Garder plus d'aînés au travail

Offert par Les Affaires


Édition du 29 Septembre 2018

Garder plus d'aînés au travail

Offert par Les Affaires


Édition du 29 Septembre 2018

Par François Normand

Le ­bien-être de ses employés, ­Jean ­Duchesneau y tient. Celui dont le bras droit travaille pour son garage depuis maintenant 36 ans s’est fait un devoir d’instaurer des normes de sécurité au travail rigoureuses. « ­Il faut que les employés sentent qu’on pense à eux. »

C’est une solution rarement proposée sur la place publique, mais elle mériterait qu’on s’y attarde davantage, selon François Delorme, professeur d’économie à l’Université de Sherbrooke.

Il s’agit d’augmenter le taux d’emploi chez les 55 à 74 ans, en leur offrant des semaines de travail réduites. « On peut imaginer, par exemple, une semaine de 16 heures étalée sur quelques jours », dit-il.

Une récente analyse de l’économiste Pierre Fortin, de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), s’est penchée sur cet enjeu.

Elle compare le Québec et le Japon, l’une des sociétés les plus vieillissantes au monde. Et elle conclut que si le Québec affichait le même taux d’activité que le Japon pour la tranche d’âge des 55 à 74 ans, il bénéficierait d’un nouveau bassin de main-d’œuvre de près de 260 000 travailleurs.

En 2016, le taux d’emploi des 55 à 74 ans s’élevait à 41,4% au Québec, tandis qu’il grimpait à 53,7% au pays du Soleil levant.

Dans une récente entrevue à Les Affaires, M. Fortin affirmait que des politiques pourraient hausser le taux d’activité dans ce groupe. Comment? En permettant la semaine de trois jours ou une fiscalité plus concurrentielle pour ceux qui souhaitent demeurer plus longtemps à l’emploi d’une organisation.

Cette stratégie est d’ailleurs l’une de celles utilisées par L.J.L. Mécanique, une PME spécialisée dans l’usinage et l’entretien d’équipements pour les secteurs des mines et de la forêt. « On a quelques travailleurs âgés : on leur offre une semaine de travail plus courte, de trois jours ou quatre jours », explique Gino Trudel, président de cette PME de Sainte-Germaine-Boulé, en Abitibi-Témiscamingue, une municipalité de moins de 1 000 habitants.

Selon lui, l’«expertise» de ces travailleurs expérimentés est vitale pour limiter l’impact de la pénurie de main-d’œuvre qui mine la croissance de l’entreprise. « Nos revenus ont tendance à stagner », confie l’entrepreneur. Mais il ne baisse pas les bras pour autant, bien au contraire. « On regarde sérieusement la possibilité d’automatiser certaines tâches dans notre procédé d’usinage », dit-il.

 

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «PÉNURIE DE MAIN-D'OEUVRE: LES SOLUTIONS»
http://www.lesaffaires.com/dossier/Penurie-de-main-d-oeuvre-les-solutions

 

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «PÉNURIE DE MAIN-D'OEUVRE: LES SOLUTIONS»

 


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

COVID-19: les priorités des entreprises pour surmonter la crise

13/03/2020 | François Normand

Le nerf de la guerre: protéger leurs liquidités, ne pas s'endetter et garder leurs employés dans un contexte de pénurie.

Budget: plus de mesures pour aider à recruter

Les bassins de main-d’œuvre sous-représentés seront visés par ces mesures et ces bonifications.

À la une

À surveiller : MTY, Amazon et Cogeco Communications

Il y a 27 minutes | Denis Lalonde

Que faire avec les titres de MTY, Amazon et Cogeco Communications? Voici quelques recommandations d’analystes.

MTY suspend son dividende et met à pied la moitié de ses employés

L’entreprise dit qu’environ 2100 restaurants de son réseau ont temporairement fermé leurs portes.

Un grossiste mise sur la livraison d'épicerie à domicile

Pour éviter de mettre la clé sous la porte, l'équipe d'Hector Larivée «s'est virée sur un 10 cents».