Guerre de chiffres sur le Plan Nord

Publié le 16/03/2012 à 06:30, mis à jour le 16/03/2012 à 15:50

Guerre de chiffres sur le Plan Nord

Publié le 16/03/2012 à 06:30, mis à jour le 16/03/2012 à 15:50

Par Suzanne Dansereau

Il est impossible de réconcilier les deux récentes études publiées au sujet des retombées du Plan Nord sur le trésor québécois, car elles ont emprunté des hypothèses de départ différentes.

Dans son analyse publiée le 15 mars, l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS) évalue à 16,5 milliards de dollars (G$) les investissements publics dans le Plan Nord, sur une période de 25 ans.

De son côté, le cabinet-conseil Secor a évalué ces investissements à seulement 5 G$.

Les deux recherches se basent pourtant sur le même chiffre annoncé par le gouvernement, soit 33 milliards en dépenses reliées aux projets privés et à leurs infrastructures. La différence réside dans le fait que l’IRIS calcule qu’au moins la moitié de ces dépenses viendront du secteur public, tandis que Secor calcule que la grande partie viendra du privé.

Qui a raison? Seul l’avenir le dira, car même le ministre responsable, Clément Gignac, a dû admettre que le gouvernement n’en savait rien à l’heure actuelle!

D’autre part, du côté des recettes fiscales et parafiscales que devraient générer le Plan Nord, l'IRIS utilise le chiffre de 14,2 G$ fourni par le ministère des Finances.

Mais Secor ajoute à ce 14,2G$ un montant de 12G$ pour les retombées liées aux dépenses d’exploitation des mines, lesquelles selon ces calculs se chiffreront à 150G$. Par contre, il soustrait 5 G$ du premier chiffre, disant qu’on ne peut présumer des revenus de redevances. Donc: l’IRIS parle de 14,2G$ en retombées, et Secor, de 21G$.

Les calculs de l'IRIS mènent à un manque à gagner de 2,3 G$ pour le trésor québécois, qui correspond à la différence entre les 16,5G$ en dépenses publiques moins 14,2 G$ en recettes. A ce montant, l’IRIS ajoute 6,15G$ en nouvelles dépenses publiques reliées à l’augmentation des coûts dans les services de santé, d’éducation, et d’infrastructures municipales qui vont résulter de l’augmentation de population dans les régions du Plan Nord. D’où sa conclusion que le Plan Nord fera perdre 8,5 G$ au trésor québécois, tandis que pour Secor, il générera un surplus de 15G$.

L’IRIS est un organisme sans but lucratif qui se veut indépendant, tandis que Secor est une firme de consultant à rayonnement international ayant réalisé de nombreux mandats pour le gouvernement Charest. L’ ancien PDG de Secor, Raymond Bachand, est actuellement ministre des Finances du gouvernement Charest.

 

 

 

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

À la une

La santé mentale des entrepreneurs est en péril

BALADO. François Normand et Olivier Schmouker présentent leur manchette sur la santé mentale des entrepreneurs au pays.

4 conseils pour atténuer les problèmes de santé mentale

19/09/2019 | lesaffaires.com

Ces quatre conseils pourraient vous aider.

Cette vilaine habitude agit comme une ancre sur vos rendements

BLOGUE INVITÉ. L’ancrage est un biais psychologique qui affecte le comportement de nombreux investisseurs.