Bleublancrouge : choisir la cohabitation plutôt que la fusion

Offert par Les Affaires


Édition du 31 Octobre 2015

Bleublancrouge : choisir la cohabitation plutôt que la fusion

Offert par Les Affaires


Édition du 31 Octobre 2015

Le rapprochement avec U92 est avant tout l’association de deux hommes : Jean-Sébastien Monty, président d’U92 et désormais de Bleublancrouge, et Sébastien Fauré, associé principal et chef de la direction de l’agence Bleublancrouge. (Photo : Jérôme L

Un couple moderne ayant chacun son appartement, c'est ainsi que Sébastien Fauré, associé principal et chef de la direction de l'agence de publicité Bleublancrouge, décrit le partenariat développé depuis près d'un an avec U92, une firme spécialisée dans le numérique.

Cliquez ici pour consulter le dossier PME: alliances et partenariats

«Les alliances ont toujours été au coeur de notre plan d'affaires, car nous croyons que l'union fait la force dans notre marché», dit-il.

Bleublancrouge, qui compte 85 employés, a entre autres déjà collaboré avec DDB Canada, alors que cette agence n'avait pas encore de bureau au Québec, ainsi qu'avec deux firmes torontoises pour lancer, en 2013, L'Institut Idée, un laboratoire d'idées.

Le rapprochement avec U92 est avant tout l'association de deux hommes, Sébastien Fauré et Jean-Sébastien Monty, président d'U92 et désormais également de Bleublancrouge. Cette union aurait pu prendre la forme d'une acquisition d'U92, qui emploie 25 personnes, par Bleublancrouge. Les deux associés ont toutefois préféré opter pour l'alliance, par conviction que ce qu'ils allaient bâtir ensemble serait plus grand que si l'une des entreprises achetait l'autre, mais aussi par volonté de ne pas perdre leur âme. «Une acquisition aurait pu dénaturer l'esprit et le coeur de notre business», estime Jean-Sébastien Monty.

Créer de la valeur ajoutée

Depuis novembre 2014, les deux entités misent sur la complémentarité de leurs activités pour grandir ensemble. Grâce à Bleublancrouge, U92 a accès à un bassin plus large de clients. De son côté, U92 lui apporte une expertise et une crédibilité en numérique, qui permet à Bleublancrouge d'étoffer son offre de services. En effet, U92 fournit des solutions dans le domaine des réseaux sociaux, mais aussi du commerce électronique, et développe aussi bien des sites Internet que des applications mobiles. «Cela nous permet d'accompagner certains de nos clients depuis l'élaboration de leur stratégie marketing jusqu'à la transaction effectuée par le consommateur, qu'elle prenne la forme d'un achat ou du téléchargement d'une application, par exemple», explique Sébastien Fauré.

Après quelques mois passés à faire côtoyer de manière informelle leurs équipes respectives pour qu'elles identifient des mandats sur lesquels coopérer, une dizaine de projets ont vu le jour au cours des six derniers mois.

«La planificatrice stratégique d'U92 a, par exemple, apporté son expertise en médias sociaux en devenant la planificatrice du compte Sephora, géré par Bleublancrouge», précise Jean-Sébastien Monty. L'agence a également mis à profit le savoir-faire d'U92 en matière de microsites et de bannières publicitaires sur Internet pour des campagnes Toyota.

Quant à U92, elle a bénéficié des compétences de son partenaire en production de vidéos publicitaires pour le compte de son client Sanofi. De plus, elle vient de remporter un contrat avec une marque de fromage, en partie en raison de son offre intégrée de services qu'elle a été en mesure de proposer grâce à Bleublancrouge.

Tout le potentiel de cette alliance n'a pas encore été exploité, mais Bleublancrouge s'attend à enregistrer une croissance de son chiffre d'affaires de 5 à 10 %, et U92, de 30 %.

Leur mise en commun, qui s'est réalisée en douceur, a été facilitée par l'emménagement des employés d'U92 dans l'immeuble que Bleublancrouge occupe à Montréal, mais dans des bureaux séparés. MM. Fauré et Monty ont également bien réfléchi à ce qu'ils voulaient construire ensemble. Une étape essentielle pour éviter le divorce !

Avis d'expert

«Les alliances entre PME sont à valoriser pour les renforcer et leur permettre de transiger davantage avec de grandes entreprises. La réussite de ces partenariats est basée sur la volonté des dirigeants de construire quelque chose afin qu'un plus un égale trois. Pour cela, ils doivent tout de suite se projeter à long terme. L'alliance sera fragile si seul le court terme est considéré.» - Claude Ananou, maître d'enseignement à HEC Montréal, notamment, en management des PME.

Cliquez ici pour consulter le dossier PME: alliances et partenariats

À suivre dans cette section


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Des repreneurs sur les bancs de l’école

Édition du 22 Janvier 2020 | Anne-Marie Tremblay

FORMATION MBA POUR CADRES ET DIRIGEANTS. Alors qu’on estime que plus de 40% des entrepreneurs au pays ...

Étudier en anglais, why not?

Édition du 22 Janvier 2020 | Anne-Marie Tremblay

FORMATION MBA POUR CADRES ET DIRIGEANTS. Alors que la majorité des PME du Québec tente d'exporter ...

MBA et PME, des lettres qui vont de mieux en mieux ensemble

Édition du 22 Janvier 2020 | Anne-Marie Tremblay

FORMATION MBA POUR CADRES ET DIRIGEANTS. Créés au tournant du 20e siècle pour aider les ...