Un ange sur l’épaule de Feldan Bio

Publié le 23/04/2015 à 10:50

Un ange sur l’épaule de Feldan Bio

Publié le 23/04/2015 à 10:50

Pour une jeune PME innovante dans le domaine de la biotechnologie, faire appel à des anges financiers semble la meilleure option pour continuer à croître entre le démarrage de l'entreprise et le moment venu de faire appel à du capital de risque. C'est du moins ce que croit François-Thomas Michaud, président et cofondateur de Feldan Bio, une PME de 18 employés qui développe et fournit des produits pour la thérapie cellulaire et la recherche dans le domaine.


« Il y a un trou dans la chaîne de financement des entreprises en biotechnologie à ce niveau », considère le pdg. « Au Québec, les anges financiers sont les seuls qui sont capables de remplir ce trou et ils le remplissent très bien ». Au début de l'année 2015, Feldan Bio s'est vu accorder un investissement de plus de 1,2 million de dollars. Sur ce montant, 675 000$ ont été fournis par une quinzaine de membres d'Anges Québec, un réseau d'entrepreneurs et de professionnels désireux d'investir de petits montants dans des entreprises toujours à leurs premiers pas.


Dans la balance, 475 000$ ont été accordés par le fonds d'investissement Anges Québec Capital et 75 000$ par Fier Succès, l'un des Fonds d'intervention économique régionale. Lors des deux précédentes rondes de financement, Feldan Bio s'était vu accorder chaque fois des montants avoisinant les 500 000 $ au total. Chaque ronde de financement a amené de nouveaux actionnaires à Feldan Bio. L'entreprise en compte une vingtaine à l'heure actuelle.


Avancée de la R et D


Si le montant investi dans la dernière ronde de financement est plus grand, c'est probablement en raison des récentes avancées de la PME en recherche et développement. La PME travaille depuis 2011 sur des façons pour faire entrer des protéines spécifiques dans les cellules. Or, ces travaux ont débouché, dans les six derniers mois, sur la mise au point d'un nouvel outil susceptible de susciter un intérêt dans le domaine de la thérapie cellulaire et de propulser du même coup la croissance de l'entreprise.


François-Thomas Michaud souhaite aller chercher du capital de risque l'année prochaine pour accélérer le développement de sa PME. S'il arrive à ce stade, c'est en grande partie parce que des anges financiers ont soutenu la croissance de l'entreprise entre temps.


«En biotechnologie, il y a beaucoup de développement et de recherche à faire avant de mettre au point un concept ou un produit commercialisable. Sans investissement, c'est impossible ». Essentiellement, l'argent injecté sert aux dépenses dans les immobilisations, les salaires, les équipements de laboratoire, mais aussi dans les frais reliés à la propriété intellectuelle, aux brevets et à la commercialisation.


S’entourer de mentors


Selon le dirigeant, le principal défi lorsqu'on approche des anges financiers, consiste à bien expliquer ses projets, ses enjeux et le potentiel des investissements devant des personnes, certes qualifiés dans le domaine des affaires, mais souvent néophytes en matière de biotechnologie. « On essaie de s'entourer d'un conseil d'administration avec des personnes qui jouissent d’une bonne réputation, ajoute-t-il. Lorsqu’ils approuvent le plan stratégique de l'entreprise, cela donne confiance aux anges investisseurs. »


Son principal conseil à des entrepreneurs qui se retrouveraient dans une situation similaire : s'entourer de mentors. Selon lui, ces gens d'expérience peuvent permettre à l'entrepreneur d'éviter des erreurs dans la manière de vendre et de bien expliquer son projet, mais aussi d'être bien dirigé vers les meilleures opportunités d'affaires.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

L'IA au service des Habitations Jutras

21/03/2019 | Anne-Marie Luca

PME DE LA SEMAINE. Cet outil analyse chaque interaction avec de futurs clients et établi la probabilité qu'ils achètent.

À la une: Montréal est «hot» en immobilier. Trop?

Édition du 23 Mars 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, Montréal est «hot» en immobilier. Trop?

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.