Finaliste 2011 - SPEEDWARE

Publié le 12/02/2011 à 00:00, mis à jour le 04/02/2012 à 12:24

Finaliste 2011 - SPEEDWARE

Publié le 12/02/2011 à 00:00, mis à jour le 04/02/2012 à 12:24

Par Julien Brault

Andy Kulakowski parle de Speedware, qui offre des services aux grandes organisations qui modernisent leurs systèmes informatiques, avec une simplicité désarmante. Les mots à la mode en gestion, très peu pour ce programmeur de formation qui est devenu pdg de l'entreprise un peu par la force des choses.

Mais si discrets soient-ils, l'entreprise et son dirigeant méritent d'être sous les feux de la rampe. En effet, Speedware dégagerait une marge bénéficiaire moyenne de 25 % sur un chiffre d'affaires qui, de 9 millions de dollars, devrait passer à 11 millions en 2011.

Le sauvetage d'une entreprise québécoise

Fondée en 1976, Speedware est achetée par le géant américain Activant en 2005. Moins d'un an après, Andy Kulakowski, qui était chef de la direction de l'entreprise avant la transaction, se rend compte que l'entreprise québécoise ferait du surplace au sein du groupe. " Nous n'avons jamais été au coeur de la stratégie d'Activant, mais comme nous étions très rentables, ils étaient intéressés à nous garder ", souligne M. Kulakowski, qui a par conséquent beaucoup de mal à convaincre Activant de vendre Speedware. Selon lui, il s'agissait toutefois de la seule manière de sauver l'entreprise. " Si nous n'avions pas réussi à acheter la compagnie, c'est sûr qu'ils auraient congédié les employés un à un jusqu'à ce qu'elle n'existe plus. " L'été dernier, Andy Kulakowski rachète l'entreprise pour près de 13 millions de dollars, avec le Fondaction et d'autres employés. Lui et les autres membres de la direction détiennent 41 % de l'entreprise, Fondaction, 41 %, et les autres employés, les 18 % restants.

Lorsqu'on demande à Andy Kulakowski le secret de la réussite de son entreprise, il dit qu'il suffit de travailler fort, " mais pas trop ", tient-il à préciser, et d'avoir de la chance. Les employés, dont la plupart sont actionnaires, sont ainsi au centre de la stratégie de l'entreprise. Du reste, Andy Kulakowski a été dans leurs souliers, puisqu'il s'est joint à l'entreprise en 1986, après avoir été un utilisateur des outils de développement des TI de Speedware alors qu'il travaillait pour une autre entreprise. Dans la mesure où 80 % des revenus proviennent de l'étranger, les 50 employés de l'entreprise sont au bureau à divers moment de la journée puisqu'il faut tenir compte des fuseaux horaire, mais Andy Kulakowski assure que son équipe est très dévouée à la tâche. " Quand il faut travailler fort, on travaille fort, et quand on peut avoir du fun, on a du fun ", assure le dirigeant.

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Mais où est passée la peur de la récession?

BLOGUE INVITÉ. Après un rebond des marchés, on entend beaucoup moins parler de récession. Pourtant...

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

20/07/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Investir: trois critères pour choisir ses actions

19/07/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Un investisseur devrait analyser ses titres boursiers comme s'ils étaient une entreprise privée.