Savaria prend pied en Australie, un achat stratégique selon un analyste

Publié le 15/12/2017 à 12:04, mis à jour le 15/12/2017 à 13:59

Savaria prend pied en Australie, un achat stratégique selon un analyste

Publié le 15/12/2017 à 12:04, mis à jour le 15/12/2017 à 13:59

Par Dominique Beauchamp

Rien ne semble arrêter le fabricant d’équipements pour les personnes à mobilité réduite Savaria, qui multiple les achats.


Cette fois, l’entreprise lavalloise prend pied en Australie en acquérant Master Lifts Australia Pty.


La petite taille de la transaction, de 4,1 millions de dollars payables sur deux ans et ses revenus de 8,2M$, masquent son rôle stratégique pour Savaria(SIS, 17,69$), indique Leon Aghazarian, de la Financière Banque Nationale.


Son action a d’ailleurs bien réagi en grimpant de 13,8%, les 14 et 15 décembre.


Master Lifts est un distributeur et ne fabrique aucun de ses propres équipements.


Savaria met donc la main sur un réseau de ventes instantané par lequel elle peut ensuite offrir ses produits, explique en entrevue Marcel Bourassa, le PDG.


L’entreprise familiale y a déjà dépêché Jean-François Viau, embauché il y a six semaines pour diriger Savaria (Australia).


«On savait que l’Australie s’en venait. M. Viau a complété six semaines de formation pour se familiariser avec nos produits et même participer à leur installation», a raconté M. Bourassa, dont le fils Sébastien, son dauphin, a conclu l’achat australien.


M. Viau compte plus de 25 ans d’expérience dans l’industrie de la mobilité, plus récemment chez Ricon Corporation et Vapor Bus.


«L’Australie représente un marché attrayant avec sa démographie favorable, sa forte croissance économique et sa proximité de notre usine en Chine, ce qui offre un excellent tremplin pour commercialiser notre nouvel ascenseur de luxe Vuelift, ainsi que notre gamme complète de produits d’accessibilité», avait aussi indiqué M. Bourassa, dans la dépêche.


Un modèle moins coûteux a répéter ailleurs dans le monde


D’ailleurs, l’hommes d’affaires de 65 ans prévoit reproduire ce modèle d’acquisitions dans d’autres pays dans l’avenir.


«On achète une force de vente et un réseau de distribution pour trois fois le bénéfice d’exploitation au lieu de l’habituel 11 fois pour un fabricant», a révélé bien candidement M. Bourassa.


 



« C’est beaucoup moins cher et ça rapporte des ventes dès le lendemain  »


L’intégration australienne devrait se dérouler en douceur, malgré la distance. Non seulement Savaria s’est-elle assurée de garder les vendeurs-clés locaux, mais Savaria et Master Lifts sont partenaires depuis déjà sept ans.


Autre avantage de la transaction: l’usine Huizhou de Savaria fabrique déjà environ 20% des produits que vend de Master Lifts. Cette proportion grimpera bien sûr à 90% d’ici trois mois, assure M. Bourassa.


L’achat australien relèvera donc l’utilisation de la capacité de cette usine qui ne fonctionne qu’à la moitié de sa capacité, précise l’analyste, qui maintient son cours cible de 18,50$ pour l’instant.


Les distributeurs acquis cessent aussi de s’approvisionner chez des concurrents, ajoute M. Bourassa, comme ce fût le cas lorsque Savaria a acheté son principal client pour les ascenceurs résidentiels, le distributeur Premiers Lifts, de Baltimore, en février 2017.


«On se donne 12 mois pour intégrer Master Lifts. Si c’est concluant, on bougera plus vite ensuite pour percer d’autres marché en achetant des distributeurs et en implantant une petite usine pour l’assemblage local sur mesure», a aussi confié M. Bourrassa, qui convoite entre autres le Mexique l’Argentine et le Brésil.


«J’ai d’autres achats à faire avant. On en a conclu quatre en 2017 et j’en prévois autant l’an prochain», ajoute celui qui se dit «chanceux» et «bien entouré».


Après un bond de 60% depuis un an, l’action de Savaria obtient un fort multiple de 29 fois les bénéfices attendus dans 12 mois.


 

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Pouvez-vous vraiment vous fier aux gourous de la finance?

25/03/2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Une intelligence artificielle (IA) vient de découvrir qu'il faut être fou pour écouter leurs prédictions!

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.

À la une

Que faut-il savoir sur Huawei?

Les consommateurs apprécient ses appareils, mais les États s'inquiètent de la proximité entre l'entreprise et la Chine.

À surveiller : Loblaw, BRP et Blackberry

Que faire avec les titres de Loblaw, BRP et Blackberry? Voici quelques recommandations d’analystes.

Manufacturier 4.0: le retard du Québec menace les exportations

Deloitte propose diverses stratégies pour accélérer la transformation des entreprises en manufacturiers intelligents.