Oranje : raconter le monde depuis la Beauce

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Octobre 2015

Oranje : raconter le monde depuis la Beauce

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Octobre 2015

Par Matthieu Charest

L’espace de travail collaboratif situé au 4e étage de l’ancien couvent qui s’appelle maintenant Le Lab.

SMS Rabais, des coupons
qui vous suivent

L’autre partie de l’équation derrière le groupe Oranje, c’est SMS Rabais, dont la création a précédé la naissance d’Oranje Film. Le service s’apparente à un mélange entre la bonne vieille circulaire et les sites d’achats groupés qui proposent des rabais sur des produits et services, à la Groupon et Tuango.

C’est un site et une application mobile regroupant des coupons de réduction qui peuvent être imprimés ou téléchargés sur des téléphones intelligents. Un concept qui possède le double avantage d’être basé sur la géolocalisation et l’instantanéité. Ainsi, le café que vous êtes sur le point de croiser sur votre route peut vous envoyer une offre, et le spa, qui n’a pas atteint son maximum de réservations pour une journée donnée, peut liquider son « stock » pour une durée prédéterminée, d’un seul clic, à un coût moindre que s’il est imprimé sur une circulaire.

Mais « avec plus ou moins 200 visites par jour et 8 000 coupons téléchargés, nous n’avons pas assez d’achalandage, révèle le duo. D’autant qu’un coupon, ce n’est qu’un prétexte pour amasser des informations [sur les consomma- teurs] » afin de les monétiser par la suite. Viable, mais pas encore suffisamment rentable aux yeux des deux jeunes entrepreneurs.

Néanmoins, la valeur de ce service pourrait prendre du galon rapidement. D’abord, « nous allons créer une tuile sur le site Web du commerçant qui offre un rabais, afin de doubler notre visibilité. Puis, nous évaluerons l’idée de vendre notre technologie », expliquent Julien Savoie et Samuel Nadeau, qui sont à la recherche de nouveaux partenaires.

Vision Y, parents secours

Le groupe Oranje, la société mère derrière Oranje Film et SMS Rabais, a déposée une demande de financement auprès de la Banque de développement du Canada afin d’assurer sa croissance. Mais le processus s’est arrêté net « parce qu’il y avait trop de contraintes, affirme Julien Savoie. On ne pouvait plus travailler avec des sous-traitants impliqués de près ou de loin dans certaines activités, comme la pornographie, ou avec les bars, par exemple ».

Le tandem s’est alors tourné vers un prêteur américain afin de financer son essor en embauchant de nouveaux employés. Résultat, il a obtenu 50 000 $ US.

« Notre seul actif, c’est la qualité des gens que l’on engage, martèle Samuel Nadeau, et notre équipe est extraordinaire. Notre valeur comme entreprise est basée sur nos talents. On ne cherche jamais à faire un deal avec un employé. C’est la perle rare qu’il leur faut, rien de moins. On veut des intrapreneurs ; et puisqu’on gère selon nos valeurs, le travail, la flexibilité et une attitude positive, ceux qui ne cadrent pas sont dehors tout de suite. Nous, les exécutants, allons les remplacer par des robots. »

«Mais on ne peut pas encore payer les employés à leur juste valeur, précise M. Savoie. Par contre, le pari peut s’avérer payant à terme pour toute l’équipe. Il faut savoir voir à long terme. »

Dans le doute, ils peuvent aussi compter sur le père de Samuel, Stéphane Nadeau, un entrepreneur connu dans la région, qui détient environ 30 % des parts de l’entreprise. « C’est aussi un appui moral important, souligne Samuel. Nous sommes très pressés, et il sait nous ramener sur la bonne voie. »

Le Lab :
 le couvent collaboratif

Le siège social du groupe Oranje se trouve dans une partie de l’ancien couvent des Sœurs Saint-François d’Assise de Vallée-Jonction, trans- formé au coût de 1,5 M$ pour devenir Le Lab, un tout-inclus pour PME. Le propriétaire est Groupe en Action, lui-même détenu par Samuel Nadeau, ses parents et d’autres membres de la famille. Le complexe abrite un salon coiffure, un restaurant, un espace de travail collaboratif, une chambre d’hôtel, des bureaux fermés et des salles de réunion. Une garderie y ouvrira bientôt ses portes. La concentration de PME qui gravitent autour de cet écosystème, soit une boîte de design Web, des graphistes, des photographes et autres, permet au groupe Oranje de créer des partenariats d’affaires.

Cliquez ici pour consulter le dossier PME: des idées à revendre

À la une

L’intelligence artificielle au service de la surconsommation?

Il y a 2 minutes | Hugues Foltz

BLOGUE INVITÉ. Pour plusieurs, le temps des fêtes rime avec achats et rabais. Mais, en avez-vous vraiment besoin?

Wall Street: Lucid, visé par une enquête du SEC, s'effondre

Il y a 10 minutes | AFP

Le fabricant de véhicules électriques fait l'objet d'une enquête du SEC sur les conditions de son entrée en Bourse.

Les nouvelles du marché

08:25 | Refinitiv

Vaccination contre Omicron, BMO, croissance de l’emploi aux Etats-Unis, Didi sort du NYSE, et impôt minimum mondial.