Natasha Bouchard, ou pourquoi le bonheur est dans le camping


Édition du 12 Novembre 2016

Natasha Bouchard, ou pourquoi le bonheur est dans le camping


Édition du 12 Novembre 2016

Natasha Bouchard, propriétaire du Camping Orléans

FINALISTE, ENTREPRENEURE – PETITE ENTREPRISE — Quitter l’atmosphère feutrée de l’université pour le milieu très masculin des terrains de camping, c’est le mouvement qu’a effectué Natasha Bouchard en reprenant le camping familial en 2008. Un virage qu’avaient déjà pris ses parents, eux aussi universitaires, en achetant ce camping de l’île d’Orléans en 1984.

Ne souhaitant pas voir ce terrain cinq étoiles, l’un des rares au Québec, sortir de la famille, celle qui est alors professionnelle de recherche en éducation se transforme en chef d’entreprise. Non seulement elle n’a jamais regretté sa décision, mais elle est également devenue la première femme à occuper le poste de présidente de l’Association des terrains de camping du Québec, de 2010 à 2014.

Dans quelle situation estimez-vous que la confiance en soi est essentielle pour réussir en affaires ?

Quand on se trouve dans un cul-de-sac ou quand rien ne va plus, avoir confiance en soi permet de débloquer la situation. Car on a toujours les ressources nécessaires pour trouver une solution. Il faut juste y croire !

Comment avez-vous développé votre confiance en vous ?

Essayer des choses, constater que cela fonctionne, voir que cette réussite est reconnue et recevoir des rétroactions positives de la part des gens de mon milieu professionnel m’a aidée à croire en moi.

En plus d’être d’excellents modèles, mes parents ont toujours eu une confiance absolue en mes capacités. Et j’ai eu la chance d’avoir un père féministe. Lui, ma mère et mes grands-mères, qui étaient des féministes avant l’heure, m’ont toujours répété que j’avais autant de mérite que n’importe qui.

Cliquez ici pour consulter le dossier Prix femmes d'affaires du Québec 2016

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…