Manon Brouillette: une présidence tout en nuances


Édition du 12 Novembre 2016

Manon Brouillette: une présidence tout en nuances


Édition du 12 Novembre 2016

Manon Brouillette est présidente et chef de la direction de Vidéotron.

LAURÉATE, CADRE, DIRIGEANTE OU PROFESSIONNELLE, ENTREPRISE PRIVÉE — Manon Brouillette n’a jamais eu d’objectif de carrière ni l’ambition de se hisser jusqu’aux plus hautes sphères d’une entreprise de plus de trois milliards de dollars comme Vidéotron. « Tout ce que j’ai toujours voulu, c’est des responsabilités. Donnez-moi des dossiers ! »

Elle a été servie. Depuis son arrivée chez le géant des télécommunications en 2004, la présidente et chef de la direction de Vidéotron a piloté des mégaprojets tels que l’entrée de l’entreprise dans l’ère de la mobilité, le lancement de la téléphonie par câble et le développement de la nouvelle génération d’Illico.

« Je suis très reconnaissante qu’on m’ait fourni ces plateformes pour apprendre. À mon arrivée dans mon fauteuil de présidente en 2013, j’étais prête à faire le travail », dit la lauréate des prix Femmes d’affaires du Québec dans la catégorie Dirigeante d’entreprise privée.

Ce qui caractérise le parcours de la femme d’affaires de 48 ans est sa capacité à porter le changement et à inciter les gens à l’accompagner. Elle le doit, selon elle, à son pragmatisme. « Pour exécuter les grandes idées, il faut une méthodologie. Je suis capable de ramener mes projets à l’échelle humaine et d’en faire des bouchées digestes pour ceux qui doivent y contribuer. »

Alors qu’elle dégage tout du leader confiant, Manon Brouillette estime que cette solidité vient justement du fait qu’elle assume pleinement ses nuances.

« Je pense être la preuve vivante qu’on peut être féminine et sensible tout en dirigeant d’une main de fer. Je n’ai pas de difficulté à être vulnérable devant mes collègues ni à pleurer si j’ai un coup d’émotion pendant une rencontre avec mes employés. Ce n’est pas la fin du monde ni la fin d’une carrière ! En vivant avec cœur et conviction, on donne le meilleur de soi. C’est ça, le succès : ne jamais renoncer à son être profond. »

Manon Brouillette explique sa réussite par sa capacité à prendre des risques. « La confiance en soi, ça se bâtit par l’expérience. J’ai développé mon instinct et je suis prête à vivre avec les conséquences de mes erreurs. C’est un de mes legs familiaux : quand j’avais des décisions à prendre, mon père me sommait d’oublier les autres et de suivre mon cœur. Mes incertitudes me permettent donc d’avancer. »

Le secteur des télécommunications vit un tournant historique, et la présidente de Vidéotron entend apporter ses couleurs dans la voie que prendra l’entreprise. Elle compte notamment faire de la place à des chantiers qui allient le corporatif et l’académique, et croit à une approche plus collaborative avec l’industrie pour l’avenir. « À notre ère, ce serait utopique et même irresponsable de penser qu’on a toutes les réponses à l’interne. »

Comment durer et rester pertinent ? « En faisant tomber les paradigmes – que je déteste, d’ailleurs ! C’est un devoir que je me donne dans la vie, d’être capable de repartir d’une feuille blanche et de me demander : si on partait de zéro, comment ferait-on les choses ? »

Cliquez ici pour consulter le dossier Prix femmes d'affaires du Québec 2016

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Mission accomplie pour Brian Hannasch

Édition du 07 Décembre 2019 | Pierre Théroux

PDG DE L’ANNÉE – GRANDE ENTREPRISE. Brian Hannasch peut dire mission accomplie.

Couche-Tard, un prétendant «sérieux» et «crédible», dit l'australienne Caltex

La société n'a pas eu de réponse de la part de Couche-Tard depuis l'annonce du rejet de l'offre, mardi.

Bourse: Wall Street quasi-stable à la clôture, scrutant le front commercial

05/12/2019 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. « Le chemin a été assez cahoteux cette semaine ».