ASDR obligée d'en faire plus que si elle était à Montréal

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Octobre 2014

ASDR obligée d'en faire plus que si elle était à Montréal

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Octobre 2014

« On a déjà prévu d’aller chercher [de la main-d’oeuvre] du côté du Lac-Saint-Jean où il n’y pas beaucoup de travail ces temps-ci », explique Stephen Authier, d’ASDR.

Stephen Authier, le pdg d'ASDR, une PME de Malartic qui offre des services en environnement, en génie, et fabrique des équipements spécialisés dans les domaines minier, forestier et industriel, prévoit embaucher de 40 à 50 personnes en 2015 : des soudeurs, des machinistes, des ingénieurs, des techniciens en traitement des eaux, des chimistes qui s'ajouteront aux 150 employés déjà en place.

Cliquez ici pour consulter le dossier PME: Forces d'attraction

Connaissant les difficultés de recrutement en Abitibi-Témiscamingue, l'entreprise est également en train d'analyser la situation de l'emploi dans toutes les régions du Québec afin de cibler celles qui ont le taux de chômage le plus important. «On a déjà prévu d'aller chercher du côté du Lac-Saint-Jean où il n'y pas beaucoup de travail ces temps-ci», explique Stephen Authier.

Il faut dire qu'à Malartic, qui compte 3 300 habitants, «le bassin de main-d'oeuvre est petit» et certains experts sont carrément absents, comme les agronomes ou les techniciens en traitement des eaux. De plus, «on arrive à faire venir des jeunes, mais au bout de quelques années d'expérience, ils veulent retourner dans les grands centres urbains», déplore Stephen Authier. Il assure néanmoins avoir un bon taux de rétention, avec un roulement inférieur à 5 %.

Cliquez ici pour consulter le dossier PME: Forces d'attraction


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Et si Couche-Tard cessait ses opérations en 2070?

Un analyste déconstruit la valeur de Couche-Tard pour démontrer qu'il ne faut pas craindre l'auto électrique.

La vente de résidences à un sommet en novembre à Montréal

Les conditions du marché continuent d’être favorables aux vendeurs.

Noël: François Legault renonce à «son contrat moral»

Mis à jour le 03/12/2020 | lesaffaires.com

«C'est pas réaliste de penser qu'on va réduire la progression du virus de façon satisfaisante d'ici Noël».