Finaliste 2011 - TECHNOLOGIES D-BOX

Publié le 12/02/2011 à 00:00, mis à jour le 04/02/2012 à 12:24

Finaliste 2011 - TECHNOLOGIES D-BOX

Publié le 12/02/2011 à 00:00, mis à jour le 04/02/2012 à 12:24

Par Julien Brault

Claude McMaster est si convaincu de l'attrait de son produit qu'il préfère le laisser parler pour lui. Avant de nous accorder une entrevue, le pdg de Technologies D-Box nous invite, le temps d'un extrait du film Rapide et dangereux, à prendre place dans un des sièges équipés de son système de génération de mouvement coordonné à l'action de films et de jeux vidéo.


Comme Harry Axene, le financier derrière Dairy Queen, grâce à qui l'invention de la crème glacée molle a été une véritable mine d'or dans les années 1940, M. McMaster considère qu'il s'apprête à révolutionner l'industrie du cinéma. Il emploie également les mêmes stratégies qu'Axene, qui avait lancé sa chaîne en distribuant des cornets à 26 investisseurs qui, ravis, se sont convertis avant même d'avoir consulté les documents financiers.


Avoir la foi


Fondée en 1992, D-Box commercialisait des haut-parleurs avant de développer sa technologie de sièges mouvants. En 2003, lorsque Claude McMaster se joint à l'entreprise à titre de vice-président, la PME émerge d'une période de R-D qui a duré cinq ans. " Je me suis joint à D-Box pour la faire passer d'une société de recherche à une société de commercialisation ", explique-t-il. Peu après son entrée en poste, il propose d'abandonner la commercialisation de haut-parleurs, qui était pourtant la seule activité rentable de l'entreprise. " Ce n'était pas une décision évidente, mais c'était le geste à poser ", dit-il.


Claude McMaster, qui devient pdg de l'entreprise en 2005, croit dur comme fer que la technologie de mouvement D-Box va autant de soi que l'apparition du son dans les salles de cinéma en 1920. Lorsqu'il reçoit un appel du vice-président, technologies, du studio Fox, à qui on avait envoyé un système D-Box à essayer, le dirigeant sait qu'il vient de franchir une étape importante. " Il nous a dit qu'on allait créer une révolution dans l'industrie et nous avons signé avec lui ", évoque M. McMaster.


Viser le ciel


Grâce à des ententes signées avec les grands studios hollywoodiens, D-Box a pu faire son entrée dans les salles de cinéma ; elle était en effet désormais en mesure de produire la trame de mouvement d'un film avant sa sortie en salle. Dès lors, le modèle d'entreprise qui permet à D-Box de percevoir des redevances sur chaque billet de cinéma donnant accès à un siège D-Box est au centre de la stratégie de l'entreprise. " Pendant que je vous parle, nous engrangeons des yens au Japon ", illustre le pdg. Les sièges D-Box sont présents dans 52 salles sur trois continents mais, le moment venu, M. McMaster estime qu'il serait réaliste d'équiper environ 10 % des 150 000 salles de cinéma du monde.


Diplômé en ingénierie et en administration, Claude McMaster considère être en train de réaliser son objectif de faire de la technologie D-Box " une norme mondiale, au même titre que le Dolby ". Dans les faits, sa seule crainte semble être de voir apparaître un concurrent. Il ne l'avoue pas directement durant l'entrevue, mais il insiste souvent sur les barrières que devrait franchir un éventuel concurrent : " Si tu es le premier joueur à entrer dans une industrie, tu as souvent un avantage concurrentiel par rapport au deuxième. "


Notre dossier sur lesaffaires.com


Visionnez nos entrevues avec les finalistes sur lesaffaires.com/prixPDG


lesaffaires.redaction@transcontinental.ca


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

La résilience de la Bourse surprend encore

BLOGUE. La confiance des consommateurs et le rebond des mises en chantier font espérer que l'économie tient bon.

Pourquoi Donald Trump s'attaque à la Chine

17/05/2019 | François Normand

BALADO - La Chine veut devenir numéro un en termes de qualité dans 10 secteurs clés à la base de l'économie américaine.