisser la pratique du droit pour fonder Druide en 1993 avec un ami d'enfance, Éric Brunelle, président de l'entreprise. Sage décision : depuis 1997, première année complète de commercialisation d'Antidote, Druide a réalisé des profits à chacun de ses exercices financiers. Son chiffre d'affaires atteint aujourd'hui 7, 1 millions de dollars, et croît d'au moins 20 % chaque année depuis huit ans.





La version monoposte d'Antidote figure parmi les logiciels les plus vendus, tant au Québec qu'en France. Au deuxième trimestre de 2008, par exemple, Antidote s'est classé au 6e rang des meilleurs vendeurs d'Amazon.fr, après MS Office et MS Windows. Au Québec, près de 3 000 entreprises privées, organismes publics et écoles se sont procuré la version multiposte.


Un as de la mise en marché


Avec ses quelque 120 nouveautés, Antidote HD a nécessité trois ans de recherche et de développement. Si André d'Orsonnens a évidemment participé de près aux décisions éditoriales, il est surtout engagé dans tous les aspects de la commercialisation. Ainsi, c'est lui qui est à l'origine de la vision commerciale de Druide. " Chacun de nos produits représente une carte de visite pour les autres ", explique-t-il.


L'idée et les applications d'Antidote se déclinent en effet dans d'autres produits, comme Antidote Mobile pour l'iPhone, et WebElixir, qui assure la qualité linguistique d'un site Internet et la gestion de ses liens. Druide a même lancé, en collaboration avec Québec Amérique, deux dictionnaires papier de synonymes et d'antonymes directement tirés de son logiciel-vedette. Ils se sont vendus à plus de 120 000 exemplaires au Québec seulement. " La clé est de nous diversifier sans nous disperser ", dit le dirigeant.


Il orchestre également avec soin la campagne de marketing qui vise à inciter les utilisateurs à mettre à niveau leur logiciel. Ainsi, la version multiposte de la 6e édition d'Antidote a obtenu un taux de mise à niveau de 47 %, ce qui est assez impressionnant. " Cela prouve que notre produit est apprécié ", soutient André d'Orsonnens en précisant également que les coûts de service à la clientèle en sont réduits. Signalons que l'entreprise de 36 employés investit un dollar en commercialisation pour chaque dollar investi en R-D.


Pas étonnant qu'André d'Orsonnens ait un faible pour la commercialisation : c'est un vendeur hors pair. Il a vanté longuement à l'auteur de ces lignes les mérites de sa suite logicielle, composée d'un correcteur avancé, de dictionnaires et de guides linguistiques. Parmi les nouveautés marquantes, il cite le dictionnaire historique qui affiche l'étymologie des mots et comprend 20 000 citations historiques, la liste des détections qui permet de corriger la même erreur à plusieurs endroits d'un texte ou encore la technologie Anti-Oups.


" Anti-Oups vérifie les courriels avant leur envoi et corrige les erreurs de français, dit celui qui a la réputation d'être très rigoureux dans tout ce qu'il entreprend. Plus encore, cette technologie signale les pièces jointes oubliées!"


Ma réaction


" Être élu PDG de l'année me fait un très grand plaisir, d'autant plus que j'ai été choisi par mes pairs. Ce sont des gens qui connaissent les défis de notre industrie et qui ont eux-mêmes surmonté plusieurs difficultés. Le fait qu'ils regardent mes réalisations et qu'ils en viennent à la conclusion qu'elles méritent d'être soulignées me fait vraiment un très grand plaisir. Ce ne serait pas trop fort de dire que cela me rend euphorique. "


Mon ambition


" Je caresse le projet de répéter le succès d'Antidote dans le marché anglophone, en lançant une version anglaise. Il nous faudra cependant des années de travail. Cette réalisation permettrait à Druide d'étendre considérablement son rayonnement.


Déjà, nous avons fait quelques pas en ce sens au moyen de notre service de veille-qualité pour les sites Internet, qui est bilingue. Ce que nous faisons pour la langue française, nous le ferons aussi pour l'anglais. "


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Les prix PDG de l'année Les Affaires

Édition du 08 Décembre 2018 | Les Affaires

Les Affaires décerne ses prix PDG de l'année à Marc Parent (CAE), Marcel Bourassa (Savaria) et Pierre Lassonde ...

Comment Marc Parent a transformé CAE

Édition du 08 Décembre 2018 | François Normand

CAE et son patron, Marc Parent, sont souvent sous le radar. Pourtant, sous sa gouverne, le géant québécois de ...

À la une

Énergies fossiles: prudence avec les «actifs échoués»

BALADO - La Banque du Canada met en garde les investisseurs dans sa dernière Revue du système financier - 2019.

À quoi tient notre avenir? À la beauté!

CHRONIQUE. La preuve par l'exemple avec le designer Daan Roosegaarde, de passage à C2 Montréal...

C2 Montréal: le chef Marcus Samuelsson parle de santé mentale

BLOGUE. À 23 ans, il fut le plus jeune chef couronné de 3 étoiles. Il vient d'ouvrir son premier restaurant à Montréal.