Mylène Forget : des pros des RP, de mère en fille

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Novembre 2014

Mylène Forget : des pros des RP, de mère en fille

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Novembre 2014

Par Claudine Hébert

Mylène Forget, lauréate - Entrepreneure, moyenne entreprise

Les histoires de relève mère-fille sont plutôt rares. Mylène Forget est la première entrepreneure à avoir réussi le coup dans le monde des communications québécoises. Depuis 2002, elle dirige le cabinet de relations publiques Massy-Forget, fondé par sa mère Josette en 1982.


Cliquez ici pour consulter le dossier Prix Femmes d'affaires du Québec 


« J’ai toujours été fascinée par le travail de ma mère. C’est mon mentor. D’ailleurs, le fait que je sois finaliste dans le cadre des prix Femmes d’affaires du Québec du Réseau des femmes d’affaires du Québec (RFAQ) dans la catégorie Entrepreneur, moyenne entreprise, constitue indirectement un hommage qui lui revient », mentionne Mylène Forget.


Celle qui a étudié en droit a toujours eu un fort penchant pour les relations publiques. « Déjà ado, j’étais une lectrice boulimique. Je dévorais journaux, magazines et romans pour être au fait de l’actualité et des tendances », indique-t-elle.


Après avoir travaillé dans un cabinet à titre d’avocate pendant un an et demi et comme attachée de presse pour un ministre provincial dans les années 1990, Mylène Forget a fondé son propre cabinet de relations publiques en 1999. « En moins de trois ans, j’avais déjà atteint la moitié du chiffre d’affaires que ma mère avait réussi à bâtir en 20 ans. Celle-ci, qui avait toujours espéré que l’une de ses deux filles prendrait la relève de son entreprise, m’a donc fait une offre pour que j’achète son cabinet », rapporte la présidente de 45 ans.


Depuis 2012, le cabinet porte le nom de Massy Forget Langlois. « J’ai maintenant une associée en la personne d’Annie Langlois, une spécialiste des milieux agroalimentaire et pharmaceutique, deux secteurs porteurs au sein desquels je souhaite que le cabinet soit plus présent », indique Mylène Forget. Elle précise que cette association constitue sa meilleure décision d’affaires de sa carrière.


L’agence, qui figure parmi les 10 cabinets de relations publiques les plus importants du Québec, est reconnue pour son expertise dans le conseil stratégique. « La moindre décision interne au sein des entreprises peut aujourd’hui faire l’objet de critiques de l’opinion publique. Nous sommes là pour les guider et les aider à bien gérer leurs enjeux communicationnels. »


Cliquez ici pour consulter le dossier Prix Femmes d'affaires du Québec 


À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Femmes leaders, augmentez votre capacité à influencer

BLOGUE. Vous souhaitez négocier de manière plus affirmée et plus confiante ? Vous familiariser avec ...

Femmes et argent : des inégalités loin d'être éradiquées

Édition du 06 Avril 2019 | Hélène Gagné

EXPERTE INVITÉE. Trois études récentes sur les femmes et l'argent imposent un même constat : nous avons ...

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

24/05/2019 | François Normand

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

25/05/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour le 25/05/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.