PCGR : Allianz Madvac va au-devant des nouvelles normes

Publié le 27/05/2010 à 17:26

PCGR : Allianz Madvac va au-devant des nouvelles normes

Publié le 27/05/2010 à 17:26

Allianz Madvac, entreprise de Boucherville spécialisée dans la fabrication de balayeuses de rue, n’a pas attendu l’échéance de 2011 pour s’intéresser aux nouvelles normes comptables qui entreront en vigueur en janvier 2011 pour les sociétés à capital fermé (PCGR) et pour les entreprises cotées en Bourse (IFRS).


L’entreprise, qui réalise 90 % de son chiffre d’affaires de 85 millions de dollars aux États-Unis, s’y est mise dès janvier 2009.


« On a voulu le faire le plus rapidement possible. On a commencé à analyser les conséquences sur l’entreprise bien avant que les nouvelles normes ne soient publiées, en décembre 2009 », explique Lorraine Potvin, vice-présidente, finances et administration de cette entreprise de 280 employés.


Les nouvelles normes peuvent être appliquées par anticipation aux exercices financiers clos à compter de la fin de l’année civile 2009. Une nouvelle entreprise qui amorce ses activités aura intérêt à les adopter dès maintenant.


En outre, les entreprises qui désirent profiter de normes comptables moins complexes peuvent opter pour l’adoption anticipée, rappelle Daniel McMahon, président et chef de la direction de l’Ordre des comptables agréés (CA) du Québec.


« Elles pourraient trouver avantageuses les dispositions simplifiées sur les instruments financiers, les régimes à prestations déterminées ou d’autres éléments », estime-t-il.


S’y prendre à l’avance a permis à Allianz Madvac de disposer du temps nécessaire pour réévaluer ses immobilisations à leur juste valeur. « C’est très important pour nos relations bancaires. Cela représente un grand impact sur nos ratios d’équité. L’entreprise vaut davantage et ça vaut la peine de faire le changement immédiatement et ce, même si notre charge d’amortissement augmente », précise-t-elle. 


L’entreprise s’attend à des coûts additionnels liés aux services des vérificateurs, qui vérifieront son bilan d’ouverture et ses notes explicatives, une dépense qu’elle est prête à assumer.


« C’est à nous de bien faire nos devoirs, croit Mme Potvin. J’ai une bonne équipe qui est capable de faire les changements. Pour une entreprise qui a moins de ressources à l’interne, ça peut devenir plus coûteux. Même si les nouvelles normes ne changent rien pour une entreprise, elle doit tout de même faire le bilan d’ouverture et la note au bilan d’ouverture. »


 

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Les firmes en croissance malgré la pénurie de main-d'oeuvre

Édition du 23 Février 2019 | Jean-François Venne

LES GRANDS DE LA COMPTABILITÉ. La croissance se poursuit dans les grands cabinets comptables au Québec, alimentée ...

Des nouvelles des grands cabinets comptables

Édition du 23 Février 2019 | Jean-François Venne

LES GRANDS DE LA COMPTABILITÉ – Deloitte. L'année 2018 de Deloitte a été marquée par le lancement d'Omnia AI, ...

OPINION Les firmes s'arrachent les spécialistes en TI
Édition du 23 Février 2019 | Jean-François Venne
Des cybermenaces contre les PME
Édition du 23 Février 2019 | Jean-François Venne
Mettre les données à l'abri
Édition du 23 Février 2019 | Jean-François Venne

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

24/05/2019 | François Normand

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

25/05/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour le 25/05/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.