Lise Déziel: sauter dans le vide


Édition du 12 Novembre 2016

Lise Déziel: sauter dans le vide


Édition du 12 Novembre 2016

Lise Déziel, présidente-directrice générale Cordé Électrique

LAURÉATE, DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE FÉMININ — Lise Déziel a créé son entreprise comme on se lance dans le vide, poussée par l’adversité et l’envie d’entreprendre. Six ans plus tard, Cordé électrique, une entreprise d’assemblage de fils pour fabriquer des harnais électriques, à Maricourt, compte 53 employés et connaît une croissance constante.

Jamais elle n’aurait cru que ce jour sombre, où elle a perdu son emploi et où elle a vu sa vie basculer, aurait finalement été le déclencheur d’une des plus belles aventures de sa vie. Il lui aura fallu quelques semaines pour réaliser ce dont elle avait envie. Puis la décision, si difficile soit-elle, n’a pas tardé. Lise Déziel l’a prise envers et contre tout. Et tous.

Quelques mois plus tard, son conjoint perd lui aussi son emploi et c’est elle, grâce à un nouveau poste qui ne l’intéresse pas tellement, qui fait vivre la famille. Le couple a alors deux enfants, âgés de 9 et 13 ans. Mais « mon envie de lancer mon entreprise a été un cri du cœur. J’en étais rendue là. Mon mari m’a donné tous les arguments du monde pour ne pas que je le fasse. J’ai quand même lâché mon job et je me suis lancée », se souvient Lise Déziel, qui avait alors 41 ans. Comme elle avait occupé des postes de production dans sa carrière, elle n’avait « jamais lu un état financier » et n’avait aucune expérience en gestion.

Femme de défis

La fille d’entrepreneur ne s’est pas découragée : « J’ai suivi des formations, j’ai adhéré à des organismes comme le Réseau des femmes d’affaires ou le Groupement des chefs d’entreprise du Québec et je me suis entourée de gens qui avaient des compétences administratives. Mais je ne pensais jamais avoir plus d’une quinzaine d’employés ! » lance Lise Déziel.

Résultat : « C’est le plus gros risque que j’aie pris et ma meilleure décision à vie », affirme-t-elle. Cordé électrique est en croissance constante. « Il nous est arrivé d’augmenter le chiffre d’affaires de plus de 1 000 % en l’espace de trois ans », note la pdg. Aujourd’hui, l’entreprise est « une des plus automatisées du secteur », se réjouit la femme d’affaires, qui fait figure d’exception dans ce monde où les entreprises sont plus souvent dirigées par des hommes.

La firme lorgne le marché américain, notamment le secteur automobile. Cette nouvelle étape de développement exige de la préparation « pour faire face à des joueurs de grande taille là-bas » : missions économiques, constitution d’une équipe de direction solide et site Internet bilingue, travail sur le positionnement de l’entreprise pour cibler les nouveaux marchés, etc. Lise Déziel s’est jetée dans un nouveau défi. À sa façon : méthodiquement et passionnément.

Cliquez ici pour consulter le dossier Prix femmes d'affaires du Québec 2016

À suivre dans cette section


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Élections fédérales: les grands enjeux économiques

11/10/2019 | Les Affaires

ÉLECTIONS FÉDÉRALES. Les Affaires vous présente des entrevues économiques avec six formations politiques.

Actifs échoués: les hydrocarbures canadiens sont-ils à risque?

12/10/2019 | François Normand

ANALYSE - Les énergies fossiles risquent de devenir l'équivalent des lignes fixes pour la téléphonie mobile.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

12/10/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.