Bio-K Plus à la conquête de nouveaux marchés


Édition du 08 Décembre 2018

Bio-K Plus à la conquête de nouveaux marchés


Édition du 08 Décembre 2018

­Bio-K ­Plus s’est appuyée sur des partenaires locaux pour s’implanter en ­Chine et en ­Allemagne. « ­Ces entreprises connaissent très bien leur marché et cela permet d’y entrer plus efficacement et plus rapidement », indique la ­PDG, ­Isabèle ­Chevalier.

Série 4 de 4 - Découvrez une PME dont le chiffre d'affaires repose en grande partie sur l'exportation.    

En 2018, Bio-K Plus a lancé ses produits en Allemagne, environ trois ans après être entré en Chine. L'entreprise lavalloise exporte aussi une bonne partie de ses produits aux États-Unis depuis 1998. Elle compte d'ailleurs un bureau à Los Angeles.

Sa croissance chez notre voisin du sud s'est faite organiquement, en développant sa propre structure et en embauchant ses propres employés. La PME y compte désormais plusieurs représentants.

Elle a opté pour une stratégie différente en Chine et en Allemagne, où elle s'est appuyée sur des partenaires locaux. «Ces entreprises partagent nos valeurs et leur portefeuille de produits correspond au nôtre, indique la PDG Isabèle Chevalier. Elles connaissent très bien leur marché et cela permet d'y entrer plus efficacement et plus rapidement.»

Elle confirme que ce sera dorénavant la recette utilisée par Bio-K Plus pour percer de nouveaux marchés internationaux. D'autant que la démarche plus organique utilisée aux États-Unis avait été reproduite il y a quelques années en France, sans grand succès. Bio-K s'était finalement retirée de ce marché. À l'inverse, la collaboration avec des partenaires en Allemagne et en Chine serait jusqu'à maintenant synonyme de succès, quoique l'entreprise privée reste avare de détails chiffrés à ce sujet.

Le défi du transport

Bio-K Plus produit des probiotiques à partir de lait fermenté, sous forme d'aliments frais ou de capsules. Or, exporter des aliments frais vers les États-Unis, la Chine ou l'Allemagne à partir du Québec présente un défi de transport. «Nos produits frais doivent toujours rester réfrigérés à une température comprise entre quatre et six degrés Celsius et ils ont une durée de vie de 90 jours», explique Mme Chevalier. Chaque palette de produits est équipée de capteurs permettant de mesurer l'évolution de la température tout au long de la livraison. Un lot qui aurait dépassé les seuils minimal ou maximal de température serait donc vite repéré.

Les transporteurs réfrigérés répondant aux exigences de Bio-K Plus ne sont pas légion. Cela fait augmenter les coûts du transport par rapport à d'autres produits. C'est encore plus vrai pour l'Allemagne, puisqu'il est hors de question d'y acheminer les produits par bateau. En raison de leur durée de vie relativement courte, il faut les faire voyager par avion, un mode de transport plus rapide, mais plus coûteux. Quant à la Chine, le partenaire chinois a pris la responsabilité du transport dans l'entente signée avec Bio-K Plus.

Ancré au Québec

Tout de même, ne serait-il pas plus pratique de rapprocher la production des marchés internationaux ? Pas pour l'instant, répond Mme Chevalier. L'entreprise continue de fabriquer tous ses produits à son usine de Laval, où travaillent une centaine de personnes sur les quelque 160 employés à temps plein de Bio-K Plus. La PDG juge important de produire au Québec afin d'encourager l'économie locale. Elle admet toutefois que si les volumes d'exportation deviennent très importants et que les marchés se multiplient, cette démarche pourrait évoluer.

Produire au Québec comporte aussi certains avantages. Payer la production en dollars canadiens et vendre les produits en dollars américains ou en euros, par exemple, est très profitable. Quant au marché chinois, le fait d'y exporter des produits fabriqués ici plutôt que d'y délocaliser la production aide à protéger la propriété intellectuelle. Le label «fabriqué au Canada» représenterait aussi un gage de qualité pour les consommateurs chinois.

Pour faire face à l'augmentation de la production causée par le développement de nouveaux marchés, Bio-K Plus embauche régulièrement, mais procède surtout à de l'automatisation. La capacité de production augmente donc plus rapidement que le nombre d'employés. L'entreprise reste à l'affût de nouveaux partenariats à l'international et entend exporter de plus en plus au cours des prochaines années.

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «PME EXPORTATRICES»

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Un exportateur québécois renonce au marché américain

Édition du 15 Juin 2019 | François Normand

Club Tissus jette l'éponge par rapport aux États-Unis. Les nouvelles règles du libre-échange visant le commerce de ...

Les exportations du Québec reculent par rapport au PIB

07/06/2019 | François Normand

Cette situation tient essentiellement à la perte des parts de marché du Québec aux États-Unis.

À la une

Bombardier: «c'est la fin d'une époque et c’est extrêmement malheureux»

Tandis que les marchés accueillent favorablement la vente à Mitsubishi, les employés cachent mal leur déception.

Bombardier vend son programme d'avions régionaux à Mitsubishi

Mis à jour à 14:36 | Julien Arsenault, PC

Ce serait la dernière étape de la transformation de Bombardier dans le secteur aéronautique selon Alain Bellemare.

La Fed réfléchit à une éventuelle baisse des taux d'intérêt

13:24 | AFP

Depuis mai dernier, « le tableau a changé », explique le président de la Banque centrale.