Josée Dufour a réalisé le rêve d'une vie


Édition du 12 Novembre 2016

Josée Dufour a réalisé le rêve d'une vie


Édition du 12 Novembre 2016

Josée Dufour, présidente du Groupe Axiomatech

FINALISTE, ENTREPRENEURE – PETITE ENTREPRISE — Créer une entreprise pour mieux concilier travail et famille, c’est le choix audacieux effectué par Josée Dufour, une ancienne chargée de projet dans le domaine pharmaceutique. Depuis longtemps, elle aspire à devenir entrepreneure. En 2007, elle fonde avec son conjoint le Groupe Axiomatech, spécialisé en entretien des bâtiments industriels ou commerciaux. Ce projet réunit l’expérience de Josée Dufour en gestion de projet, son intérêt pour les affaires et l’expertise de son conjoint, ingénieur en maintenance. Pari réussi, puisque malgré les longues heures de travail, elle a aujourd’hui le sentiment de mieux gérer sa carrière et sa vie de maman de quatre enfants, dont deux sont autistes.

Dans quelle situation estimez-vous que la confiance en soi est essentielle pour réussir en affaires ?

À chaque moment ! En tant qu’entrepreneur, on doit prendre des décisions rapidement, alors qu’on est toujours dans l’inconnu et dans le doute. Sans confiance en soi, tu ne peux pas avancer. Il faut être solide et croire en ses rêves.

Comment avez-vous développé votre confiance en vous ?

Je me suis entourée de gens intelligents et compétents, qui ont pu combler mes lacunes. Lorsque j’ai démarré mon entreprise, je ne me suis pas posée de questions, car tout était tellement clair dans ma tête. Bâtir une entreprise était l’un de mes rêves et cela a été un moteur pour moi. Au moment de me lancer, je me suis dit que c’était une aventure dans laquelle je voulais me lancer. Au pire, si cela n’avait pas marché, je serais retournée sur le marché du travail.

Cliquez ici pour consulter le dossier Prix femmes d'affaires du Québec 2016

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…